CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
le 05 juillet 2011




SETLIST

Intro (Choir of the Damned)
Hordes of Chaos  
Warcurse 
intro Coma of Souls / 
Endless Pain 
Pleasure to Kill 
Destroy What Destroys You 
Voices of the Dead 
Enemy of God 
Phobia 
intro Terrible Certainty / Reconquering the Throne 
The Patriarch 
Violent Revolution 
Flag of Hate 
Tormentor 

AFFILIÉ

Kreator
Wacken
(06 août 2005)
Clisson - Hellfest
(24 juin 2007)
Tournée
(27 novembre 2014)
Wacken (wacken)
(02 août 2008)
Paris - Elysée Montmartre
(27 janvier 2009)
Marseille - Espace Julien
(02 février 2009)
Thrashfest (Elysée Montmartre)
(13 décembre 2010)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2013)
Paris - Bataclan
(06 novembre 2012)

18 juin 2011 - Hellfest


Kreator_Hellfest_20110618

Battle for German thrash metal supremacy, round 3. Les deux outsiders ont assuré et nous ont offert deux solides prestations. Mais voilà, maintenant, c'est le grand favori qui débarque sur scène. A l'occasion du dernier Thrashfest, Kreator était apparu en très grande forme, démontrant au passage que la concurrence avait un certain effet stimulant sur ses prestations. Nouvelle preuve avec ce show du Hellfest qui fut carrément apocalyptique.

Après l'habituelle intro "Choir Of The Damned", Kreator attaque avec le title track de son dernier album Hordes Of Chaos, d'ores et déjà un classique en live. Bonne idée, car dès les premières secondes, la fosse prend feu. Les fans sont chauds bouillants, et chaque fois que Kreator joue les premiers accords d'un morceau, l'agitation reprend de plus belle. Lorsque les Allemands entament l'intro de "Coma Of Souls", titre qui ne sera malheureusement pas interprété en entier, c'est une véritable scène de guerre civile qui se déclenche dans le pit. Vous ne me croyez pas ? Rendez-vous sur le site Arte Live Web, qui aura enregistré un certain nombre de concerts donnés lors de cette édition du Hellfest, dont celui-là, et jugez sur pièce. Au passage, le Hellfest sur Arte, avouez que ça a de la gueule ! De toute façon, c'est bien simple : vous aurez constaté que cet article est illustré par une photo de Myspace et non une photo du concert ; et bien sachez que ce n'est pas parce que mon collègue Sebrouxx était en train de se la couler douce dans le carré VIP, mais parce que la sécurité a rapidement fermé l'accès à la fosse aux photographes tellement il y avait d'activité !

Mille Petrozza, d'ordinaire si bavard, l'a bien compris : la fosse étant déjà chauffée à blanc, pas besoin de multiplier les speeches qui auraient pu casser le rythme, il suffisait juste d'enchaîner à bloc pour ne pas laisser retomber l'ambiance. D'ailleurs, la seule fois que les fans ont montré quelques signes de fatigue, en l'occurrence sur un "Voices of The Dead" un peu massacré vocalement par le père Mille, celui-ci relance la machine en organisant un méga circle pit pour "Enemy Of God" ! Hormis ça, il nous aura juste fait un petit speech au milieu, histoire de souffler un peu, pour saluer l'évolution du Hellfest. Tu m'étonnes, la dernière fois que Kreator est venu, c'était en 2007, c'est donc le jour et la nuit ! Terminé le Pussyfest avec un public apathique, cette fois c'est une fosse digne de ce nom qui pousse les Allemands dans leurs retranchements ! Ce rythme effréné aura peut-être nui à la performance vocale générale de Petrozza, parfois un peu à l'arrache, mais au moins on aura vécu un grand moment de thrash en live. Résultat, ce set d'une heure été bouclé avec quelques minutes d'avance. Voilà ce qui se arrive quand on ne passe pas son temps à causer !

D'ordinaire, s'il y a bien un petit reproche à faire à Kreator en live, c'est de ne pas beaucoup varier sa setlist. Pour schématiser, disons qu'il y a un socle inamovible qui constitue 80% du show, et les 20% restants concernent les nouveaux morceaux et un ou deux vieux titres. C'est d'ailleurs bien souvent cette partie qui est squeezée pour les sets raccourcis en festival. C'est peut-être bien en train de changer : plutôt que d'aligner ses vieux classiques, Kreator a privilégié la période récente. 3 titres de Hordes Of Chaos, 2 de Enemy Of God, 2 de Violent Revolution : les années 2000 auront clairement été mises à l'honneur. Et mine de rien, ça nous change d'entendre le sauvage "Warcurse", qui fait mal en live (ce riff de malade après la petite intro toute en douceur !) ou l'excellent "Reconquering The Throne". Et même en ce qui concerne les vieux titres, "Endless Pain" n'était pas le choix le plus évident. Du coup, il a bien fallu faire des choix : exit "Extreme Aggression" et "Betrayer", et même le « tube » "People Of The Lie" est passé à la trappe. Au final, aucun titre de Extreme Aggression ni de Coma Of Souls, soit les deux meilleurs albums : fallait oser !


On attendait un combat à distance entre les trois grands du thrash allemand, mais il n'y a même pas eu de match tant Kreator a écrasé ses deux adversaires. Ca doit bien être la septième ou la huitième fois que je vois Petrozza and co en concert, que ce soit en salle ou en festival, et Kreator a beau avoir toujours été un sacré groupe en live, jamais je ne les avais vus à ce niveau. Les Allemands ont prouvé avec maestria qu'ils n'avaient pas usurpé leur place de headliner de la Mainstage 2. Assurément un des moments forts de ce Hellfest 2011. 


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2