CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
le 09 avril 2022




SETLIST

Marduk :

Werwolf
The Hangman of Prague
Seven Angels, Seven Trumpets
Those of the Unlight
Frontschwein
Materialized in Stone
Beyond the Grace of God
The Funeral Seemed to Be Endless
Viktoria
Bleached Bones
The Sun Has Failed
World Funeral
Wolves

Rappel :
Christraping Black Metal
Panzer Division Marduk

Vader :

Dark Age
Black to the Blind
Silent Empire
Blood of Kingu
Shock and Awe
Into Oblivion
Reborn in Flames
Carnal
Wyrocznia
Epitaph
Whisper
What Colour Is Your Blood?
Wings
Sothis
Cold Demons
Steeler (reprise de Judas Priest)

Impalement :

The Tombs of the Saints
The Impalement
Within the Court of Rats
Satan’s Fire in My Eyes
Thus Spoke I - Götzendämmerung

AFFILIÉ

Vader
Clisson - Hellfest
(23 juin 2007)
Lyon - CCO
(04 octobre 2005)
Paris - La Locomotive
(01 mai 2008)

Marduk
Lyon - Transbordeur
(03 septembre 2005)
Wacken
(05 août 2006)

18 mars 2022 - Black Lab Wasquehal


Vader_-_Marduk_-_Impalement_Black_Lab_Wasquehal_20220318

Les vrais concerts reprennent. Comprenez, ceux avec un public nombreux, sans masque, durant lesquels flottent des effluves de bière et de sueur. C’est donc, avec une joie non feinte que nous rejoignons le lieu qui accueille deux monstres de la scène extrême, unis pour une mini tournée sobrement intitulée United Titans. Quelques minutes nous sont laissées afin de découvrir les lieux de cette confrontation qui s'annonce plus qu’alléchante sur le papier. Le Black Lab est une salle tout à fait sympathique, dotée d’un magnifique bar, ce qui lui confère un charme supplémentaire.

Avant que n’arrivent les mastodontes du jour, et pour mettre en appétit le public venu en nombre, IMPALEMENT entend chauffer quelque peu l’auditoire, à l’aide de son black death de bonne facture. Les Suisses, qui ont sorti pour le moment un unique album en 2020, ne s'encombrent que peu de finesse. Ici, la violence est prépondérante. L’on navigue dans une atmosphère qui rappelle quelque peu Belphegor. Certains riffs, ici ou là, évoquent Dissection, notamment concernant l’aspect mélodique. Blasts et passages plus lourds se marient très bien, et, si la recette a été mainte fois éprouvée, notons que cette revisite n’est pas désagréable. Des morceaux tels que "Within the Court Of Rats" ou "The Impalement" permettent de prendre conscience du niveau plus qu’intéressant de la jeune formation. Une remarque néanmoins, concerne le son, qui n’est pas optimal. Les guitares ont en effet parfois des difficultés à se frayer un chemin, écrasées par une batterie mise trop en avant. Peut-être les qualités du batteur, pièce essentielle ici, expliquent cette prépondérance sur le reste des instruments ?
Quelques minutes de répit sont offertes, l’occasion pour beaucoup de se retrouver, discuter ou partager un verre. Les sourires sont nombreux et l’on mesure désormais l’importance de ces moments que la pandémie avait éteints. Et de se préparer aux deux géants qui ont décidé de se faire face durant ce mois de mars. À ma gauche, pour débuter, comptant pas moins de trente-neuf années d’activités et quinze albums, les rois du death polonais. Et ce n’est pas avec la prestation de ce soir qu’ils risquent d’être réellement inquiétés. En effet, Peter, chef de l’ensemble, n’a jamais trahi la cause du death thrash. La tournée en cours sera l’occasion pour lui de présenter un nouveau-venu, en la personne de Michal Andrzejczyk, derrière la batterie, en remplacement de James Stewart, parti voguer sous d’autres cieux, après onze ans de bons et loyaux services. La machine VADER est bien huilée. Rien n’est laissé à l’improvisation. Les riffs pleuvent comme autant de coups et c’est avec un bonheur non dissimulé que le public en redemande. De Profundis est mis en lumière ce soir, l’enchainement "Silent Empire"/"Blood of Kingu" est toujours aussi intense, sans parler de l’excellente "Reborn In Flames". Le groupe va cependant chercher dans toutes les périodes de sa carrière pour assommer l’auditoire, du récent "Shock and Awe" à l’ancien "Dark Age", en passant par la virulente "Carnal" et l’incontournable "Wings". Vader est dans une forme incroyable et offre une prestation sans faille. Les Polonais quittent la scène après une reprise de Judas Priest, "Steeler", heureux d’avoir pu en découdre. Nous voilà sonnés et il semble alors difficile de succéder à cette tornade.

MARDUK se présente malgré tout sur le ring, avec la ferme intention de relever le défi. Là aussi, le groupe a décidé de ratisser large et de proposer une setlist en forme de best of, allant de ses débuts, "The Funeral Seemed to Be Endless", aux plus récent "Werwolf" et "Viktoria". Premier constat, le style a beau être différent, le show proposé est pour le moins également intense. Que ça blaste furieusement, comme sur "Panzer Division Marduk" ou sur l’excellent "Christraping Black Metal" ou que le tempo soit ralenti, "Materialized In Stone" et "Bleached Bones" en tête, les Suédois font preuve d’une maitrise ahurissante dans l’agression sonore. Morgan et son physique imposant laisse sa guitare envoyer des salves puissantes, alors que la section rythmique atomise les pauvres hères venus chercher leur dose de violence. Et que dire de Mortuus, qui délivre une excellente prestation, envoutant l’auditoire avec son chant si particulier, qui est désormais l’un des points forts du collectif. "Frontschwein", "World Funeral", "Those Of The Unlight" sont autant d’uppercuts qui claquent et font mal. Après plus de trente ans à sillonner les routes du monde entier, Marduk a toujours su s’imposer comme un grand groupe de scène, ne craignant que peu la comparaison avec d’autres colosses.


Les lumières se rallument, les verres se vident, les conversations s’achèvent. Il est temps de quitter le Black Lab, en reconnaissant que la soirée fut excellente en tout point. L’opposition du soir ne pourra départager ni Vader ni Marduk. Aucun vainqueur donc, si ce n’est le public, repartant avec des souvenirs de cette soirée marquée du sceau de la grandeur et de la brutalité.

Énorme merci aux organisateurs, à Shooting Metalhead pour les photos et aux deux titans !

https://www.facebook.com/Garmonbozia.Inc/

https://www.facebook.com/ShootingMetalheadlapage/


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3