CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
le 10 avril 2018




SETLIST

Crowbar:
Conquering
High Rate Extinction
All I Had (I Gave)
Plasmic and Pure
The Cemetery Angels
The Lasting Dose
Walk With Knowledge Wisely
I Am the Storm
...And Suffer as One
Planets Collide
Existence Is Punishment
Like Broken Glass

AFFILIÉ

05 avril 2018 - Dunkerque - 4 Ecluses


Crowbar_-_WILD_Dunkerque_-_4_Ecluses_20180405

Piliers de la scène NOLA (de la Nouvelle-Orléans, remarque adressée aux deux du fond qui n’ont toujours pas suivi), Crowbar a décidé de fouler le sol européen en ce début de printemps. C’est donc avec joie que le nord de l’Hexagone a reçu la nouvelle de la venue des États-Uniens, avec pas moins de deux dates. La première annoncée, au Betiz Fest de Cambrai le 7 avril, à laquelle est venue s’ajouter rapidement celle de Dunkerque, deux jours auparavant.

Les 4 Écluses, salle connue de tous les amateurs de musique de la région, avait donc le privilège d’ouvrir ses portes à une véritable légende du metal. En effet, bien que moins médiatisé que certains de ses compères œuvrant dans un registre proche, Crowbar a toujours été un nom synonyme de qualité et ce n’est pas cette soirée qui viendra l’infirmer. Peu de monde au début, ce qui a pu interloquer, cependant la salle finira par être presque pleine, malgré une programmation en pleine semaine.
W.I.L.D., groupe régional, a la lourde tâche d’ouvrir pour les géants américains. Cela fait de nombreuses années que la troupe s’évertue à offrir sa musique puissante. Avec quatre albums au compteur, si l’on compte la période où la formation s’appelait encore Wild Karnivor, les Nordistes vont mettre un point d’honneur à rappeler à l’assistance qu’ils sont très à l’aise dans l’exercice du live. La fierté de se retrouver là sera évoquée à plusieurs reprises par le frontman, Jérôme Thilly. Elle n’empêche cependant pas le quintet d’enchainer les titres efficaces, avec un certain nombre de riffs tranchants, sans retenue. Malheureusement, comme l’a remarqué le groupe, le public réagit peu, comme s’il souhaitait se réserver pour la tête d’affiche. Qu’importe, il faut bien reconnaitre les qualités des Lillois, qui, s’ils n’emportent pas la foule, ont dû impressionner par leur professionnalisme. Le meilleur des compliments viendra plus tard dans la soirée de Kirk Windstein en personne, saluant la prestation des Nordistes. Un titre du prochain album à paraître à l’automne 2018 a été présenté, du thrash death dans la droite lignée de ce que W.I.L.D. sait concocter. Rendez-vous donc en fin d’année pour découvrir ce cinquième opus, toujours chez Over Powered Records.
Quelques minutes de pause, permettant de se rendre compte des grands progrès du jeune homme au bar, capable désormais de servir parfaitement une Delirium dans une ecocup (un véritable exploit), et déboulent les tant attendus Crowbar. Les premiers instants laissent pointer une crainte. Le son, très audible, semble pourtant manquer de puissance. Un comble lorsque l’on sait tous les efforts déployés par la formation pour terroriser le monde entier à grand coup de riffs colossaux. Heureusement, cette désagréable sensation s’estompera vite, l’ingé son parvenant à rendre ses lettres de noblesse à la musique des gars de la Louisiane. Finalement, les parties lourdes vont écraser les tympans des auditeurs qui en demanderont sans cesse toujours plus. Il est vraiment impressionnant de voir que la plupart des morceaux sont encore plus heavy que dans leur version studio. À titre d’exemple, l’excellent "The Lasting Dose" avec un tempo ralenti, laisse entrevoir le talent des musiciens, capables d’hypnotiser et de martyriser en même temps une salle. La setlist pioche dans le large éventail du catalogue que les Américains se sont constitués depuis près de trente ans. Les nouvelles compositions, "Plasmic and Pure" et "I Am The Storm" côtoient quelques vieilleries comme "All I Had (I Gave)" ou "High Rate Extension". Parmi les classiques, "Planets Collide" sera également de la partie. Quel bonheur d’entendre cette pièce d’une mélancolie peu commune. Kirk Windstein, du haut de ses cinquante deux ans, est en forme. Imposant dans tous les sens du terme, il mène de main de maître le concert, avec ses vocaux si particuliers, éraillés et mélodiques à la fois. Crowbar prouve ce soir à ceux qui en doutait encore qu’il est bien l’un des rois du sludge. Les parties de guitares, telles des massues, martèlent des passages simples mais ô combien efficaces. La section rythmique n’est pas en reste en étant au diapason du reste de la formation. Là où le quintet est vraiment ahurissant, c’est dans sa capacité à s’imposer sans aucun artifice. De bons riffs pachydermiques et un son effrayant, le tout exécuté avec une classe incroyable. Toute bonne chose ayant une fin, c’est l’enchaînement "Existence Is Punishment" et "Like Broken Glass" qui viennent achever cette foire à la lourdeur.


Crowbar est venu et Crowbar a vaincu. Peu de doutes quant à la qualité du concert existaient, mais à la sortie nombreux étaient celles et ceux qui avouaient tout de même avoir été bluffés par une prestation sans faille. Et de faire de cette date un moment mémorable. Merci encore aux 4 Écluses de proposer ce genre de soirée et à très bientôt.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3