CHRONIQUE PAR ...

113
Ptilouis
le 12 juillet 2017




SETLIST

Radio
Roots Radicals
Journey to the End of the East Bay
Maxwell Murder
The 11th Hour
Nihilism
East Bay Night
Dead Bodies
Ghost of Chance
Telegraph Avenue
Old Friend
Where I'm Going
Salvation
Bloodclot
Olympia WA.
It's Quite Alright
Listed M.I.A.
Tenderloin
Buddy
Fall Back Down
Time Bomb
Ruby Soho

AFFILIÉ

16 juin 2017 - Hellfest


Rancid_Hellfest_20170616

Ce vendredi, le punk est à l’honneur à la Warzone avec l’un de ses groupes phares des années 90 : Rancid. Et les vieux briscards semblent remontés comme jamais malgré leurs vingt-six années de carrière.

Alors que la Warzone est blindée, les Californiens balancent la dose de titres directs et dansants (vingt deux au total !). Le son est très bon, laissant bien entendre la basse de Matt Freeman et les guitares de Lars Frederiksen et Tim Armstrong. Les gars auront l’occasion de revisiter leurs anciens albums et notamment And Out Come The Wolves… tout en faisant une petite place au dernier paru cette année, Trouble Maker. On pourra reprocher au groupe de ne pas avoir un grand jeu de scène, mais l’énergie qu’ils donnent avec leurs différents titres et les nombreux chœurs permettent à la foule de se trémousser le popotin tout en entonnant les nombreux refrains ultra efficaces ("Nihilism" !). D'ailleurs, la présence de Tim Armstrong avec son énorme barbe et son chant nasillard apporte pas mal à la scène.
Bref, Rancid revient avec son lot de bonne humeur et si le concert met un peu de temps à décoller, petit à petit la sauce prend et le public danse sans déplaisir alors que devant la scène, les slams et les pogos pas trop violents se succèdent. Quand soudain, les Californiens enchaînent les titres imparables comme "Listed M.I.A.", pendant lesquels Lars Frederiks enfile les solos simples et efficaces, Tim Armstrong se montrant pour sa part ultra entraînant. "Buddy" suit dans la même veine, mais c’est surtout la succession finale qui achève le public : un "Fall Back Down" au refrain de folie, un "Time Bond" entêtant que les Toy Dolls ne renieraient pas et, pour finir, "Ruby Soho" avec, encore une fois, une mélodie qui restera longtemps en tête.


En l’espace d’une heure, Rancid a fait revivre pour beaucoup une partie de leur adolescence dans la joie, la bonne humeur et l’énergie. Tout simplement.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3