CHRONIQUE PAR ...

13
Dupinguez
le 20 janvier 2008




SETLIST

Overture 1928
Strange Déjà-Vu
Panic Attack
Forsaken
Constant Motion
Pull Me Under
Another Day
Take the Time
Surrounded
Metropolis pt.1
Under A Glass Moon
Wait for Sleep
Learning to live

Rappels :

The Spirit Carries On
As I Am

AFFILIÉ

Dream Theater
Paris - Le Palais des Congrès
(06 mars 2016)
Paris - Parc des Princes
(25 juin 2005)
Paris - Zénith
(07 février 2002)
Frauenfeld - Festhalle Ruegerholz
(04 février 2004)
Lille - Aéronef
(13 octobre 2005)
Frauenfeld - Festhalle Ruegerholz
(28 octobre 2005)
Clisson - Hellfest
(24 juin 2007)
Paris - Zénith
(31 janvier 2014)
Paris - Zénith
(05 octobre 2007)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2009)
Sonisphere France (Snowpark, Amnéville)
(08 juillet 2011)

26 juin 2007 - Clermont-Ferrand - Coopérative de mai


Dream_Theater_Clermont-Ferrand_-_Cooperative_de_mai_20070626

Dream Theater ne fait pas l'unanimité en live. Tour à tour accusé d'être statique et peu communicatif sur scène, parfois approximatif au niveau du chant, ayant des goûts pour le moins etranges lorsqu'il s'agit de confectionner la setlist, le combo américain est donc accueilli dans l'expectative à chacune de ses venues, même s'il a tendance à se bonifier avec le temps. Oui mais voilà, on aurait entendu ci et là que, pour fêter l'anniversaire de l'album Images & Words, l'album considéré par beaucoup comme le meilleur du groupe, certaines dates auraient été choisies. Pourquoi? Comment? Déjà, à l'ouverture des portes, une rumeur court qu'il se pourrait que peut-être...

La formation prog polonaise Riverside a été invitée ce soir pour assurer la première partie, et delivre une musique assez peu pêchue qui, même si l'on peut y reconnaître une grande qualité, se prête mal à l'exercice présent, à savoir chauffer le public. Celui-ci réserve tout de même bon accueil aux polonais qui, entre deux pavés de 10 minutes, balbutient quelques mots de remerciement. Après trois quart d'heures d'un relatif ennui, les membres quittent la scène un par un, et ne laisseront probablement pas un souvenir impérissable de leur passage à Clermont-Ferrand. A essayer en version studio cependant. Par contre, quelques bonnes surprises rassurent déjà quand à la suite de la soirée : la salle est remplie par environ 1500 – 2000 personnes, le son est excellent et la scène bien spacieuse.

Alors que finissent de tourner des reprises du théâtre des rêves faites par des violoncellistes dans les enceintes, les lumières s'éteignent enfin : place au spectacle. Un collage de bouts de chanson en guise d'intro, et les membres déboulent enfin pour un petit "Overture 1928" des familles, morceau bien pêchu qui permet enfin à la foule de se lâcher, suivi par un logique "Strange Déjà-Vu". La machine est bien huilée : quelques discours de chauffe ci et là, des classiques pour ouvrir le show, deux nouveautés pour promouvoir le dernier album, un light-show efficace, un jeu de scène qui ne laisse aucune place à la surprise. Et pourtant, rien n'y fera : ce concert ne sera pas comme les autres. Pourquoi? La Terre des Immortels à, pour ses lecteurs passionés, décidé d'envoyer ses membres afin de rapporter un documentaire live de ce concert. Extrait.

- « Hello France, how are you doing toniiiiiiight?? » « YEAAAAAAAAAAAAAAAAAH » « Okay. As you know, we have an album that is 15 years old this year. And we've selected a few dates to celebrate that birthday... THAT'S WHY WE'RE GOING TO PLAY IMAGES & WORDS IN ITS ENTIRETY TONIGHT » « ARGHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH!!! » S'ensuit environ une heure de pure folie, avec pour commencer le tube absolu "Pull me Under", qui fait en temps normal figure de rappel ultime. Et comment decrire ces moments de magie que sont "Metropolis pt I", "Take the Time", "Wait for Sleep/Learning to Live"? La communion est telle que le public va jusqu'à reprendre les couplets et les refrains. L'album est reproduit avec fidélité, malgré quelques petites modifications et incursions de petits délires, ce qui demande une performance tout de même assez remarquable. Et cette performance se résumera en deux mots ce soir : James LaBrie. L'homme est en forme, TRÈS en forme. Il va tout simplement passer toutes les chansons dans leur qualité originelle alors que les lignes de chant en question sont probablement les plus difficiles qu'il ait jamais eut à chanter. Le membre le plus critiqué du théâtre fera taire pour un soir tous ses detracteurs.


Après ça, le groupe revient pour finir d'achever une assemblée qui n'en demandait pas tant avec deux rappels. Mais quoi qu'il arrive, il est trop tard : le mal est fait et rien ne sera jamais plus comme avant. L'ovation sera à la hauteur de la performance délivrée : incroyable. A tel point qu'on aurait préféré que la formation, plus conformément à ses habitudes, offre un show plus long plutôt que de faire appel à une première partie qui n'en valait pas vraiment la peine. Mais ce serait bouder son plaisir. D'ailleurs, à peine la soirée terminée qu'une seconde rumeur se met déjà à circuler : on parlerait maintenant d'un album live...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1