CHRONIQUE PAR ...

113
Ptilouis
le 10 juillet 2016




SETLIST

Sunn O)))

O))))
O)
O)))))
O))

AFFILIÉ

17 juin 2016 - Hellfest


Sunn_O)))_Hellfest_20160617

Pour finir cette soirée à la Vallée après un Earth d’une lourdeur et d’une classe impressionnante, il fallait entrer véritablement dans l’expérimental et pour cela Sunn O))) semble le candidat idéal. Risible, intéressant, génial, stérile, les Américains ne laissent pas les spectateurs indifférents au vu du spectacle qu’ils offrent. Car Sunn O))) est une véritable expérience avec ses deux murs d’enceintes devant lesquels se placent les deux guitaristes encapuchonnés du groupe. Pas de batterie non plus, mais de la lourdeur, de la lenteur et de la fumée, beaucoup de fumée, pour créer une mise en scène surréaliste.

Le show commence par une lumière orange, solaire, et des guitares qui bourdonnent très fortement. Imaginez un peu ! Tous vos membres tremblent à chaque coup de grattes. Vos jambes flageolent et vos oreilles sont bien heureuses d’être protégées par des bouchons (même ceux qui assistent à Rammstein entendent lors des pauses la puissance des guitares de Sunn O))), c’est dire !). Les Américains sont probablement parmi les groupes jouant les plus forts au monde. Soudain, Attila (Mayhem) se met à entonner un chant grave et profond, lui, planté là en plein milieu de la scène, bénéficiant d’un lightshow superbe, les mains en offrande vers le ciel. Le public regarde à la fois hypnotisé et un peu sceptique ce qu’il se passe.
La lumière vire au rouge. Le chant cesse. Les guitares se remettent à l’attaque, toujours aussi lourdes, lentes, hypnotiques et fortes. La lumière devient alors bleue et le groupe se met à perdre la tête improvisant largement comme à son habitude. La suite plonge dans le malsain avec un Attila gesticulant de manière erratique et alternant son chant allant du growl aux chuchotements avec une rapidité hallucinante, comme habité par plusieurs personnes. Les guitares hallucinées participent elles aussi à ce malaise ambiant. Enfin le chant se calme, mais la saturation des cordes reste toujours omniprésente et éreintante. Soudain, comme un dernier mouvement de folie, le chanteur prostré dans la fumée se relève hérissé de pics métalliques et brandissant une sorte de laser violet, faisant penser au roi-sorcier, chef des Nazgûls, dans le Seigneur des anneaux.


Et c’est sur cette dernière folie que le groupe tire sa révérence dans la fumée et les restes des bourdonnements de guitares. L’expérience restera éprouvante et beaucoup n’adhèreront pas à un show aussi spécial, mais celle-ci n’en reste pas moins intéressante aussi bien au niveau sonore que visuel. Sunn O))) restera un moment à part lors de ce Hellfest, mais une expérience hors normes à vivre au moins une fois dans sa vie.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3