CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
le 03 juillet 2008




SETLIST

Headbanger face Rip
Terror Shark
Mental Shock
Beer Pressure
Black Ice
The Thrashin' of the Christ
Thrashing's my Business… and Business is Good
Sadistic Magician
Insecurity (Excel cover)
Unleash the Bastards
Mind Eraser
Nailed Casket
Born to Party

AFFILIÉ

Municipal Waste
Luynes - Le Korigan
(16 septembre 2009)
Paris - Glaz'art
(07 décembre 2010)

22 juin 2008 - Hellfest


Municipal_Waste_Hellfest_20080622

Enfin ! Enfin un concert en France des nouveaux chouchous de la frange thrash de la rédaction des Éternels (composée de pas moins de 2 personnes tout de même). Manifestement, sur ce coup, nous sommes loin d'être des précurseurs : il y avait en effet un petit paquet de T-shirts à l'effigie de Municipal Waste, preuve d'un véritable buzz autour des frappadingues de Richmond, Virginie. Et même à 12h30, pas question de passer à côté de ce petit événement !

Avant ce concert, une certaine angoisse habitait votre serviteur : comment allait-il pouvoir vous fournir la setlist détaillée de ce show, lui qui est à peine capable de différencier les morceaux sur album ? La réponse est simple : merci Tony Forresta, merci d'avoir annoncé quasiment tous les titres avant de les interpréter ! Parce que même si ça tombe sous le sens, un concert de Municipal Waste, ça ressemble à un album de Municipal Waste : 30 minutes (soit la durée classique d'un album pour eux), et pas moins de 13 titres très ressemblants dans les gencives. On notera d'ailleurs la parfaite répartition des morceaux en fonction des albums : 6 pour Hazardous Mutation, 6 pour The Art Of Partying, et une reprise de Excel (dans laquelle « We are Excel » est remplacé par « We are the Waste ») pour faire le nombre. La valeur ajoutée, c'est qu'on peut voir en vrai les tronches des rednecks des membres du groupe et qu'on peut vérifier que Tony Forresta est réellement capable de brailler pendant une demi-heure sans débander une seule seconde ! Et à voir son T-shirt bleu complètement trempé à la fin du set, on peut même dire qu'il y met un certain cœur à l'ouvrage !

Évidemment, il est tout à fait possible d'être allergique à la musique de Municipal Waste, et notamment au phrasé presque hardcore de Forresta. Mais dans une fosse, qu'est ce que c'est efficace ! Surtout que le groupe a fait la part belle à ses morceaux les plus construits : pas vraiment de refrains à gueuler en chœur comme des hooligans bourrés (à part "Sadistic Magician" et la fin de "Born to Party" bien sûr), mais pas mal de ruptures de tempo débouchant sur des passages brise-nuques comme sur "Mind Eraser" ou "Headbanger Face Rip". Côté jeu de scène, peu de fioritures : Forresta arpente la scène en long et en large, tandis que Ryan Waste se contente de quelques interventions entre les morceaux, notamment pour se plaindre de la trop petite taille des bières en France ! On notera au passage sa superbe guitare, reprenant le W du logo Municipal Waste. Quant au public, celui-ci s'est déchaîné, malgré une tentative de wall of death avortée en dépit des consignes claires de Ryan Waste (« Attack Sponge Bob ! », désignant un mec dans la foule déguisé en Bob l'Eponge). Bref, un grand moment de fun, qu'on aimerait revivre prochainement. Alors à quand une vraie venue en Europe ?


Évidemment, un tel concert n'a pas permis de dissiper les doutes sur les limites d'une telle formule, et on se demande comment Municipal Waste pourrait donner des concerts plus longs sans finir par saoûler le public. Au bout d'une demi-heure, il était temps que ça se termine, mais il faut bien avouer qu'on s'est vraiment éclatés à grands coups de "Terror Shark" et autres "Unleash the Bastards". Et au final, une chose est sûre : « Municipal Waste had fucked me up » !


Cliquez ici pour la galerie photo !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6