CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
le 07 juillet 2012




SETLIST

A New Age Moving In
Jihad
Evil Twin
Everything Glows
Monster Philosophy
Riding With Sue
I Want What She's Got
Bad Craziness
Sleeping My Day Away

AFFILIÉ

D-A-D
Paris - Trabendo
(01 octobre 2006)

17 juin 2012 - Hellfest


D-A-D_Hellfest_20120617

Avant ce Hellfest, pour moi, D-A-D c'était juste « le groupe danois avec le mec qui a ces drôles de basse à deux cordes ». Pas franchement encyclopédique comme connaissance... Sauf que voilà, à force de voir Rock Hard faire la retape de ce groupe, notamment avec sa récente rétrospective exhaustive de la disco du groupe, la curiosité a peu à peu grandi de mon côté. Puisqu'ils étaient programmés cette année, pourquoi ne pas tenter l'expérience, même s'il faut pour cela affronter un soleil écrasant ?

D-A-D est souvent dépeint avant tout comme un groupe fun. Et là-dessus, il n'y a pas tromperie sur la marchandise : le leader Jesper Binzer multiplie les facéties et raconte connerie sur connerie, souvent en français d'ailleurs, ce qui lui vaut quelques vents car le public ne comprend pas toujours ce qu'il raconte. Pas récompensé de ses efforts le gars… Quant à Stig Pedersen, c'est effectivement un drôle de phénomène. Festival oblige, il ne sous a pas fait profiter de tout son arsenal de basses plus loufoques les unes que les autres, assurant son set avec ses deux basses transparentes, l'une avec des cordes roses fluo (!), l'autre avec des cordes jaune fluo (re-!). Le bonhomme aime également grimper sur tout ce qui bouge (et je ne parle pas des groupies) : un coup les amplis, un coup la grosse caisse de Laust Sonne pour une position des plus périlleuses pendant "A New Age Moving In". A un moment, on l'aura même vu se diriger vers le côté de la scène pour revêtir un drôle de casque, avant de finalement renoncer.
Mais D-A-D, c'est avant tout un putain de groupe de hard rock racé et élégant, formé par des musiciens de très haut niveau. Tout au long du concert, on avait déjà pris beaucoup de plaisir avec les interventions souvent simples en apparence mais toujours lumineuses et gorgées de feeling du guitariste Jakob Binzer ; on avait également remarqué que le groupe disposait d'un fantastique batteur en la personne de Laust Sonne, impressionnant depuis le début avec son jeu très complet et mis encore plus en valeur avec son solo intégré à "I Want What She's Got" ; mais avec cette version étirée du hit "Sleeping My Day Away", c'est tout le groupe qui prend feu et qui en fout plein les mirettes à un public sous le charme. Un public qui comprenait d'ailleurs pas mal de fans, capables de chanter le premier couplet pour le plus grand plaisir de Jesper Binzer. On imagine que comme tout le monde, ces derniers avaient déjà bien pris leur pied avec "Evil Twin" et son irrésistible riff ou encore le délirant "Riding With Sue".


Avec 150 groupes au programme de cette édition 2012, il y avait forcément des découvertes à faire au Hellfest (et aussi de cruels dilemmes, comme tous les ans). En ce qui me concerne, la plus intéressante aura incontestablement été D-A-D, un groupe de hard rock de luxe, auteur d'un tas de pépites d'une grande variété, et capable de les défendre admirablement sur scène. Et dire que je suis passé à côté depuis des années… Il va être grand temps de réparer cette injustice !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1