CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 20 janvier 2008




SETLIST

N/A

AFFILIÉ

Kreator
Clisson - Hellfest
(24 juin 2007)
Tournée
(27 novembre 2014)
Wacken (wacken)
(02 août 2008)
Paris - Elysée Montmartre
(27 janvier 2009)
Marseille - Espace Julien
(02 février 2009)
Thrashfest (Elysée Montmartre)
(13 décembre 2010)
Hellfest (Clisson)
(18 juin 2011)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2013)
Paris - Bataclan
(06 novembre 2012)

06 août 2005 - Wacken


Kreator_Wacken_20050806

Revenus sur le devant de la scène grâce à leurs deux derniers albums Violent Revolution et surtout l'énorme Enemy of God, les Allemands de Kreator ne sont pas venus pour enfiler des perles. Non, la bande à Mille Petrozza est remontée comme un coucou et ça se voit.

Commençant leur set par deux extraits de leur dernier opus, "Enemy Of God" et "Impossible Brutality", le groupe se met le public dans la poche d'une manière surprenante: les metalheadz du Wacken sont traditionalistes par nature, et les voir beugler les paroles des derniers brûlots du groupe par cœur est assez réjouissant. Mille Petrozza est extrêmement en voix ce soir... Et excusez-moi si mes propos sont directs, mais ce type déchire l'anus de l'univers. C'est simple: c'est LE vocaliste thrash par excellence, sa voix haineuse et satanique constituant avec celle de Tom Araya la référence ultime du genre. Je ne sais même pas si on peut parler de growl à son sujet tant sa voix semble non travaillée: il beugle, et c'est incroyablement haineux. Hourra pour lui, surtout que niveau guitare l'homme est également plus qu'honorable: ses riffs et ses soli sont dévastateurs, tant au niveau de la composition que de l'exécution. Ce monsieur est un très grand musicien.

Le reste de la bande ne bénéficie pas du même capital charisme mais s'en sort avec les honneurs: guitariste et bassiste enchaînent leurs parties de tuers sans faiblir, et le batteur est un modèle de bourrinitude contrôlée. Excellent. Niveau compos, c'est un sans faute: le groupe enchaîne vieux hits incontournables ("People Of The Lie" tue le pit) et nouveaux titres qui ramonent ("Violent Revolution", wow!), et le public suit comme un seul homme. Tout autour de moi ce ne sont que métalleux ravis, sourire aux lèvres et tignasse au vent, qui sautent partout et headbanguent dans la joie et la félicité. Ça slamme, ça saute, ça pogotte, ça se fait plaisir : Mille mène son public au doigt et à l'œil et est visiblement ravi par l'accueil que le public lui réserve.

Pour le set en lui-même, que dire? C'est une enfilade de perles thrash old-school, une leçon de thrash comme peu de groupes actuels en sont capables (à part Slayer, je ne vois honnêtement personne...). Le son est toujours aussi bon, merci les ingénieurs du Wacken: basse, guitares, chant et batterie pourraient être décortiqués individuellement pour analyse. Combien de festivals métal peuvent se targuer d'un tel professionnalisme? Je ne sais pas, mais il est sûr que ces conditions participent au concert d'exception que Kreator est venu donner ce soir. Les djeunz accros au thrash moderne se doivent de découvrir ce groupe, porte-drapeau de toute une génération de handbangueurs à patches et pantalons en cuir (on peut aimer sans tout ça, remarquez).


Kreator, comme la plupart des groupes à l'affiche, a donné un grand concert ce soir. Ils se sont en plus payé le luxe de rallumer la flamme d'une certaine idée du metal, et de rappeler aux gens présents que thrash de grande qualité ne rime pas forcément avec Bay Area. Si vous n'étiez pas là, vous aviez sacrément tort...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7