CHRONIQUE PAR ...

39
Pietro
le 02 juin 2009




SETLIST

Red Light Joint
V8 Fantasy
Roll the Dice
No Regrets
Tornado Dreaming
Tornado Dreaming II
Rebell Yell (Billy Idol)
Ain’t No Love Song
By My Side
Dirty Letter
Keep Me Breathing
Heaven Again
Heartbreak Hotel (Elvis Presley)
You Vs Me
155
Let It Go
Deranged
Under the Overpass
Nobody’s Home

Rappels:
The Devil’s Daughter
Highway Dream
Thriller (Michael Jackson)

AFFILIÉ

Koritni
Paris - Nouveau Casino
(20 mars 2007)
Peymeinade - Salle des Fêtes
(25 octobre 2007)
Hellfest (Clisson)
(20 juin 2009)

29 mai 2009 - Peymeinade - Salle des Fêtes


Koritni_Peymeinade_-_Salle_des_Fetes_20090529

Après une première expérience un peu surréaliste mais jouissive il y a un an et demi (live report ici), votre serviteur remet le couvert en ce soir de mai : même groupe, même salle. Etait-ce un coup de chance la dernière fois ou bien Koritni va-t-il transformer l’essai ? Les conditions n’ont pas changé : même village perdu de l’arrière pays Grassois, même salle des fête improbable, même public familial très bigarré et surprenant pour un habitué des publics rock et metal classiques, mais même très bonne ambiance. La première partie locale n’est pas la même mais ne mérite pas vraiment qu’on s’y attarde. Le groupe qui nous intéresse a lui par contre évolué : un CD/DVD live et surtout un nouvel album, l’excellent Game of Fools, sont sortis entre temps, imposant un petit peu plus le groupe Australien parmi les nouveaux venus prometteurs de la scène rock mondiale. Et ce soir, Koritni est là avant tout pour défendre son nouvel album.

Dès l’entrée en scène des musiciens on constate un léger changement de look pour Lex Koritni, plus sobre tant au niveau de ses fringues que de son attitude (tout est relatif, le frontman reste une grande gueule arrogante pour le bonheur des spectateurs qui lui mangent dans la main). Niveau chant par contre, Lex assure toujours autant voire peut être même encore plus que sur la tournée précédente. La facilité avec laquelle le gaillard monte dans des aigues impeccables avec sa voix légèrement cassée est tout simplement impressionnante, évoquant parfois Steven Tyler. Une future grande voix du rock ! Comme on pouvait s’y attendre le nouvel album est largement mis à l’honneur dans la setlist. Les meilleurs moments de Lady Luck complètent cette dernière, comme le très australien ‘Red Light Joint’ qui ouvre le bal, le bluesy et inattendu ‘Ain’t No Love Song’, ou encore les tubes ‘Heaven Again’ ou ‘Under the «Fucking» Overpass’. On trouve même encore quelques survivants de l’époque Green Dollar Colour, notamment l’excellent ‘Dirty Letter’.

Mais ce soir c’est Game of Fools qui est à l’honneur (seuls deux morceaux n’en seront pas interprétés). Les pêchus ‘V8 Fantasy’, ‘Roll the Dice’, ‘You VS Me’ ou ‘155’ ne font pas de quartier, mais un peu comme sur l’album c’est l’enchainement des deux parties de ‘Tornado Dreaming’ qui est le plus marquant. Avec sa première partie plus posée (mais qui déclenche bizarrement un pogo) et réellement prenante puis son accélération lors du deuxième mouvement, sur lequel le guitariste Luke Cuerden y va de son couplet, on tient là un futur classique du groupe. Ce même Cuerden se prend au jeu et chante lui-même une reprise du ‘Rebell Yell’ de Billy Idol, laissant sa guitare à son chanteur sur ce titre bon enfant repris en chœur. Au rayon des reprises, le groupe rend cette fois hommage au King sur un très rock ‘Heartbreak Hotel’. Le moment d’émotion a lieu lors du premier rappel, sur un sublime ‘The Devil’s Daughter’ dont l’intro chantée par un Lex seulement accompagné de la guitare d’Eddy Santacreu fait littéralement se dresser les poils de votre serviteur, qui en a pourtant vu d’autres...


Pas de reprises de Guns N’ Roses cette fois-ci, mais un festif et musclé ‘Thriller’ emprunté judicieusement au Roi de la pop qui déchaine une dernière fois le public et l’assure de repartir une fois de plus le sourire aux lèvres. Le groupe qui semble avoir encore progressé (le feeling très Slash des guitaristes fait vraiment plaisir) a donné sans compter ce que l’on était venu chercher: une bonne dose de vrai rock n’ roll. Et ça, ça n’a pas de prix. A la prochaine, les gars !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1