CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
le 09 juillet 2012




SETLIST

Låt oss ta allt från varandra 
Vilseledda barnasjälars hemvist 
Yttligare ett steg närmare total jävla utfrysning 
Människa o'avskyvärda människa 
Ohm (Sommar med Siv)
Submit to Self-Destruction 
Förtvivlan, min arvedel

AFFILIÉ

Shining
Paris - Glaz'art
(09 décembre 2007)
Le Petit Bain
(05 décembre 2016)

16 juin 2012 - Hellfest


Shining_Hellfest_20120616

Niklas Kvarforth est le genre de personnage qui ne laisse pas indifférent. Génie provocateur, abruti écervelé,  abruti provocateur ou génie écervelé ? Ou bien les quatre à la fois ? Adepte du relookage choc, le leader de Shining se présente façon punk à chien, une crête en queue de cheval, barbu et crâne rasé laissant transparaître un tatouage "Guility" sur le côté. Niveau garde-robe, c'est T-shirt Peste Noire. Et comme à l'accoutumé, le contraste est total avec ses musiciens à la tenue sobre presque classe.

Contraste qui se prolonge dans l'attitude discrète et rangée des musiciens, par rapport à l'attitude disons excentrique et dérangée du frontman pour faire dans l'euphémisme. Au programme du cinéma de Kvarforth ce soir, nous avons une séance tirage de cheveux (du bassiste en particulier, il semble bien l'aimer !), régurgitation de whisky sur le bassiste (il l'aime vraiment !), qui lui rendra la pareille (ah l'amour !) ou encore crachats sur les photographes (ah l'amour (bis) !) pour ne pas être trop exhaustif. Episode comique sans aucun intérêt (mais on est là pour ça aussi !) : notre chanteur préféré feint de lancer son porte-micro sur le public en esquissant un sourire sadique d'une demi-seconde. Du lard ou du cochon ? Pour revenir sur la bouteille de Jack Daniels, saluons toutefois Kvarforth de l'avoir vraiment bien entamée contrairement à la majorité des groupes qui ne font bien souvent que tremper leurs lèvres.
Et la musique dans  tout ça alors ? C'est vrai qu'on se distrait vite avec ce zigoto… Si vous êtes bon connaisseur du groupe, vous aurez remarqué que Kvarforth sait s'entourer de musiciens hors pairs sans être bien souvent des stars. Notre attention se portera en particulier sur le guitariste qui livre une perf' de feu ! Ces soli bon sang, quel feeling ! La section rythmique n'est pas en reste puisqu'elle est parfaitement calée et admirablement bien mixée (un miracle !). Mais revenons au frontman qui, avouons-le, focalise 90% des regards. Il incarne tellement Shining que son attitude scénique est indissociable de la musique torturée et « anti-humaniste » comme il se plaît à le dire. Aimer Shining, c'est adhérer à une forme de mal-être et l'ambiguïté du personnage est la meilleure représentation possible de ce déchirement qui nous habite. De ce point de vu là, il est plus facile d'admettre que ce set fut génial malgré l'étrangeté de la chose.


Du premier riff malsain  de "Låt oss ta allt från varandra" avec son « Huh! » au final "Förtvivlan, min arvedel" et son intro narrative magnifiquement reprise par le leader d'une voix vicieuse, Shining a joué ce qu'il sait faire de mieux. On en ressort purgé de pulsions obsènes et destructrices, pour notre plus grand bien !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5