Amplifier

Entretien avec Sel Balamir - le 01 mars 2013

3
TheDecline01

Une interview de




Amplifier_20130301

Amplifier nous revient en 2013 avec sous le coude un Echo Street très attendu après avoir sorti ce qui reste sans conteste l'un des tous meilleurs albums de 2011, The Octopus (chronique ici), de cette race des réalisations ultra ambitieuses qui ont terminé en réussite par le travail acharné de ses créateurs. C'est donc tout naturellement que les Eternels veulent en savoir plus sur ce qui a marqué le groupe pour The Octopus et ce qui va marquer les auditeurs sur Echo Street. Sel Balamir, leader sympathique et taquin, livre ses impressions pour vous.

TheDecline01 : Comment va Amplifier depuis que vous avez décidé d'être totalement indépendant ? Qu'est-ce qui a changé ?

Sel Balamir : Amplifier va très bien, merci. The Octopus s'est écoulé à plus de 20 000 exemplaires. Chaque CD vient du garage de Matt et chacun a été rempli d'autocollants et de papier (NdTheDecline01 : la feuille de promo / remerciement) par moi et ma femme. Nous portons beaucoup d'attention à ce que nous faisons. Au début ce n'était que pour la musique, mais maintenant nous portons la même attention pour tout. Ca prend beaucoup de temps.

TheDecline01 : Avec 2 bonnes années de recul maintenant, que pensez-vous de The Octopus ?

Sel Balamir : Mon opinion sur The Octopus n'a pas changé, c'est toujours un classique intemporel. La seule chose qui a changé, c'est que je pensais que The Octopus serait le sommet de ce que Amiplifier pouvait faire. Maintenant je ne le pense plus du tout. C'était simplement la meilleure chose que nous pouvions faire à ce moment.

TheDecline01 : Quelle a été la réaction du public ? Quels ont été les retours ? Ca a été à la hauteur de vos espérances ?

Sel Balamir : La réaction à The Octopus a été bien au-delà de nos espérances. Il a ouvert beaucoup de portes au groupe. Une porte d'opportunités. Nous sommes actuellement en train de porter toutes nos merdes à travers cette porte avant qu'elle ne se referme.

Photo_1.jpg_307h_461w


TheDecline01 : Avant de passer à Echo Street, je dois vous demander : l'un de vous est-il fan d'astrophysique ? Si oui, peux-tu nous dire quelle théorie trouve-t'il la plus incroyable ?

Sel Belamir : The Octopus Tractatus explique la nature de la perception humaine de l'existence. C'est ce dont il s'agit. Si tu n'as pas lu Le Livre, tu peux le trouver ici :

http://issuu.com/ampcorp.industries/docs/the_octopus

TheDecline01 : Passons maintenant à votre nouvel album Echo Street. Etait-ce difficile de revenir dans le processus de composition après un travail si important sur le précédent ?

Sel Balamir : Pas vraiment, nous devions faire un nouvel album. Le mieux c'est d'y aller et de ne pas se poser de question. Les chansons s'écrivent toute seule, il faut simplement leur en donner la possibilité.

TheDecline01 : Quel était votre but avec ce nouvel album ? Que voulez-vous faire ressentir aux auditeurs ?

Sel Balamir : The Octopus était un album très sombre. Echo Street traite surtout de la nostalgie et de ce temps béni et brumeux où vous pouvez vous souvenir de la moitié de votre passé. C'est comme faire un tour dans une ville vide  recouverte de neige calcinée un jour de brouillard.

TheDecline01 : Vous êtes de nouveau signés sur un label (Kscope), quel est votre ressenti là-dessus et pourquoi un tel retour ? Est-ce que le fait que le label soit tenu par Steven Wilson a joué un rôle ? S'est-il impliqué dans l'album ?

Sel BalamirVendre 20 000 albums représente un gros, gros travail à faire pour un groupe. Vendre plus aurait signifié arrêter d'être un groupe et devenir un label à la place. Ca ne m'intéresse pas trop. Je suis content de travailler avec des gens et de leur laisser faire ce qu'ils savent faire. Ca signifie que je peux me concentrer sur la composition d'album. C'est ce que je sais faire. Steven Wilson n'a eu aucune implication avec Amplifier de quelque manière que ce soit. Nous nous sommes rencontrés quelques fois et nous avons joué avec Porcupine Tree en 2006. Je crois qu'il a assisté à un soundcheck une fois. Steven Wilson ne gère pas Kscope au fait, certaines personnes risques d'être déçues de l'apprendre !

TheDecline01 : Echo Street me semble dans la droite lignée de l'EP The Astronaut Dismantles HAL avec des titres longs. expérimentaux, atmosphériques et toujours progressifs dans l'esprit. Est-ce sa suite spirituelle ?

Sel BalamirHAL n'était pas un album conçu et prémédité, ce qui est aussi le cas de Echo Street, donc je peux voir des similarités ici. Mais je crois que ces 2 albums sonnent complètement différents. Il s'agit peut-être d'une sorte de suite... Je ne pense pas qu'on puisse planifier une suite spirituelle. Sinon, ce ne serait pas spirituel non ?

TheDecline01 : Vous citiez à cette époque Oceansize comme influence. Si le split du groupe fut un grand drame pour les mélomanes de cette planète, je trouve qu'Amplifier a repris un peu le flambeau notamment sur votre manière de triturer le post-rock et le progressif moderne. Vous sentiez-vous proche de ce groupe ?

Sel Balamir : Et bien, nous avons grandi musicalement ensemble, nous avons fait nos premiers concerts à quelques semaines d'écart et nous avons beaucoup traîné ensemble. Nous sommes allés partout comme un petit groupe de laissés pour compte et nous avons fait des trucs de malade ensemble. Si Oceansize était une influence, alors ce serait en tant qu'amis. Nos musiques ont grandi en dehors de nos relations. J'étais triste quand tout s'est terminé mais toute fin est un début n'est-ce pas ?

TheDecline01 : Echo Steet n'est pas moins ambitieux musicalement que The Octopus, comment expliquez-vous la mutation opérée par le groupe depuis vos deux premiers album qui étaient plus directs et accessibles ?

Sel BalamirEcho Street est super accessible. Il est tellement facile à écouter, c'est quasiment de l'easy-listening ! Pas comme The Octopus qui est comme un monolithe gigantesque. Je ne pense pas que Insider soit également facile d'écoute, il est tellement complexe. Echo Street ressemble un peu à notre premier album je suppose, il était plutôt direct, un simple album de rock vraiment, pas du tout un album de prog'.

TheDecline01 : Echo Street reste légèrement moins sinueux dans sa construction que The Octopus, moins produit (moins de couches d'instruments, moins de choeur etc...), il semble que vous ayez laissez plus de place aux jams.  Etait-ce une nécessité après The Octopus ?

Sel BalamirEcoute, Echo Street a été fait si rapidement qu'il devait être simple. Chaque chanson a été enregistrée en quelques prises avec très peu de retouches, uniquement ce qui était nécessaire pour les rendre complètes. C'est donc totalement différent de The Octopus où je suis allé au bout de chaque rue, des fois pendant des jours, avant de prendre une décision.

TheDecline01 : "Paris in the Spring" est un titre assez intime et émouvant avec des parties où tu es quasiment seul avec la guitare acoustique. C'est aussi le cas de "Between Today and Yesterday", c'est assez inhabituel, tu peux nous en dire plus ?

Sel BalamirCe sont simplement de super chansons. Elles n'ont pas besoin d'être plus complexes. C'aurait été ne pas comprendre la qualité de ces chansons de ma part !
Photo_2.jpg_478h_300w


TheDecline01 : "Echo Street" est un titre très onirique qui semble venir du passé avec un feeling et une production assez proche de The Octopus, tu peux nous en dire plus ?

Sel Balamir : "Echo Street" provient d'une cassette d'une jam que nous avions fait Matt et moi dans les années 90. C'était probablement la première apparition de ce à quoi Amplifier sonnerait plus tard. Evidemment c'est uniquement un tunnel d'idées ce qui le rend très difficile à apprendre en tant que pièce musicale. Nous l'avons donc improvisé encore une fois pour essayer de capturer le feeling de l'original. C'est assez proche, mais avec de nouveaux éléments et détails. Cela résume totalement l'album.

TheDecline01 : Finalement, que dirais-tu de Echo Street vis-à-vis de votre carrière ? Est-ce une nouvelle étape de franchie ou juste une nouvelle brique dans votre mur (musical) ?

Sel Balamir Chaque album qu'un groupe fait est une nouvelle étape de franchie. Cela signifie que vous avez survécu à un nouvel hiver et que vous êtes toujours en vie. Ca devrait être célébré.

TheDecline01 : La question bonus : quelle serait la question la plus stupide que tu voudrais qu'on te pose, et s'il te plaît, réponds-y.

Sel BalamirHé bien, c'est simple, la question la plus stupide qu'on peut te poser c'est : quelle serait la question la plus stupide qu'on pourrait te poser ? Et la réponse bien sûr : celle-là ! (NDTheDecline01 : au moins, ça c'est fait)

TheDecline01 : Merci pour toutes tes réponses et à la prochaine sur scène !

Sel Balamir : Tararabit !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3