CHRONIQUE PAR ...

113
Ptilouis
le 12 juillet 2017




SETLIST

Kerosene
March to the Sea
Morningstar
Green Theme
Shock Me
If I Have to Wake Up (Would You Stop the Rain?)
Fugue
The Sweetest Curse
Tower Falls
Chlorine & Wine
The Gnashing
Isak
Take My Bones Away

AFFILIÉ

Baroness
Paris - Scène Bastille
(04 février 2008)
Paris - Trabendo
(02 octobre 2013)
Hellfest (Clisson)
(20 juin 2008)

16 juillet 2017 - Hellfest


Baroness_Hellfest_20170716

Cela faisait des années que je n’avais pas vu Baroness, depuis leur tounée Yellow & Green pour être exact, et j’en avais gardé le souvenir d’un groupe ultra classe et efficace. C’est donc avec une certaine excitation que je me suis rendu sous la Valley, persuadé de prendre une claque. Et quelle claque !

Les Géorgiens débarquent sur les notes de l’excellente "Kerosene", issue de leur dernier disque, Purple. Les riffs sont efficaces, les guitares sonnent de façon ultra claire et dans l’ensemble, le son est impeccable. John Baizley irradie de classe avec sa longue barbe et les riffs à la guitare qu’il décoche avec brio. À ses côtés, Gina Gleason, nouvelle guitariste lead venant du Cirque du Soleil, joue parfaitement son rôle, enchaînant les mélodies à la six cordes. Elle aussi ne manque pas d’un certain charisme avec son crâne à moitié rasé et ses longs cheveux d'autre part. L’heure va s’égrener et le groupe alterner des morceaux issus de l’entièreté de leur discographie avec une prédominance pour Purple. Pour accompagner les différents titres, le visuel en arrière-plan alterne entre les différentes couleurs des albums ajoutant encore une touche d’esthétisme au show. 
Mais revenons aux morceaux : les Américains vont ainsi livrer une première partie plus axée sur les deux derniers albums avec l'exellent "March To The Sea", les moments plus aériens de "Green Theme", ou le refrain très efficace de "Shock Me". Puis, après "Fugue", John Baizley annonce qu’ils vont revenir sur des titres plus anciens. C’est alors au tour de Blue et Red de faire leur apparition et de mettre un peu de chaos et de gras pour ajouter une nouvelle touche de couleur au concert. Les riffs de "The Sweetest Curse" et "Tower Falls" balancent assez d’énergie et de lourdeur pour pousser la foule au headbang. Puis pause avec l’excellente, mais plus calme, "Chlorine & Wine" pour que reviennent de plus belle les titres des premiers albums dont un "Isak" de feu, montrant définitivement que le groupe sait proposer un concert varié et de qualité. 


Enfin, l’inratable "Takes My Bones Away", repris par le public, clôturera un des tous meilleurs sets de ce vendredi et un des plus classes de ce festival. Je ne m'étais pas trompé, Baroness ça reste une leçon d'élégance et de musique, tout simplement.

Crédits photo : E.L.P-Photo (Elie Lahoud-Pinot Photography)
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3