CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
le 10 juillet 2014




SETLIST

Let's Go (The Ramones)
Let's Go 
Big Guns 
Piece of Me 
18 and Life 
Riot Act 
Kings of Demolition 
Monkey Business 
Get the Fuck Out 
Slave to the Grind 
Youth Gone Wild

AFFILIÉ

21 juin 2014 - Hellfest


Skid_Row_Hellfest_20140621

De passage en fin 2013 dans une petite salle de banlieue parisienne mais très bien accueilli par le public lors de son concert, c'est avec une belle attente et un parterre bien plus fourni que Skid Row va pouvoir investir la Mainstage 2 en ce tout début d'après midi, pour trois quarts d'heure de show. Il y a pas mal de monde. Ambiance sur cet autre groupe des 90's

Le divorce Bach / Skid Row n'aura finalement été qu'une séparation de corps (oups !) puisque chacun a pu poursuivre une carrière certaine de son coté. Et puis les Américains ne se sont pas trompés sur le remplacement puisque Solinger a réussi à s'approprier toutes les chansons et poser son style sur les nouveaux albums. Notons quand même que le groupe parvient a renouveler en partie son public qui, même si tout le monde attend de voir jouer les tueries des premiers albums, ne crache pas sur les dernières productions qui se valent largement. D'ailleurs le groupe a tout compris d'un passage en festival et a distillé une setlist sur mesure pour le temps de jeu donné. Et histoire de ne pas oublier quels trublions façon Snake Sabo sont le Skid, c'est "Hey Ho Let's go" (mais des Ramones pour le coup) qui appelle le groupe et prévient le public. D'ailleurs ça chantonne déjà plutôt pas mal dans les premiers rangs...Ça promet pour la suite et, surtout, tout le monde a déjà deviné ce qui va ouvrir le concert. Débarquent ainsi nos musiciens très souriants et grimaçants (oui oui on parle encore de Sabo pour le coup) et ça gueule déjà pas mal dans les premiers rangs.
Pour pas mal de personnes du public c'est le grand sourire et la joie du Hellfest (je radote) que de se permettre de (re)voir des groupes anciens n'ayant plus forcément pignon sur rue mais pouvant proposer de beaux moments d'échange avec le public. D'ailleurs "Big Guns" va faire péter l'audiomètre et faire grimper la température malgré un soleil bien caniculaire. Les chants forts du refrain se font entendre sur le titre mais également sur le "Piece of me" qui suit. Arrive déjà le "18 & Life" que beaucoup auraient voulu voir à la grande époque. On ne peut d'ailleurs que souligner le chant de Johnny Solinger qui s'est approprié le titre en préservant les grandes lignes de Bach. Certaines spectateurs ne pensent pas retrouver exactement en live les compositions studio, mais pour le coup personne n'est perdu. Ca chante et monte dans les aigus : c'est la fête du yaourt et des fausses notes coté public mais que les sourires et applaudissements réchauffent (ça tombe bien il ne fait pas loin de 30°C sous le cagnard à cet instant). Les membres du groupe d'ailleurs remercient individuellement les personnes du public durant le show par un sourire ou une dédicace façon pointage de doigt.
Une fois le public bien chaud le groupe peut se permettre une petite promo de ce qu'il est aujourd'hui et envoie un "King of Demolition" relativement bien repris lui aussi, ainsi qu'un "Riot Act" se fondant parfaitement à la setlist et prouvant que le groupe en a sous le pied en terme de composition. Il ne reste qu'à déglinguer tout ce qui reste avec le carré "Monkey Business" , "Get the Fuck Out" (tient tient avec Extreme qui jouera le même jour "Get the Funk Out" c'est journée jeu de mots et emboîtage des dédicaces 90's), "Slave to the Grind " et le furieux  "Youth Gone Wild " avec ses « whooo hooo hooo hoooo ho »  que chacun rêvait secrètement de hurler dans le nuage de poussière qui a émergé depuis quinze bonnes minutes. Le set n'aura pas été incroyable ni dantesque mais la joie sincère du groupe de jouer devant un public globalement acquis à la cause fait plaisir à vivre. D'ailleurs les applaudissements sont fournis pour les saluts et le groupe à son tour remercie la foule.


21 Juin. Premier jour de l'été. Hellfest. Skid Row. C'est franchement pas mal de voir en cette fête de la musique un groupe pareil. Encore un combo qui approche de la trentaine d'année d'activité et réussit à rassembler une belle foule devant la mainstage pour un vrai concert plaisir comme sait en proposer le festival. Mission accomplie pour le groupe. Le moment est revenu pour certains de fouiner vers l'actualité et les sorties du Skid Row. Joie assurée et rassurée.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6