CHRONIQUE PAR ...

43
Gazus
le 02 juillet 2008




SETLIST

Electric Red
Bleed
The Mouth Licking What You've Bled
Obzen
Rational Gaze
Future Breed Machine

AFFILIÉ

Meshuggah
Hellfest (Clisson)
(19 juin 2015)
Cabaret Sauvage
(19 décembre 2014)
Hellfest (Clisson)
(17 juin 2011)
Paris - Bataclan
(06 décembre 2016)

22 juin 2008 - Hellfest


Meshuggah_Hellfest_20080622

Même mouvement de foule que la veille, de la scène secondaire à la scène principale, entre les concerts d'Anathema et Porcupine Tree. Ici, c'est Meshuggah que l'on attend, après la prestation musclée de The Dillinger Escape Plan (voir live report).

Après quelques balances (dont un charmant chant a capella d'un roadie, très apprécié du public et fortement applaudi), les Suédois de Meshuggah envahissent la scène. Regard de Jens Kidman vers le public puis les autres membres du groupe, qui entame son set. On se rend alors compte que Thomas Haake est véritablement un monstre de précision, tandis que les autres musiciens sont... quasi inaudibles. Les guitares sont sous-mixées et seul le chant est compréhensible dans cette bouillie sonore. Le premier morceau s'écoule ainsi et seule l'attitude scénique du groupe permet de s'accrocher à quelque chose. Les musiciens sont concentrés sur leurs instruments, tandis que Kidman harangue la foule et lui offre ses plus belles grimaces evil à souhait. C'est l'heure du deuxième titre, que l'on devine à la double pédale de Haake... Il s'agit de "Bleed", tiré du dernier album Obzen (voir chronique).

Dès ce moment, les choses ne feront que s'arranger : le son s'améliore et si les guitares sont toujours en retrait, on entend parfaitement les soli fous de Fredrik Thordendal. Si sur disque, Meshuggah est d'une précision à toute épreuve, il en est aussi de même sur scène : pas un pain n'est à déplorer; ce sont juste des monstres. Jens Kidman introduit les différents titres avec un sérieux qui colle à l'expression faciale qu'il arbore... jusqu'à ce qu'il manque un lancer de bouteille d'eau dans le public, où ladite bouteille tombe entre la fosse et la scène : éclats de rire dans la foule, tandis que le frontman, amusé de son ridicule, secoue la tête en souriant. Le groupe offre le monstrueux "The Mouth Licking What You've Bled", extrait du classique Chaosphere, tandis que le reste de la setlist est axé sur Obzen, le dernier bébé du groupe. Un dernier mot de remerciement au public et Meshuggah achève alors celui-ci avec l'hymne "Future Breed Machine".


Tandis que les suédois fous quittent la scène, le sourire aux lèvres, on compte les côtes cassées dans la fosse. Quand est-ce que certains comprendront que tout le monde n'aime pas spécialement être bousculé de toutes parts, agrippé et invité de force dans un mosh ou bien se prendre des rangers dans les dents ? La rock'n roll attitude a tout de même ses limites, rognotudju.


Cliquez ici pour la galerie photo !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2