CHRONIQUE PAR ...

1
Blackmore
le 20 janvier 2008




SETLIST

Belexes
Paradox
Opus Insert
Miracles Out Of Nowhere
Icarus (Borne On Wings Of Steel)
Magnum Opus
Song For America
The Wall
Bringin' It Back
Point Of Know Return
Portrait (He Knew)

Rappels :

Dust In The Wind
Carry On Wayward Son

AFFILIÉ

21 juin 2005 - Pratteln - Z7


Kansas_Pratteln_-_Z7_20050621

Souvent peu cité, Kansas reste pourtant un monument du prog 70’s. L’engouement pour ce groupe n’a certes pas dépassé les frontières US mais on aurait tord de le considérer comme mineur. Surtout que Kansas reste l’une des influences principales du metal prog actuel (Dream Theater ou Symphony X en tête). Ajoutons à cela le fait que le groupe n’était plus venu par ici depuis bientôt seize ans et l’on comprendra l’ampleur de l’événement. Et puis bon, c’est quand même le plus grand groupe de la Terre, ceci dit en toute subjectivité!

La première partie était tenue par un jeune groupe Suisse totalement inconnu pour moi, il s’agissait de Dawn. Le groupe s’est fendu, en entrée, d’une reprise ma foi fort bien exécutée du mythique "Firth Of Fifth" de Genesis. Intentions claires, il s’agira ici d’un rock prog post Genesien assez musclé (mention très bien pour le batteur au jeu sec et nerveux). Le groupe est inspiré mais les compos s’essoufflent assez rapidement. Gageons que la maturité du groupe n’est pas encore établie. On attendra leur prestation au Progsol pour savoir si il y a eu une amélioration significative.

Mais à peine le temps d’aller chercher de quoi se rafraîchir et de discuter avec les amateurs présents que le grand, que dis-je, le terriblement culte (du moins pour votre serviteur ici présent) Kansas entre en scène! C’est carrément un rêve de gosse qui se réalise sous mes petits yeux humides lorsque mes oreilles entendent les premières notes de "Belexes", un des grands morceaux du premier album. Première constatation, ça joue très bien! On a beau avoir un attroupement de vieux schnocks en face de nous, force est de constater qu’ils ont encore la patate! Surtout Robby Steinhardt qui nous balance au micro un rock n'roll tonitruant dès le début du set avant de prendre en main son violon fou!

Steve Walsh est aussi particulièrement en forme et en voix. Enfin, si l’on accepte que son timbre se soit modifié avec les années. En effet, la pureté des débuts est loin aujourd’hui depuis qu’un voile rauque s’est posé sur ses cordes vocales, mais Walsh reste un grand chanteur dont l’étendu vocale est impressionnante. Quoiqu’il en soit, même si les passages les plus rock bénéficient du nouveau Walsh, le lyrisme de Leftoverture en prend un petit coup! Car, chose assez surprenante, la set-list est particulièrement ancrée dans la plus belle période du groupe avec des morceaux tel que "Paradox", "Opus Insert", "The Wall" ou bien encore "Portrait (He Knew"). Mais la grosse baffe du concert concerne cette incroyable suite: "Miracles Out of Nowhere", I"carus (Borne On Wings Of Steel)", "Magnum Opus" et "Song For America"! Impensable en effet de voir tant de bon titres alignés de cette manière! A croire que Kansas a voulu remercier ses fans avant tout.

"Song Of America" et "Icarus" sont parfaitement exécutés et c’est un bonheur de tous les instants de voir le groupe s’agiter pareillement devant ces titres! "Miracles Out Of Nowhere" est aussi magnifiquement interprétée! Sachant que c’est l’un des meilleurs titres du groupe, on peut comprendre l’état d’excitation des fans ici présents. Mais comme cité plus haut, Walsh ne rend pas vraiment justice à l’émotion originelle du titre. Plus grave encore, et c’est sans doute là ma principale critique, les parties claviers et guitares de Livgren ne sont pas supportées par un musicien supplémentaire. Rich Williams et Walsh devant alors redoubler d’efforts pour tenter de combler ce manque. Malheureusement, certaines parties sont définitivement passées à la trappe.


Outre ce point légèrement décevant, il faut bien admettre que tout le reste ne fut que joie et allégresse, malgré une durée un peu courte! Avec des fans sautant dans tous les sens quand les premières notes de "Point Of Know Return" résonnèrent ou une émotion palpable lors du rappel avec les deux titres les plus connus du groupe: "Dust In The Wind" et "Carry On Wayward Son". Un magnifique concert donc que je ne suis pas prêt d’oublier. Surtout après ce grandiose "Magnum Opus", véritable tour de force progressif qui mit définitivement l’assistance à genoux.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7