CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 21 juin 2009




SETLIST

Where the Enemy Sleeps
As I Slither
Serenity in Fire
Chains of Power
Manipulator of Souls
Crippled and Broken
Shadows & Dust
Like Angels Weeping

AFFILIÉ

Kataklysm
Paris - La Locomotive
(14 février 2016)
Paris - Le Divan Du Monde
(21 janvier 2014)

21 juin 2009 - Hellfest


Kataklysm_Hellfest_20090621

Prevail est sorti il y a relativement peu de temps, la tournée Madness European Tour avec Keep of Kalessin et Death Angel débute tout juste… on peut dire que ce concert du Hellfest s'est bien goupillé pour les Québécois de Kataklysm. C'est sous la grande tente qu'est la Rock Hard Stage qu'ils vont déverser leur thrash-death violent et fédérateur, à la grande joie d'un public composé en grande partie de fans.

Les concerts sous chapiteau du festival se sont en général démarqués par un son de bonne qualité, et c'est presque le cas pour ce show. Malgré une très bonne balance des guitares et du chant la grosse caisse pose problème : non triggée, cette dernière fait saturer les basses à chaque attaque. Ca ne pose aucun problème lors des nombreux plans mid-tempo du groupe, mais dès que Max Duhamel lâche la double pédale (et dieu sait qu'il aime ça) un grondement sourd vient noyer le son. Dommage, vraiment… car sort de ça la performance est implacable : faisant fi de la fatigue liée aux douze heures d'avion du trajet, Maurizio et ses troupes balancent un métal extrême de grande qualité. Les nombreux plans heavy-thrash font headbanguer le public comme un seul homme, et il est étonnant de voir à quel point une musique étiquetée extrême peut être aussi groovy sans jamais basculer dans le metalcore.

"Serenity in Fire" est un des grands moments du show : les guitares tranchent comme des rasoirs et l'alternance entre blasts et ralentissements fait particulièrement mal. Le noyau dur des fans du groupe occupe la fosse avec conviction, répondant présent lors des « j'veux voir d'la violinsse ! » criés par le frontman. Ce dernier fera preuve d'une sacrée autodérision au passage, jouant sur son accent québécois et faisant même hurler des « TABARNAK ! » en rythme à la foule réjouie. Le groupe ne relâche jamais la pression, enchaînant les parpaings tels ce "Chains of Power" tiré du petit dernier et dédié à l'unité du public dans le soutien de la cause ou un "Crippled & Broken" proprement monstrueux de puissance et de maîtrise. Donc malgré les limites de l'approche (accélérations foudroyantes, mid-tempos écrasants, rebelote) Kataklysm atomise un parterre qui ne demande que ça.


Kataklysm fait partie de ces groupes tellement doués et carrés qu'on passe sans problème par-dessus la linéarité du propos. Le public du Hellfest ovationnera le groupe à raison, et quitte le chapiteau comblé. Il n'y pas d'autres dates françaises prévues pour l'instant, donc on espère que vous y étiez !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3