CHRONIQUE PAR ...

68
Ronnie
le 03 juillet 2010




SETLIST

N/A

AFFILIÉ

Ghost Brigade
Hellfest (Clisson)
(22 juin 2008)
Lyon - CCO
(02 mars 2012)

18 juin 2010 - Hellfest


Ghost_Brigade_Hellfest_20100618

Après un passage fort remarqué lors de l'édition 2008 du festival clissonnais, les Finlandais de Ghost Brigade remettent le couvert pour le plus grand plaisir de votre serviteur, qui avait eu une véritable révélation à l'écoute de Isolation Songs (chronique ici). Ce jour-là, presque toute leur dernière offrande sera interprétée, seul le premier morceau est issu de l'album précédent. Autant dire que tout le monde est aux anges et qu'il est difficile à croire qu'il est 15 heures et que nous sommes dans un festival.

Tout ne fut qu'une suite de titres repris en cœur par le public. "My Heart Is A Tomb", "Into The Black Light" et j'en passe, ont réellement résonné et parlé à toutes les personnes présentes à ce moment, il n'y aura aucun moment de mou ou de flottement. Aucune violence, mais une intensité rare. "Lost In A Loop" devient un véritable rouleau compresseur en live, la dominante stoner de cette chanson atteint son paroxysme en concert, mais pas autant que "22:22 - Nihil", presque six minutes d'un instrumental qui vous en fait voir de toutes les couleurs, un panel parfait de ce qu'est capable de donner le groupe en terme de charge émotionnelle. C'est lourd, retenu, le sentiment de force tranquille qui ne demande qu'à exploser, mais qui reste intériorisée, telle l'attente d'un catharsis qui ne vient jamais, ce sentiment était palpable durant tout leur concert. Il en restera au stade du concert exceptionnel, autant concernant la setlist, que de la présence des musiciens, visiblement impliqués pour reproduire au mieux leurs œuvres, excepté le chant, qui sera le seul point faible.

C'est dommage que la prestation de son chanteur Manne Ikonen fut décevante, «tant sur le plan tactique que technique», comme le dirait Didier Deschamps dans Les Guignols de l'info, à cela comprenez que l'homme a vocalement énormément péché et surtout, ne semblait pas dans son concert, le trop plein d'alcool semblant faire son effet. Bien trop souvent ce dernier avait du mal à y mettre une quelconque rage dans ses passages hurlés et surtout, il avait des allures de Burton C. Bell dans sa maîtrise du chant clair. Mais passons, il était bien en retrait de toute façon. Le jeu de batterie, comme sur album, simple et efficace permet de faire ressortir la lourdeur et le côté presque lancinant de leur musique. Côté public... il n'y avait pas à se plaindre, il était aussi à fond que les guitaristes du groupe, totalement dévoué à la cause de la musique et chantant chaque 1000ème de seconde, autant les paroles que les mélodies.


«Alors, heureux?» Voilà ce que peuvent nous demander Ghost Brigade, en vainqueur, avec une posture à la Monsieur Propre. Et la seule chose qu'on a à leur répondre c'est «Oh oui !, revenez quand vous voulez». «Ah oui c'est vrai, il fait jour» se dit-on en sortant de la Terrorizer Tent, avec le sentiment d'avoir été sur un nuage qui nous a porté et bercé pendant près de quarante minutes.



Crédit photo: http://www.myspace.com/ghostbrigade


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4