CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
le 17 septembre 2011




SETLIST

??

AFFILIÉ

16 septembre 2011 - Paris - Glaz'art


Aura_Noir_Paris_-_Glaz'art_20110916

Soirée black metal à l'ancienne ce soir, mais aussi ouverture vers la jeunesse. Cult of Erinyes et Aura Noir incarnent ainsi 2 faces différentes du black, l'un avec un groupe neuf sur la scène, belge et aimant varier un peu les bases du genre. L'autre, pilier du genre, adorateur des années 80 tout en s'attachant au batifolage en règle.

Devant la salle, en cette heure peu recommandable pour les amateurs de black metal (19h), le public se presse et semble nombreux. Pourtant, une fois arrivée dans la salle, force est de constater qu'il n'y a pas grand monde sur le par erre. Cult Of Erinyes n'a ainsi pas grand monde à qui faire partager son art noir, très respectueux des traditions du genre, mais pourtant suffisamment aventureux pour proposer des choses, sinon nouvelles, différentes des habitudes et sonnant modernes comme il se doit. Le groupe n'est pas desservi par un son correct à défaut d'être extrêmement précis, et laisse entrevoir des compositions évolutives dont le but ultime est de créer des atmosphères sombres et froides. Le groupe débarque sur scène armé de tuniques noires drapées de longues capuches enveloppantes évitant évidemment de voir les têtes des membres du groupe. L'effet est réussi et permet peut-être au groupe de masquer un manque de présence scénique. En lieu de ceci, leur manque de jeu de scène (c'est statique) couplé au chanteur tentant des postures mystiques rend bien et dans le ton de la musique. Malheureusement pour 25 petites minutes. Bref, on en sort convaincu même si pas définitivement conquis.

Vient ensuite le tour de Aura Noir. D'après les dires même du groupe, ce concert permet de combler 13 années d'absence parisienne aussi étonnant que cela puisse sonner. Est-ce pour cela que le groupe a décidé de tout donner ? En tout cas, le groupe débarque en conquérant avec un son plus que satisfaisant, donnant la part belle à la grosse caisse, parfaitement audible, sans oublier de mettre en avant les guitares comme il se doit. Le(s) chant(s) ne sont pas en reste mais on ne pourra en dire autant de la basse … un grand classique. En tout cas, cette assise sonore permet de donner une énergie écrasante à la prestation scénique de Aura Noir. Ajoutez à cela un charisme indéniable sans pour autant en faire des tonnes et vous obtenez une formule évidemment gagnante. Le mieux, c'est que cela durera tout le concert. On reconnaît Blasphemer (ex-Mayhem) en blond maintenant, et ses compères de composition chanteurs/instrumentistes tous les deux aussi parfaitement en place. Le batteur donne son grain à moudre en tenant impeccablement les rythmes tout en martelant avec force et vigueur. Rien à dire à ce niveau, c'est carré et précis.

Mais le plus important dans ce concert de Aura Noir, c'est indubitablement cette énergie incroyable déployée et transmise au public. Les chansons ont beau ne pas être la plus grande tasse de café de votre serviteur, sur scène c'est une pure tuerie. Point barre, à la ligne. Écrasant et dominateur, Aura Noir s'impose sur scène et dans la salle à un public en transe qui n'en demande que plus. Enchaînant les riffs thrashy et catchy avec des mélodies plus black metal, les titres bien que similaires passent comme un moulin à eau dans un torrent. On en redemande et on aime transpirer à headbanguer à mort. La fin s'annonce pourtant et Aura Noir doit s'en aller. 1h sera passée et le groupe aura conquis. On espère alors que les Norvégiens ne reviendront pas dans 13 ans (ils ne veulent d'ailleurs pas attendre 13 ans d'après leurs dires) pour nous abreuver avec un vrai concert.

De l'énergie, du partage et de l'envie. On en redemande en toute légitimité et on les remercie. Un vrai bon concert qui fait se déhancher puissamment par les cervicales.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2