Madder Mortem

Entretien avec Agnete M. Kirkevaag (chant), Mads Solås (chant+batterie), Tormod Langøien Moseng (basse), Anders Honken Langberg (guitare live) - le 03 janvier 2018

2
Cosmic Camel Clash

Une interview de




Madder_Mortem_20180103

Interviewer Madder Mortem est toujours un plaisir, et cela faisait ma foi bien longtemps que les Eternels n'avaient pas fait passer à un groupe la terrible et néanmoins jouissive épreuve du blind-test. C'est très volontiers que les Madders se sont prêtés au jeu : en l'absence de BP Kirkevaag (guitare) qui n'était pas dispo, les deux équipes qui se sont affrontées furent la section rythmique (Mads et Tormod) versus l'équipe des A (Agnete et Anders, guitariste de Souls of Tide invité sur la tournée pour pallier l'absence de Richard Wikstrand). Le groupe ayant prévenu votre serviteur à l'avance que taper dans un répertoire trop récent risquerait de les mettre très en difficulté, il y a beaucoup de oldies dans le test qui va suivre...

IMMORTAL – "Withstand the Fall of Time" (At The Heart Of Winter)

Anders : (quelques secondes) Oh, c'est du black-metal norvégien. Immortal !

Cosmic Camel Clash : Oui ! Un point ! Le titre ?

Anders : "At The Heart of Winter", je crois.

CCC : Ca c'est le nom de l'album, pas le titre de la chanson. Tu as déjà un point, est-ce que tu peux en obtenir un second ?

Agnete : Je savais que c'était une bonne idée de faire équipe avec lui.

Anders : Je ne connais pas le titre.

CCC : C'était "Withstand the Fall of Time". La question associée : comment expliquez-vous ce qui s'est passé en Norvège, à ce moment particulier, avec le black-metal ?

Agnete : Je ne sais pas...

Anders : Peut-être que l'évolution de la musique par rapport aux styles précédents allait de plus en plus vers l'extrême. A la fin des années 80 il y avait Venom et tout, et la scène norvégienne a tenté de rendre ça encore plus extrême, de passer un cap.

Agnete : Je pense que dans une certaine mesure l'idéologie a donné forme à la musique. L'idée était de faire quelque chose de maléfique, de froid, et ça entraîne des parti-pris en termes de technologie. Ca entraîne le fait que le son ne peut pas être surproduit car il ne peut pas être agréable à l'écoute. C'est délibérément sous-produit, ce que donne un résultat génial mais repoussant. Après je ne sais pas à quel point le goût de la scène black metal pour certains philosophes allemands et la musique classique a joué. La musique classique c'est l'étape suivante, d'ailleurs il y a pas mal d'influence classique dans cette chanson d'Immortal. Après il ya aussi Darkthrone qui est beaucoup plus bluesy... j'avais cet ami fan de black et il détestait l'idée qu'il puisse y avoir du blues dans le black-metal.

Tormod : Darkthrone est devenu bluesy et très rock n' roll.

CCC : Je suis curieux car d'un point de vue extérieur, la vague du black norvégien est synonyme de gens qui brûlent des églises et se tuent entre eux, avec Mayhem et tout le tintouin. Du coup quelle est l'importance de tout ça dans le folklore norvégien ? Pour vous ?

Agnete : J'avais pile le bon âge quand tout ça est arrivé, j'étais un peu plus jeune que les personnes impliquées. Du coup je les trouvais cools mais aussi un peu stupides, parce que j'étais aussi dans la vague grunge. BP était plus à fond dedans, il a voulu être méchant pendant un certain temps, il allait dans la forêt avec des torches et tout. Mads, tu n'étais pas du tout dans le trip ! (rires)

Mads : Je portais des pantalons verts et j'écoutais du grunge (rire général). Et je me demandais ce que ces gens foutaient. Ca m'était étranger à l'époque, je pense que c'est BP et toi qui m'avez fait découvrir tout ça. Je vous avais emprunté des albums de Darkthrone (Agnete acquiesce). En ce qui concerne les incendies d'églises, les meurtres, etc, je pense que c'est différent pour nous car nous vivons en Norvège. C'est devenu ce gros truc mythologique à l'extérieur, mais...

CCC : Ben oui, le reste du monde se disait « Ces gens sont maléfiques, ils font peur ! ».

Agnete : Ben oui, sauf que quand tu les croisais au Elm Street Pub (ndCCC : lieu traditionnel de la scène black-metal à Oslo), tu voyais bien qu'ils n'étaient pas si maléfiques.

Mads :Voilà. C'est un petit pays, avec une petite scène metal, donc tout le monde se rencontre. Et quand tu rencontres ces gens, tu vois qu'ils mangent des hamburgers, boivent des bières, font des trucs normaux.

CCC : Se font élire maires... (référence au fait que Fenriz de Darkthrone a été élu au conseil municipal de son village contre son gré) (rire général)

Agnete : Fenriz a toujours été le malin de la bande, il est vraiment très intelligent. Ses idées sur ce mouvement ont toujours été intéressantes. Ce serait la meilleure personne à qui poser la question je pense.

Photo_1_258h_400w


PARADISE LOST – "So Much Is Lost" (Host)

Agnete : (à Anders) Tu connais ça ?

Anders : Ca me dit quelque chose.

CCC : Groupe britannique. Si vous ne trouvez pas avec la voix je rajouterai des indices. (le chant commence) Faisaient du metal. On cessé de faire du métal. Refont du metal aujourd'hui.

Agnete : Je ne pense pas que je connais.

Anders : Sans vraiment y croire : My Dying Bride ?

CCC : Non ! Le chanteur fait désormais partie de Bloodbath... (le refrain arrive) c'était Paradise Lost. (tout le monde crie)

Agnete : J'y ai pensé mais je n'ai pas osé le dire (rires). Paradise Lost était un groupe majeur quand nous avons commencé le groupe mais j'ai arrêté de les suivre à un moment donné, pour être honnête ça ne m'intéressait plus.

CCC : Paradise Lost s'est donc éloigné du métal avec One Second, pour partir carrément dans la pop électro avec Host. Vu que votre palette est très large avec Madder Mortem, jusqu'où pensez-vous pouvoir vous éloigner du metal ?

Agnete : Je ne pense pas qu'il y ait une quelconque limite à ça (Mads acquiesce), je pense que la seule limite est fixée par ce que nous sommes capable de jouer en tant que groupe. Je ne pense pas que nous pourrions basculer dans la direction de la chanson que tu as jouée parce que nous n'y connaissons rien en electro donc ce serait improbable (rires). En plus nous ne voulons pas de nouveau membre donc pas de claviériste.

Tormod : Nous avons notre formation de base guitares / basse / batterie /chant et nous ne pensons pas en bouger, donc ça crée un cadre. Mais sorti de ça...

Mads : Et que ça sonne que du Madder Mortem.

Agnete : Mais ce sera le cas ! Si c'est nous qui le jouons ça sonnera comme du Madder.

CCC : J'ai l'impression que votre chanson la moins metal est "Hangman", qui est une chanson jazz ... sauf que vous n'avez pas pu vous en empêcher, à un moment donné elle repart dans le heavy (rire général). Pensez-vous que vous pourriez écrire une chanson qui n'est pas heavy, à aucun moment ?

Agnete : Je pense que nous l'avons fait avec "Quietude" qui est sur l'EP When Dream And Day Collide, est-ce que tu la connais (ndCCC : je réponds par la négative) ? C'est une chanson sans aucune batterie ou guitare saturée. Sur cet EP il y a aussi "The Purest Strain"qui est une chanson de swing, il faut que tu écoutes ça.

CCC : Elles n'ont pas fini sur un album par contre.

Agnete : Non, nous avons écrit ces chansons pour l'EP. Nous n'avons généralement pas de chutes de studio quand nous finissons un album et nous voulions sortir un EP, donc nous avons dû écrire trois chansons pour le remplir (rires).

Mads : Je pense que nous avons tendance effectivement à revenir chroniquement sur des plans heavy...

Agnete : (l'interrompant)...parce que c'est fun !! Si on peut cogner, pourquoi ne pas cogner (rires) ? Je ne sais pas s'il y a une limite à la douceur que nous pourrions mettre dans une chanson de Madder Mortem. Je pense que nous nous retrouvons à souvent écrire des plans violents parce que nous aimons ça.

Mads : Je pense juste que nous ne risquons pas de sortir un album de reggae (rire général).

CCC : Bien sûr, tu es batteur. Tu t'ennuierais à mort sur un album de reggae.

Agnete : Je dois admettre que c'est un des genres que j'aime le moins.


MANOWAR– "Battle Hymn" (Battle Hymns)

CCC :  (l'intro se déroule sans réaction du groupe) C'est un groupe américain.

Agnete :J'ai généralement besoin de la voix pour identifier un groupe... (le couplet démarre) est-ce que c'est Manowar (rires)  ?

CCC : Un point !

Agnete : Ils devraient dire le titre de la chanson pour le refrain !!

CCC : Ah ben pour une fois justement non (protestations générales), le refrain dit « kill, kill ». C'était "Battle Hymn" (« ah mais oui » général). Question : à quel point vous considérez-vous comme des metalheads ?

Anders : Beaucoup.

Mads : Pas du tout.

CCC : Tu viens de nous parler des pantalons verts et du grunge donc ce n'est pas surprenant (Agnete rit).

Agnete : Je n'écoute plus énormément de metal, mais j'en écoute toujours.Je me considère comme une metalhead, il y a ce truc en moi qui me pousse à me dresser et secouer la tête si on me passe la bonne chanson. Je connais les paroles de l'album Arise de Sepultura par cœur, je pense que ça me donne les qualifications.

CCC : Et avez-vous à un quelconque moment de votre vie été dans le délire « guerrier du metal » ?

Agnete : Non. Pas du tout. Je pense que nous sommes arrivés au metal via une autre approche, via cette scène norvégienne précoce. Il y avait une partie réellement métal avec Metallica, mais pas la partie folklorique guerrier du métal. Les pantalons en fourrure posent problème. N'importe quel groupe portant des pantalons en fourrure, ça risque de ne pas le faire (rires). Plus sérieusement Manowar par exemple, c'est trop simpliste pour moi. C'est toujours « je veuxavoir une épéééée, et c'est un genre d'hymne nationaaaaal avec un peu de metal en-dessouuuuus », ça ne le fait pas pour moi. « Je veux montrer mon pénis à des geeeeeeeeeeens » (rires). Si je veux ce genre de vibe je vais écouter du Darkthrone, je trouve qu'il le font mieux.

Anders: C'est vraiment très éloigné de ce que j'écoute normalement. C'est comme pour toi, c'est trop simpliste et je m'ennuie au bout d'un moment.

Tormod : J'ai pu en écouter, j'aimais bien les refrains catchy, le côté épique. Mais j'étais plus attiré par les trucs groovy à la Pantera, avec ce côté pan dans la gueule.

Agnete :Après j'aime beaucoup Iron Maiden, peut-être parce que Bruce Dickinson me fait ressentir des choses. C'est le seul mec au monde qui peut porter des leggings et avoir la classe.

CCC : C'est vrai. Bon, le score est de 2-0.

Photo_2_281h_500w


MOZART Requiem : Introitus

Agnete : (trois secondes) C'est le Requiem de Mozart.

CCC : Merci. Un point en plus.

Agnete : C'est le Lacrimosa ?

CCC : Non. Ne commence pas à perdre des points (rire général). C'était l'Introitus, le tout début. Il y a un type d'influences qu'on ne repère pas trop dans Madder Mortem : la musique classique.

Agnete : Je ne suis pas d'accord. Ce n'est pas forcément évident à voir car la manière dont nous utilisons le classique n'est pas du copier-coller, mais par exemple dans tous les choeurs que je fais ou la manière dont BP et moi pensons les harmonies de guitare, il y a des principes de fugue. Ce n'est pas forcément conscient mais c'est là. Je crée de la musique en suivant quelques principes de base que j'alterne, et il y a beaucoup de musique classique dans la manière dont je joue avec les tonalités, donc je pense les choses. Pour le dernier album par exemple, si tu prends le début de "Underdogs", la référence que nous avions lors du mix afin de faire fonctionner le plan était que c'était une fugue, qu'il fallait une approche à la Bach pour que ça marche. Du coup nous avons beaucoup monté la basse (Agnete fredonne la ligne de basse), qui joue un plan très baroque.

Tormod : Oui, c'est comme dans le canon de Pachelbel, avec une prédominance de la basse (fredonne le canon en question).

Agnete : Je pense que le truc c'est que nous sommes probablement plus influencés par la musique baroque, contrairement à beaucoup de groupes qui piochent dans le répertoire classique.


GOJIRA – "L'enfant sauvage" (L'Enfant Sauvage)

CCC : (toujours pas de réponse après l'arrivée du chant)  Bon, l'indice qui devrait débloquer la situation... groupe français.

Mads : Gojira !

CCC : Tu connais le nom de la chanson ? C'est aussi le nom de l'album (Mads ne trouve pas). C'est "L'enfant sauvage".

Agnete : Nous n'aurions probablement jamais réussi à le prononcer (rires).

CCC : Donc voici la question évidente sur le metal français ! Vous connaissez Gojira, c'est cool ! Les musiciens étrangers ne connaissent jamais les groupes français. Vous en connaissez d'autres ?

Mads : (immédiatement) Scarve.

CCC : Oui ! C'est triste qu'ils aient arrêté. Ils sont devenus un vivier de talents pour groupes scandinaves.

Mads : Ah ?

CCC : Oui ! Dirk Verbeuren et Sylvain Coudret sont partis dans Soilwork (puis Megadeth pour Dirk). Et leur chanteur clair Guillaume Bideau a rejoint Mnemic.

Mads : Je pense que Scarve est le premier groupe de métal extrême que j'ai écouté qui utilisait des mesures asymétriques. Il y avait des blast-beats et ça groovait ! Je me rappelle d'une chanson qui m'avait particulièrement impressionné, "MirthlessPerspective", vers 2001. C'était la première d'un album dont j'oublie le nom (ndCCC : l'album en question étant évidemment Irradiant).

CCC : Pour un Français c'est assez difficile de mesurer le rayonnement de nos groupes, car le métal n'est absolument pas diffusé sur nos media mainstream. Nous entendons dire que Gojira est connu à l'étranger, mais en fait on en sait rien. Vous pouvez confirmer ?

Agnete : Ah oui, absolument, ils sont assez gros en Norvège.

Mads : Ce n'est pas toi qui nous avait fait découvrir le groupe après une répète ?

Agnete : Non, je pense que c'était Odd (ndCCC : Eivin Ebbesen, ancien guitariste) en tous cas personnellement j'ai découvert le groupe via lui. Le problème me concernant c'est que je n'écoute pas énormément de musique en fait, j'ai suffisamment de son autour de moi comme ça. Gojira est sur ma liste de choses que je sais que je vais aimer, mais il me faudra un moment avec assez de temps et de silence pour me poser et vraiment les écouter. Désolé Gojira ! Vous êtes sur ma liste !! Mads, tu les as vus en live non ?

Mads : Oui, ils jouaient avec Mastodon, Slayer et Metallica.

CCC : Sorti de Scarve et Gojira, connaissez-vous d'autres groupes français ?

Agnete :Je connais Assent et on m'a donné aujourd'hui un CD de Promethean,j'avais pu discuter avec leur guitariste Gaëtan avant un show. J'aiaussi discuté avec les gens de Monolyth, j'aime bien aussi. Il y aégalement Elend, je crois qu'ils sont français.

Tormod : L'album français que j'ai le plus écouté c'est la bande originale d'Amélie Poulain (rire général).

Agnete : Ah il y a ce groupe avec qui nous avions joué quand nous tournions avec Opeth ! Le groupe local qui nous avait accompagné sur certaines dates ! Ils étaient super sympas... Ellipsis !!

Photo_3_500h_500w

ANGRA– "Carry On" (Angels Cry)

Anders : C'est Dragonforce ?

CCC : Non ! Ca date de 1993 !

Mads : Helloween !

CCC : Non ! Ca vient du Brésil.

Agnete : Angra ? Non...

CCC : Et... c'est un point supplémentaire !!!

Agnete : J'ai répondu au hasard, je n'avais aucune idée de ce à quoi ça ressemblait en fait (rires). Je n'ai jamais écouté, je ne pourrai pas te donner le titre.

CCC : On pourrait attendre le refrain pour qu'il le dise, mais ce serait tricher. Donc au début des années 90 il y a eu ce mouvement true metal, avec beaucoup de groupes comme Angra, Stratovarius et Hammerfall qui portaient ce revival de heavy metal ultramélodique. Votre avis ?

Agnete : Beeeeh...

CCC : Tormod, tu as l'air en souffrance juste en y pensant. Tu n'aimes pas le metal joyeux ?

Tormod : J'ai vraiment du mal avec le power metal, ça ne provoque rien chez moi.

CCC : Tu n'aimes pas les licornes et les dragons ?

Agnete : J'adore les licornes et les dragons ! Je voudrais juste que ça ne sonne pas comme ça. Rhapsody par exemple j'aime bien leurs pochettes, je veux juste ne pas être obligée d'écouter ce qu'ils font.

Tormod : J'aimerais que les chansons pop aient ce genre de thématiques. Quand c'est du metal ça rentre en conflit avec quelque chose chez moi, je ne sais pas.

Agnete : Je sais pourquoi je n'y arrive pas en fait : ils ne donnent pas l'impression que ça vient du cœur. On dirait que c'est une décision stylistique, qu'ils ont un cahier des charges à respecter. J'ai du mal à trouver des émotions dedans. Peut-être qu'il y en a, mais ce n'est pas un type d'émotion que je comprends. Pour moi c'est similaire au délire guerrier du metal de Manowar, et je ne pense pas que c'est parce que je suis une femme mais plus parce que je viens de la mouvance grunge à la base.

CCC : Tu n'es peut-être juste pas assez nerd ?

Agnete : Alors.. comment te dire... (rire général) j'adore l'imagerie associée, je lis beaucoup de fantasy, je n'aime juste vraiment pas ce type de musique. Mon frère appelle ça des hymnes nationaux avec de la double pédale (rire général) et je suis tout à fait d'accord. Trois accords joués à grande vitesse avec des harmonies à la tierce par-dessus...

CCC : Je pense que tu devrais écouter Angra pour de bon, ta description est très réductrice.

Agnete : J'admets, c'est le genre en entier qui me fait un peu peur. Je préfère écouter du Abba.

CCC : A un moment j'ai pensé inclure du Abba dans le blind-test mais je pensais que ce serait injuste pour l'équipe sans Agnete. Elle m'adéjà dit en interview qu'elle chantait du Abba devant le miroir quand elle était petite.

Tormod : Oui mais Mads faisait semblant d'être le batteur d'Abba (rire général) !!

CCC : Tormod, tu faisais semblant d'être bassiste d'Abba ? Leurs lignes de basse sont mortelles.

Tormod : Oui, elles le sont. Abba est incroyable au niveau instrumental.


MILES DAVIS – "All Of You" ('Round About Midnight)

Mads : C'est vieux ! Ca vient des années 60 ?

CCC : Oui. Dix secondes. Non ? Okay, c'était Miles Davis. Question : le jazz est apparu d'un seul coup dans la musique de Madder Mortem. Comment c'est arrivé ?

Agnete : Oh, on s'est juste dit qu'on allait essayer.

CCC : Donc d'abord une chanson jazz, puis tout un album ?

Mads : Tout un album ?

CCC : Eight Ways est super jazzy.

Agnete : C'est vrai. J'écoutais beaucoup de Louis Armstrong quand j'étais petite, déjà.

Mads :Mon père était batteur de jazz, il m'en a fait écouter.

CCC : Et toi, en tant que batteur, quel était ton style initial ?

Mads : Quand j'ai commencé ? J'ai joué dans un groupe de blues pendant des années avant de rejoindre Madder Mortem.

Tormod : Et tu as joué avec moi dans un groupe de métal avant ça.

Mads : Exact !

Tormod : Je pense que je l'ai attiré dans le metal. (Mads acquiesce)

Agnete : La question concernait le jazz !

CCC : Oui ! Et c'est une question importante pour la section rythmique. Sur Eight Ways ça se sent vraiment que Tormod et Mads sont en mode « faisons du jazz ».

Mads : J'adore jouer des rythmes à la double croche, cette figure « taaa-tada » du jazz.

Tormod : J'aime jouer de vraies lignes de basse, c'est-à-dire ne pas jouer de la guitare sur une basse. J'ai joué beaucoup de chansons de jazz encours de musique à l'école, vu qu'on n'y apprend pas le metal (rires). Et c'est fun à jouer.

Agnete : Nous avons tendance à piquer telle ou telle idée dans tel ou tel genre musical et expérimenter avec.

Mads : Parfois ça part limite d'une blague, en mode « que se passerait-il si on tentait ce truc improbable » ?

Agnete : Pour "Returning to the End of the World", quelqu'un a lancé l'idée de tenter un rythme de bossa-nova. Et nous l'avons fait, mais à la base c'était une blague.

CCC : Le « what if » est un des moteurs de création les plus puissants qui existent.

Agnete : Oui, c'est fun.

Photo_4_331h_500w

LINKIN PARK – "Breaking The Habit" (Meteora)

Mads : Incubus ?

Anders : C'est Linkin Park ?

CCC : Oui !

Agnete : Ouiiii ! Go team !

Anders : Je ne voulais pas gagner ce point (rires).

CCC : Quelqu'un connait le titre ? Je vais couper avant qu'il ne le beugle...

Agnete : Non, je n'ai jamais écouté Linkin Park.

CCC : Bon, c'était "Breaking The Habit". Evidemment j'en ai mis dans le test à cause de ce qui s'est passé cette année (tout le monde acquiesce). Je ne sais pas pour vous, mais de mon point de vue de fan de metal bientôt quadragénaire ça a été très bizarre : quand Linkin Park est apparu, tous les fans de metal traditionnel leur crachaient dessus (tout le monde acquiesce). Sauf que quand Chester Bennington s'est suicidé, tout le monde a eu l'impression de perdre son enfance ou son adolescence, les gens étaient vraiment tristes. Ca vous a impactés ?

Agnete : Pas vraiment. Chris Cornell par contre j'ai pleuré. J'étais triste pour Chester Bennington parce que j'étais triste que ça arrive à quelqu'un, mais ce n'était pas un chanteur avec qui j'avais une relation particulière. C'était juste un groupe dont j'avais vu un ou deux clips.

CCC : Pareil pour tout le monde ?

Mads : Oui. Mes goûts en termes de musique heavy étaient déjà assez définis quand Linkin Park a débarqué, et personne dans notre cercle d'amis n'aimait ça.

Agnete : Perdre Chris Cornell, c'était un truc énorme. Nous avons joué"Black Hole Sun" quelques jours après sa mort.

Mads : Ils sont morts tous les deux à quelques semaines d'écart non ?

CCC : Un peu moins d'un mois. Chester Bennington était un ami proche de Chris Cornell, donc on ne sait pas si le suicide de l'un n'a pas précipité le suicide de l'autre.

Agnete : C'est très triste.

Mads : C'est tragique.

CCC : Et maintenant, après la dépression, la colère.


STRAPPING YOUNG LAD – "Underneath the Waves" (City)

Agnete : C'est Devin. Le Devin Townsend Project ?

Mads : Strapping Young Lad ?

CCC : Oui !!

Agnete : Aaaaah fuck you ! Tu me l'as volé !!

CCC : Le titre ? Non ? C'était "Underneath the Waves". La question : quand on demande à quelqu'un s'il y a des génies dans le metal, le nom de Devin Townsend est un de ceux qui reviennent le plus souvent. Y'a-t-il des musiciens que vous considérez comme des génies ?

Agnete : Je pense que Devin est brillant comme pas possible, ouais.

Mads : Mike Patton aussi.

Agnete : Oui ! Je suis d'accord, ils sont sur ma liste. Je pense que c'est aussi parce qu'ils ont tous les deux des personnalités artistiques hyper affirmées (tout le monde acquiesce). Devin, tu l'entends dans n'importe lequel de ses projets, tu sais tout de suite que c'est lui. Tous ses groupes sont le Devin Townsend Project en fait, même si les noms varient. C'est la même chose pour Patton.

Mads : Il y a ce côté excentrique, qui n'a pas peur d'aller jusqu'au bout.

Agnete : Après je ne pense pas que la musique est forcément systématiquement géniale, je pense que l'appellation de génie vient plus du fait qu'à chaque fois c'est le projet d'une seule personne. Beaucoup de mes groupes préférés sont de vrais groupes, et je pense qu'il y a des groupes qui méritent l'appellation de génies, comme Neurosis.Pour moi c'est un collectif de génies. La combinaison de ces gens...je les ai vus jouer cette année et j'étais en mode fangirl : « Vous êtes si cools !! » (rire général). C'était vraiment très cool.

Mads : La première fois que j'ai entendu Devin c'était sur Sex &Religion de Steve Vai. C'était incroyable.

Agnete : Je pense que ce qui a cimenté sa réputation de génie, c'est l'album Infinity.

CCC : C'est mon album préféré du monde entier.

Agnete : Il est incroyable, et il colle bien au mythe du génie avec le fait qu'il souffrait de démence à l'époque, le fait qu'il soit nu sur la pochette... Il y a aussi la coupe de cheveux qu'il avait pendant des années (rire général). Si jamais Devin lit ça un jour : je suis désolée mais cette coupe était pourrie.

CCC : Il sait. Je l'ai interviewé deux fois et il devait vraiment se débarrasser du skullet pour de bonnes raisons (rire général). Il détestait cette coupe de cheveux quand il l'avait (interview en question ici).

Photo_5_267h_400w

ANIMALS AS LEADERS – "CAFO" (Animals As Leaders)

CCC : (le groupe rit quand la guitare arrive, personne n'a la moindre idée de ce que c'est) Donc groupe instrumental... guitar hero noir...

Agnete : Aucune idée.

Anders : Necrophagist ?

CCC : Nope. Bon, vous n'allez pas trouver donc c'était Animals As Leaders. Jamais entendu parler ?

Agnete : J'ai vu le nom sur des posters, c'est tout.

CCC : La question associée : à quel point la technique instrumentale est-elle importante pour vous ?

Agnete : Elle ne l'est pas.

Tormod : Hmm... ça dépend...

CCC : Ah, un peu de désaccord !

Mads : Ca n'a jamais été important dans Madder Mortem en tant que tel, nous ne pensons pas être un groupe très technique d'ailleurs.

Agnete : Nous ne sommes pas des manches, nous savons jouer, mais voilà.

Tormod : Il faut une base technique pour servir de fondation (acquiescement général).

Agnete : En fait nous avons progressé techniquement au fil des années parce que nous voulions jouer telle ou telle partie qui n'était pas à notre portée. On essayait de jouer tel plan et on se rendait compte qu'il fallait le travailler.

CCC : Des exemples précis en tête ? De chanson qu'il a fallu vraiment travailler pour pouvoir la sortir ?

Agnete : La plupart d'entre elles (rire général). Personnellement j'ai gagné un ton de tessiture vocale sur chaque album à force de travail.

CCC : Et pour chacun ici : quelle est la chanson de Madder Mortem la plus difficile à jouer ?

Mads : La plupart d'entre elles ont au moins une partie difficile, souvent parce que le tempo accélère ou parce que je dois rester concentré pour passer tel ou tel plan. Je n'ai pas de chanson particulière qui me vient en tête...

Agnete : J'ai une suggestion pour toi (Mads acquiesce) : "Parasites", parce que c'est vraiment très éloigné de ton style de jeu naturel.

Mads : Oui ! Je n'avais jamais joué de blast-beat avant, mais le riff de "Parasites" exigeait un blast-beat à ce moment-là.

Agnete : Oui, mais tu joues les blast-beats comme ça (imite quelqu'un d'hypercrispé qui tape très vite), comme si tu essayais de tuer ta caisse claire. La plupart des batteurs de metal extrême sont très relax quand ils jouent des blasts. Toi tu défonces ta batterie... et tu chantes de choeurs en même temps (rires).

Mads : Pas sur le blast-beat, heureusement ! Mais oui, en plus de la technique j'ai tendance à cogner sur mes fûts aussi fort que je peux.

CCC : Pour la basse ?

Tormod : Pour moi ? Tout (rires). Mmh... probablement "Parasites"aussi. Après plus je la joue plus c'est facile. Il y a aussi les vieilles chansons comme "Ruby Red", la difficulté est de retenir les lignes de l'ancien bassiste car elles sont très différentes de la manière dont je fonctionne.

Agnete : Les lignes de basse sur All Flesh Is Grass sont bizarres. Elles sont très cools mais un peu folles.

Tormod : En plus on ne les joue pas souvent en répète ou en concert, donc ça n'aide pas. Et je n'avais pas beaucoup d'expérience quand j'ai rejoint Madder Mortem, donc tout était toujours un petit peu au-dessus de mon niveau technique. J'ai dû progresser à chaque fois pour jouer chaque chanson.

CCC : Et pour le chant ?

Agnete : Probablement "Blood on the Sand", elle est éprouvante pour la voix. Ca ira mieux une fois qu'on l'aura suffisamment jouée, mais la partie criée « wait for me !!» est difficile à faire sans en faire trop et donc sans se faire mal. Sur la première partie de la tournée nous la jouions en début de concert et on a dû la mettre plus loin dans la setlist parce que la chanter à froid me flinguait. Après il y a aussi des vieilles chansons qui me mettent en difficulté parce que ma voix a changé depuis. "Breaker of Worlds" est difficile, par exemple, la partie où je fais des gammes en « hoooo » est casse-gueule.

CCC : Et c'est terminé ! La victoire va à l'équipe Agnete-Anders sur le score de 5 à 3 !

Agnete& Anders : Yaaaaaaay!



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4