CHRONIQUE PAR ...

113
Ptilouis
le 13 juin 2017




SETLIST

Canvas
Sectarian
Savia
Sister
Pluton
The Words
Opal
Kuraman
Jinn
Fraccions

Rappel

Tabula Rasa
Lucidity

AFFILIÉ

15 avril 2017 - Paris - O'Sullivan By The Mills


Soen_Paris_-_O'Sullivan_By_The_Mills_20170415

Soen fait partie de ces groupes qui ont la classe, peu importe ce qu’il se passe. Qu’il vente, qu’il pleuve, que les lumières et le son soit pourraves, ils ont la classe. Rien ne peut y faire, c’est comme ça. Alors, Les Éternels n’avaient aucune raison de bouder leur plaisir en allant les admirer surtout que cela permettait de voir un premier groupe de qualité avec l’avant-gardisme touchant des Norvégiens de Madder Mortem (que CCC vous raconte avec tout son fanboyisme ici). Bref, samedi 15 avril, Paris bruissait d’un prog tantôt classieux, tantôt avant-gardiste et cela faisait plaisir à voir.

Donc si vous ne l’avez pas compris, pour profiter de la première partie de ce concert direction le live report de CCC. Puis, revenons à nos moutons avec Soen. Les gars entrent sur scène alors que la fosse s’est bien remplie. Et c'est sur les premières notes tribales de "Canvas", mettant bien en valeur un Martin Lopez très en forme sur la droite de la scène, que le groupe prend place. Dès le départ, les musiciens arrivent  à installer une ambiance touchante et mélancolique plongeant les spectateurs dans une rêverie mâtinée de riffs alambiqués et de contre-temps. C’est beau, Joel Ekelof est très en voix et bien ému par les réactions enthousiastes du public. Le concert commence bien.
Les suédois enchaîneront ensuite avec l’opener "Sectarian" de leur dernier né Lykaia que le public apprécie. Mais le groupe n’oubliera pas d’enchaîner entre ses différents albums afin de satisfaire tout le monde. Cela permettra notamment à Martin Lopez de s’en donner à cœur joie sur les morceaux de Cognitive (on pourra  d'ailleurs apprécier fortement son jeu sur l’énorme "Fraccions") mais c'est aussi là le principal défaut du concert. En effet, le son de la batterie est beaucoup trop fort. Alors certes, le mec est un tueur et se fait plaisir, mais si cela se fait au détriment des autres musiciens, c’est un peu dommage. D’autant qu’à côté, Joel Ekelof s’avère impérial, classe et délivre une sublime prestation sur la très jolie "Sister".
Mis à part ce petit défaut noté, la prestation est impeccable. Les morceaux s’enchaînent dans une ambiance aérienne, fortement aidée par les nouvelles pistes issues de Lykaia. La guitare tranche par moments, Marcus Jidell propose quelques jolis soli bien inspirés et le clavier de Lars Ahlund englobe fort bien le tout. La basse elle, semble un peu absente, mais ce n’est finalement pas si grave. De ce concert, on retiendra une athmosphère, une classe et les mots touchant de Joel Ekelof évoquant en des termes simples les événements du Bataclan lors du rappel. Un rappel qui commence fort avec l’alambiquée "Tabula Rasa" et ses contre-temps fourbes, histoire de redynamiser la foule. Puis, afin d’apaiser tout le monde, les notes de "Lucidity" résonnent, le chant est repris par le public sur l’invitation de Joel Ekelof, tandis que les longues notes de guitares planent. Calme, histoire de finir ce concert d'une manière apaisée.

Les Suédois saluent sous l’ovation d’un public conquis. Il faut dire qu’entre un Madder Mortem étonnant et vraiment très bon et un show tout en émotion de la part de Soen, les fans de metal progressif ont eu de quoi être rassasiés. Dommage que la batterie aient été aussi forte, seul point noir d’un show plein de maîtrises et d’émotions, à l’image du visage sincèrement ému du chanteur à la fin du concert.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1