CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
le 08 septembre 2007




SETLIST

N/A

AFFILIÉ

03 août 2007 - Wacken


Possessed_Wacken_20070803

La programmation de Possessed, c'est un peu la surprise du chef de la part de l'organisation du Wacken. Parce qu'il faut bien avouer que ce groupe, qui mérite bien le qualificatif souvent galvaudé « culte », avait disparu de la circulation depuis bien longtemps. Adepte d'un thrash sombre et brutal, auteur de 2 albums en 1985 et 1986, dont l'album Seven Churches, ode au satanisme et précurseur du death metal (un morceau porte ce nom d'ailleurs), Possessed a splitté dans la foulée de son dernier EP sorti en 1987. Et si de son côté, le guitariste et co-leader Mike Torrao a bien essayé de réactiver le groupe avec un line-up complètement nouveau en 1993, sa tentative a rapidement avorté. Quid donc de cette nouvelle mouture ? Et bien, il s'agit en fait d'un prolongement de la collaboration entre le chanteur et autre co-leader Jeff Becerra et le groupe Sadistic Intent, qui avait donné naissance à la reprise de "The Exorcist" sur un album tribute à Possessed sorti en 2004. Et c'est donc sous ce nom que l'entité se produit à Wacken.

Bien évidemment, la première chose qui marque, c'est de voir Jeff Becerra arriver sur scène dans un fauteuil roulant. L'ex-bassiste est en effet paraplégique depuis 1989, où il fut victime d'une tentative de vol qui a mal tourné. Ce handicap n'empêche pas le chanteur de headbanguer comme un damné et d'afficher un sourire radieux qui fait vraiment plaisir à voir. Côté backstages, Becerra sera d'ailleurs l'un des musiciens les plus disponibles et les plus heureux d'être présents au Wacken, la grand messe du metal mondial. Quant à ses partenaires, ils nous rejouent la scène du headbanging à la Mustaine de la grande époque : 45 minutes à secouer la tête légèrement penchée en avant, cheveux masquant le visage, ce qui fait que si vous les croisiez dans la rue, vous ne pourriez même pas les reconnaître. D'autant que leur présence scénique ne s'arrête pas à une simple attitude : techniquement, ça envoie le bois, il faut pouvoir envoyer des rythmiques ultra-speedés sans discontinuer pendant un tel laps de temps. Voilà en tout cas un groupe convaincu par ce qu'il joue et qui y met toutes ses tripes !

Après, musicalement, il faut pouvoir adhérer à la démarche. Il faut bien reconnaître que la musique de Possessed est assez linéaire et hermétique, et qu'il est difficile de se rattacher à un refrain en particulier. Du coup, les morceaux défilent et l'impression d'ultra-violence finit peu à peu par se dissiper et laisser place à un sentiment de lassitude. Becerra est parfois un peu à la ramasse au niveau rythmique, mais il compense par une hargne peu commune. Bien que Possessed devait à l'origine disposer d'une heure de jeu, la durée de son set a finalement été ramenée à 45 minutes suite à la réorganisation du planning après l'incendie. Compte tenu de la discographie très peu fournie de Possessed, cela suffit largement pour caser l'ensemble des classiques. Placé en ouverture, "The Exorcist" fait l'effet d'une véritable déflagration et plonge immédiatement le public dans l'ambiance. Les quelques aficionados qui remontent à la hâte dans les premiers rangs dès les premières notes de l'intro sont en tout cas ravis de l'aubaine. "The Heretic" fait également partie des temps forts du show, qui se conclue sur une version apocalyptique de "Death Metal", bien évidemment.


Au final, il y a peu de chances que ce concert figure parmi les plus fédérateurs du festival, compte tenu de son caractère assez extrême. Mais si les amateurs se seront délectés de la décharge d'adrénaline et d'agressivité délivrée par Possessed, les autres auront pu apprécier quant à eux la leçon de vie donnée par Jeff Becerra et le plaisir contagieux éprouvé par celui-ci.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3