Enslaved

Entretien avec Ivar Bjornson (guitare) - le 19 octobre 2007

32
Aurelsan

Une interview de




Enslaved_20071019

Un an après la sortie de Ruun (chronique ici), Enslaved nous revient en France pour 5 dates exceptionnelles. A l'occasion de leur passage dans la petite ville de Niort au CAMJI, votre serviteur épaulé par son fidèle acolyte Mat ont rencontré Ivar Bjornson. Pèle-mêle, il nous a livré quelques infos sur leur prochain album, ainsi que ses impressions sur les principaux festivals d'été dont le Hellfest et le WOA (live-report ici).

Aurelsan : Nous sommes ici à Niort pour la 4ème date d’Enslaved en France. Savez-vous pourquoi vous jouez ici ?

Ivar Bjornson : Non pas du tout, je ne sais même pas où nous sommes. Quelqu’un m’a juste dit que nous étions à l’ouest de la France. En fait, c’était un souhait du groupe de faire plus de dates françaises. La plupart du temps, le tourneur nous fait passer seulement dans les grosses villes notamment en Allemagne. Cette fois-ci au lieu de faire des gros shows par exemple, nous voulions faire une tournée normale en France et nous avons rajouté 3 dates supplémentaires.

PhotoAurelsan : Est-ce que vous appréciez la tournée ?

Ivar Bjornson : Oui, énormément ! Demain c’est la dernière date en France et après nous allons en Angleterre. L’ambiance est très bonne dans le bus.

Aurelsan : A propos de votre actualité, avez-vous des informations à nous donner sur votre prochain album ?

Ivar Bjornson : Oui, nous passons beaucoup de temps dans le tour bus à écrire. Nous entrons en studio en janvier, je n’ai pas exactement les dates de sortie mais l’album devrait sortir à l’automne 2008. Ce sera un album très lourd, très atmosphérique.


Aurelsan : Comment le définiriez-vous ? Plus comme Ruun ou comme un retour aux sources ?

Ivar Bjornson : Ruun était le meilleur essai pour tenter d’unifier tout ça. En fait, c’est un peu comme un concert d’Enslaved, on essaie de mettre toutes les périodes d’Enslaved. Je crois que le groupe est arrivé à maturité et on essaie de garder ça : du son comme à nos débuts et des parties plus expérimentales. Je ne sais pas vraiment comment sera le prochain album, c’est toujours une surprise.

Aurelsan : Et vous arrive t-il de collaborer avec d’autres artistes de la scène norvégienne ?

Ivar Bjornson : Oui c’est très important pour nous de faire autre chose. Bon je ne sais pas si c’est vraiment important mais on aime ça comme par exemple travailler avec des artistes funks, progressifs… Je n’ai pas une conception nationaliste de la musique, peu importe d’où viennent les gars.

Aurelsan : Pouvez-nous dire un petit mot à propos de Shining (groupe de prog norvégien) qui vont jouer avec vous demain ?

Ivar Bjornson : C’est un groupe très cool. Je pense qu’ils ont pas mal de tripes. Les groupes comme eux ont souvent des à priori négatifs sur le black métal. A leur début, c’était un simple groupe de jazz et puis ils ont évolué, expérimenté pas mal de choses et maintenant ils s’essaient dans le heavy metal. En tant que groupe de métal nous sommes heureux de les accueillir.

Aurelsan : Enslaved a reçu un grammy award en Norvège cette année. Est-ce important pour le groupe de recevoir un tel prix ?

Ivar Bjornson : Oui bien sûr, c’est très sympa mais pour un groupe comme nous et dans le monde du métal, ça ne signifie finalement pas grand-chose. Les personnes qui écoutent du métal font très attention à ce qu’ils écoutent. On ne peut pas dire à un type : « ils ont gagné un prix alors ça veut dire que c’est bon », il ne croira jamais ça. A la rigueur sur certains festivals en Norvège nous nous retrouvons en haut de l’affiche. Je ne vois que ça.
Photo


Aurelsan : Quel est votre meilleur souvenir de tournée ?

Ivar Bjornson : Je dirai notre première tournée en 1995 bien sûr, c’était très excitant, et puis le Hellfest et le Wacken cette année.

Aurelsan : Avez-vous apprécié le Hellfest ?

Ivar Bjornson : Oh oui, c’était dingue. D’ailleurs, j’ai toujours de la boue sur mes chaussures de scène, je crois que ça va rester pour toujours. La scène était géniale aussi.

PhotoAurelsan : Et comment compareriez-vous le Hellfest et le Wacken ?

Ivar Bjornson : Je pense que le Hellfest est plus extrème, avec plus de groupes mélodiques. Le Wacken, on y croise plus de grands gars avec des bières énormes… c’est allemand !

Aurelsan : Et pour finir, vous voulez ajouter quelque chose pour vos fans français ?

Ivar Bjornson : Oui, je voudrais les remercier d’avoir soutenu Enslaved pendant tout notre parcours. Parce que tu sais Enslaved a connu beaucoup de changements, nous expérimentons énormément parfois dans le black, parfois dans le progressif. La France a des supers fans, de la bonne bouffe, du bon vin, que demander de plus ?


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4