Saratan

Entretien avec Jarek (chant+basse) et Michal (batterie) - le 14 janvier 2013

97
Winter

Une interview de




Saratan_20130114

Quand un groupe essaye de sortir des sentiers battus, c'est bien. Quand en plus ce qu'il fait tient la route, c'est mieux. Les Polonais de Saratan ont sorti fin 2012 leur troisième album, intitulé Martya Xwar. Comme son nom l'indique, ce nouvel opus... attendez, ne me dìtes pas que vous ne parlez pas le moyen-perse ?? Ne me dites pas non plus que vous ne savez pas ce que veut dire Saratan (non, ce n'est pas le nom du vilain cornu en javanais !). Allez va, lisez donc cette interview où Jarek et Michal ont gentiment accepté de nous en dire un peu plus sur ce groupe hors-norme, vous vous coucherez moins bête !

Winter : Salut ! Pouvez-vous décrire Saratan pour les gens qui ne vous connaissent pas ?

Michal : Salut tout le monde ! Eh bien, Saratan c’est une combinaison de death et de thrash metal avec quelques influences de musique arabe ethnique.

Winter : Votre mix entre un thrash metal austère et ces composantes arabisantes est assez unique. Etes-vous néanmoins influencés par un groupe en particulier ou quelques groupes ?

Michal : En ce qui me concerne, je ne suis influencé par aucun groupe de ce style. Le maître en la matière et la tête pensante, c’est Jarek.

Jarek : Je dirais plutôt que je suis influencé par l’art, les voyages, plus que par la musique metal. J’aime vraiment beaucoup de groupes mais j’essaye de trouver ma propre manière de composer de la musique. Si j’avais à faire la liste de quelques uns de mes groupes favoris, ce serait : Triptykon, Emmure, Septicflesh, Celtic Frost, Shinedown et Anaal Nathrakh.

Winter : En ce qui concerne la partie orientale de votre musique, correspond-elle à un pays ou une culture spécifiques ?

Jarek : Oui, il correspond aux pays du Moyen-Orient, en particulier de l’Iran. J’ai étudié la langue perse et cette culture, et mon intérêt principal était la musique ethnique perse. Mais j’apprécie vraiment la musique ethnique de beaucoup de cultures différentes.

Photo_SARATAN_1_300h_480w


Winter : êtes-vous vraiment amoureux de cette culture ou est-ce principalement pour des raisons musicales ?

Jarek : Ca m’intéresse et c’est mon hobby, mais je sais garder un esprit critique sur elle. Peut-être que la raison principale c’est que j’aime le soleil et le temps chaud. Mais honnêtement, c’est très intéressant de lire des choses sur leur histoire, leur langage et leur culture.

Winter : Ce qui me frappe c’est l’austérité de votre musique, en dépit des influences orientales. Est-ce que cette austérité est la marque de fabrique de Saratan ?

Michal : Sur Martya Xwar, nous avons essayé de créer cette austérité, mais cela ne veut pas dire que le prochain CD sonnera de la même manière. Nous aimons expérimenter et comme tu as pu l’entendre, ça se passe très bien.

Jarek : Pour moi ce sont les influences ethniques, les vocaux thrash et le climat sombre qui seraient la marque du groupe. Mais tu as peut-être également raison.

Winter : Votre œuvre est très différente de celle de groupes comme Orphaned Land, par exemple. C’est un peu comme si vous étiez dans le désert, mourant de soif, tandis que d’autres groupes au son oriental se trouvaient à coté d’un oasis... Appréciez-vous tout de même ces groupes ?

Michal : J’apprécie toujours le travail des groupes qui ont l’habitude de combiner la folk music avec d’autres styles de musique, cela donne quelque chose de plus diversifié. Ce que je préfère le plus, ce sont les groupes de folk metal viking comme Moonsorrow. Ce sont des maîtres dans leur catégorie. Dans l’âme de chaque être humain il y a quelque chose qui te fait sentir plus près de la nature – le fameux instinct animal… et c’est pour ça que je préfère les groupes orientés folk ou musique orientale.

Jarek : Mon groupe préféré de ce genre, c’est Melechesh. J’ai également vu Nile et Orphaned Land en live et j’ai été assez impressionné. Oui, j’aime ces groupes !

Winter : Dans ma discographie personnelle, je ne vois que deux albums qui offrent une certaine similitude avec Martya Xwar, l’un est Matrix de Prophecy of Doom, l’autre est Advaitic Songs de Om (même si là, le lien est beaucoup plus vague). Connaissez-vous ces albums ou ces groupes ?

Michal : Non, je ne les connaissais pas jusqu’à ce que tu en parles maintenant !

Jarek : Désolé, mais si tu le dis, je vais allez voir ça, c’est sûr !

Winter : Appréciez-vous également le thrash metal mélodique ? Et le thrash plus brut (les vieux Destruction, Witchburner, Exodus,…) ?

Jarek : Quand j’ai commence à écouter du metal, les premiers groupes que j’ai connus jouaient du thrash. C’était Slayer, Metallica, Kreator. C’est pourquoi j’aurai toujours un faible pour ce genre musical. Je préfère le thrash américain que le thrash plus raw, mais j’ai vu par exemple Destruction en concert deux fois et c’était vraiment bon !

Michal : Le raw thrash ce n’est pas pour moi. Je suis un gars plutôt mélodique donc je préfère le death / thrash mélodique, par exemple Detonation ou les vieux In Flames.

Winter : Je suppose que le budget que vous avez eu pour faire l’album était limité. Si c’est le cas, que feriez-vous si vous aviez plus d’argent à mettre dans le nouvel album ? Plus d’arrangements, de parties ambient ? Une production plus puissante ?

Michal : Je passerais clairement plus de temps sur mes parties de batterie pour les rendre plus complexes – et pour trouver des influences de groupes totalement différents.

Jarek : A tous les coups ce serait d’inviter plus de musiciens ethniques ! Je prévois de le faire sur notre prochain album, mais ce n’est pas encore confirmé. J’aimerais travailler avec un énorme ensemble ethnique, pour faire une sorte de symphonie ethnique.

Winter : Pour l’instant, votre musique est principalement du thrash. Voulez-vous évoluer vers quelque chose de plus ambient ou le thrash fait partie de votre identité ?

Michal : Personne dans Saratan ne sait de quoi sera fait le prochain album. En ce qui me concerne, je préférerais jouer des choses plus dynamiques et brutales mais parfois des éléments ambient sont préférés. Ca se décidera quand Jarek écrira les morceaux.

Jarek : Je pense que le thrash et le death metal resteront la base de notre musique. Nous allons expérimenter en utilisant d’autres instruments, des arrangements, mais ce ne changera pas tout. Mais, comme Michal le dit, il est trop tôt pour affirmer quoi que ce soit.

Photo_SARATAN_2_300h_480w



Winter : Le nom du groupe veut dire « cancer » et évoque également le diable. Etes-vous férus d’occultisme ? De quoi parle Martya Xwar ? Qu’est-ce que ce nom signifie ?

Jarek : « Martya Xwar » signifie « cannibale » en moyen-perse. Nous évoquons différents sujets avec les paroles de Saratan. L’occultisme est l’un d’entre eux, mais je dis toujours que nos paroles sont des sortes de métaphores. Le mot  « Martya Xwar » est également à la base du mot «  Manticore » qui est utilisé dans beaucoup de langues différentes.

Winter : Je pense que la Pologne est plus connue pour sa scène black ou death que pour son thrash / hardcore. Y-a-t-il une importante scène thrash metal en Pologne ? Des groupes intéressants ?

Jarek : La scène metal polonaise est bien fournie et chaque genre métallique a ses propres représentants. Si je devais nommer des groupes de thrash, ce serait : Virgin Snatch (NDLR : quel joli nom…), Horrorscope, Bloodwritten, The No-mas, Fortress… La liste pourrait être vraiment longue.

Michal : hum, hum, hum… essaye Saratan ! 

Winter : Vous utilisez des blast-beats et des chansons comme "God That Disappears" (excellent titre !) font penser à d’autres styles de metal. Ecoutez-vous un large spectre de metal ? Des groupes non métalliques ?

Michal : Comme tu peux t’en rendre compte, nous trouvons souvent des influences dans des styles de musique complètement différents. Cette chanson me fait penser à "Puritania" de Dimmu Borgir. En ce qui concerne les groupes hors metal, je dirais tous les bons groupes de pop music, notamment ceux des 70's, 80's et 90's : Abba, Beatles, Madonna, beaucoup de groupes polonais et encore plus de groupes moins connus. Malgré mon amour pour l’extreme death metal, je dois parfois écouter des choses plus calmes et vraiment cools.

Jarek : Oui, nous écoutons d’autres choses. En plus des groupes de metal que je t’ai déjà cités, j’apprécie beaucoup de genres et de styles différents. J’aime les bandes-originales, certains compositeurs classiques et certains musiciens alternatifs. J’aime par exemple Florence and the Machine, Loreena McKennitt, Martin Grech et les bandes-sons de Hans Zimmer et Alexandre Desplat.

Photo_SARATAN_3_300h_480w


Winter : Jouez-vous en live ? Si oui, aimez-vous ça ? Quelques dates en Europe ?

Michal : Bien sûr que j’aime jouer sur scène. Ca me donne beaucoup de force de voir les gens apprécier notre musique. Les dates européennes futures ne sont pas encore connues pour l’instant.

Jarek : Pour l’instant nous n’avons que les gigs en Pologne qui sont confirmés, mais nous ne sommes pas loin de confirmer une tournée à l’étranger. Nous y travaillons, et nous voulons jouer dans le plus d’endroits possibles !

Winter : Des albums que vous avez particulièrement appréciés en 2012 ?

Jarek : Mon numéro 1 serait Vanitas d’Anaal Nathrakh. Sinon Infamous de Motionless in White est vraiment cool !

Michal : Oh, c’est déjà fini… Je dois dire que cette année j’ai été extrêmement occupé par ma vie personnelle. Je n’ai même pas eu le temps d’écouter le dernier Meshuggah par exemple.

Winter : Le mot de la fin ?

Michal : Merci pour l’interview, c’est toujours un plaisir de répondre à des questions sur Saratan. Nous espérons voir nos fans lors de concerts à travers l’Europe et pour l’instant nous vous invitons à écouter et regarder Saratan sur YouTube.

Jarek : Allez voir nos pages web et notre profil Facebook. Et évidemment, regardez notre dernière video "Ba’al Zevu’v" !! A bientôt !!





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2