CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 20 janvier 2008




SETLIST

Clenching The Fists Of Dissent / Imperium
Aesthetics Of Hate
Old
Halo
Take My Scars
Descend The Shades Of Night
Davidian

AFFILIÉ

Machine Head
Wacken
(05 août 2005)
Lille - Aéronef
(20 février 2016)
Paris - Bataclan
(10 novembre 2014)
Paris - Bercy
(02 avril 2009)
Hellfest (Clisson)
(20 juin 2009)
Wacken Open Air (wacken)
(01 août 2009)
Hellfest (Clisson)
(16 juin 2012)

22 juin 2007 - Clisson - Hellfest


Machine_Head_Clisson_-_Hellfest_20070622

Machine Head en live, c’est déjà du bonheur à la base… mais Machine Head en live après la sortie de la poutrerie qu’est The Blackening (chronique ici), ça devient énorme. Attendus comme le loup blanc par une bonne partie des festivaliers, le gang de la Bay Area n’a pas déçu.

Dans la série des petits désagréments Hellfestiens, on notera le temps incroyable d’attente à l’entrée… c’est bien simple : arrivé aux portes du site alors que les premières notes de l'intro de "Clenching The Fists Of Dissent" résonnaient, je n'arriverai devant la scène que lors du break de "Imperium" que le groupe a imbriqué dans la compo précédente en un medley monstrueux. Le son est un peu brouillon mais correct, et Robb Flynn est remonté comme un coucou. Le début du concert a placé la barre très haut, et la foule est aux anges lorsque Flynn annonce "Aesthetics Of Hate" et la dédie à «tout ceux qui ont pleuré quand Dimebag est mort». La violence de la compo déchausse les molaires, et les soli si présents sur le dernier album sont rendus à la perfection : la paire Flynn/Demmel s'éclate et prend des poses heavy-metal à qui mieux mieux (face à face, dos à dos, la totale), et surtout jouent lesdits soli note pour note avec un feeling certain.

Le set est assez axé sur The Blackening en grande partie, et le foule frissonne de joie quand "Halo" est annoncé : tube absolu du dernier album, ce titre passe la barre du live avec brio. Le chant clair de Flynn est aussi maîtrisé que ses hurlements (c'est-à-dire parfaitement) et Adam Duce assure des chœurs de qualité, ce qui permet de parfaitement rendre le feeling si prenant de la chanson. En fait les seuls bémols concerneront le choix de "Old" et "Ten Ton Hammer" dans la setlist alors qu'on les a déjà entendus dix mille fois, et l'attitude étrange de Flynn durant la deuxième moitié du show. S'énervant contre un roadie, remerciant trop le public (on le sent peu sincère), l'homme en fait des tonnes et réussit même à plomber l'ambiance intimiste de "Descend The Shades Of Night". Cette compo peut être somptueuse en live mais demande de rentrer complètement dedans, et comme Flynn balance des « fuckin' awesome ! » toutes les dix secondes c'est mission impossible…


Ce set de Machine Head qui s'achève évidemment sur "Davidian" reste une remarquable démonstration de force : les longs titres complexes du dernier opus ne posent aucun problème au groupe qui les retranscrit sans effort apparent, et la cohésion comme la puissance du tout forcent le respect. Machine Head est définitivement un combo de tueurs, et un incontournable groupe de scène qui plus est. A voir et revoir!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7