Machinae Supremacy

Entretien avec Dezo (basse) - le 31 janvier 2008

43
Gazus

Une interview de




Machinae_Supremacy_20080131

Skype, c'est le bien. Ce formidable logiciel permet de communiquer gratuitement à distance d'ordinateur à ordinateur et ce, quelque soit le lieu où se trouve votre interlocuteur. C'est par le biais de ce bijou de la technologie ultra numérique de l'an 2000 de demain que Johan Hedlund, dit Dezo, bassiste de Machinae Supremacy, nous a accordé une interview suite à la sortie de l'excellent Overworld (chronique ici). Et ce fut grâce à ce personnage sympathique au rire facile que votre serviteur ne se sentit pas idiot, à parler à une machine, aussi suprême soit-elle, pendant un joli moment.


Gazus : Étant donné qu'il s'agit de la première interview du groupe pour le site, pourrais-tu présenter le groupe, son histoire, son style, ses influences...

Dezo : Bien sûr. Machinae Supremacy a été formé en 2000 et je crois que le premier concert à eu lieu en 2002. Le style que nous jouons est un mélange de punk et de metal ainsi que de musique de jeux vidéo des années 80 à aujourd'hui. Notre musique est aussi influencée par Megadeth, System of a Down ou encore Iron Maiden. L'aspect jeux vidéo provient quant à lui principalement des jeux Nintendo et C64, quant à l'aspect orchestral, il vient de Final Fantasy ou encore Chrono Trigger.

Gazus : Tu n'est arrivé que récemment au sein de MaSu, je ne sais donc pas si tu pourras répondre pour le groupe à la question suivante : Il y a une différence au niveau des morceaux entre les compositions diffusées sur votre site et celles composées à partir de Deus Ex Machinae. Comment expliques-tu ce changement ?

Dezo : J'ai grandi dans le voisinage du groupe, avec le groupe, je les connais depuis toujours, donc je pense pouvoir répondre à ta question (rires). Les changements donc... de mélodies, de style... tu sais, ce n'est pas que le groupe a essayé de faire quelque chose de plus commercial... le groupe a juste évolué, murît. La musique de Machinae Supremacy a toujours été : «Nous faisons quelque chose qui sonne juste pour nous.» Et si quelqu'un aime écouter ce que nous faisons, c'est cool ! (rires)
Photo


Gazus : Et sais-tu ce qui a conduit le groupe à vouloir faire un album ?

Dezo : Oui. Qu'est-ce que disait Robert (Stjäntström, chanteur du groupe), déjà... Ah oui. C'est encore une question de maturité, je pense. Nous avons sorti près d'une vingtaine de morceaux sur le site, ce qui est assez, sympa. Un album est un plus gros projet à faire que juste diffuser des chansons sur le net. C'est comme un pas logique à franchir. Pour les morceaux sur le net, tu peux faire une chanson qui sera écoutée en tant que tel. Dans un album, justement, tu n'écoutes pas qu'un seul morceau mais tout l'album. Les chansons doivent être cohérentes entre elles...

Gazus : C'est réussi, les morceaux d'Overworld sont tous différents, mais l'ensemble est homogène

Dezo : Je suis d'accord. (rires)

Gazus : Comment les connexions avec Spinefarm se sont-elles faites ?

Quelqu'un chez eux a écouté Redeemer dans sa version Underground et ont contacté le groupe ... et depuis nous sommes signés chez eux. C'est très sympa de jouer pour Spinefarm étant donné que c'est un label majeur de la scène metal. Ce sont des personnes très gentilles et cools.

PhotoGazus : Est-ce qu'être signé sur un label a fait changer la position du groupe, vis-à-vis du piratage et du téléchargement ? (position connue comme plutôt favorable, du temps des premirs morceaux diffusés sur le net)

Dezo : On ne peut pas contribuer activement au piratage. Évidemment, vu que nous avons un album signé... Mais nous le supportons ouvertement. Définitivement. Et moralement. (rires) Nous fonctionnons comme ceci : si tu es un téléchargeur d'albums, ne te gène surtout pas, nous voulons que tu écoutes notre album. Si tu l'obtiens par quelque moyen que ce soit, possiblement en le téléchargeant, nous voulons juste que tu écoutes notre musique. Donc bien sûr, nous apprécions que tu achètes l'album, si tu l'aimes. Mais si tu ne l'achètes pas... viens quand même à nos concerts ! (rires) Au final, la question du piratage n'a pas vraiment changé depuis le début... c'est notre nature (rires). Mais on ne peut évidemment pas diffuser les sources nous même, pour des raisons légales.


Gazus : Tu es le bassiste du groupe depuis seulement novembre 2007. Ton intégration dans le groupe s'est bien déroulée ?

Dezo : Oh oui, c'était un peu "Je débarque et on commence à jouer". (rires) Comme je l'ai dit plus tôt, je connais le groupe depuis des années, j'ai grandi avec eux. Et je n'ai jamais été en conflit avec Johan Palovaara (ex-bassiste du groupe)... c'était vraiment facile pour moi de commencer à jouer car j'aime la musique de Machinae Supremacy.

Gazus : Des explications sur les changements de line-up en live ? Robert s'occupait au départ du chant et de la guitare, puis il s'est contenté du chant, Gordon (Andreas Gerdin, ex clavieriste du groupe) occupant alors la place de second guitariste... et désormais il y a trois guitaristes, étant donné que Robert s'y est remis. Pourquoi ces changements ?

Dezo : C'est parce que les claviers n'ont pas à être sur scène. Quasiment tous les groupes majeurs dans le monde utilisent des bandes et c'était une évolution du groupe car nous avons vraiment besoin de trois guitares, maintenant. Il y a tellement de solo de guitares que cela ne sonne pas vraiment complet sans une troisième guitare. Tu sais, Gordon joue le plus souvent la guitare rythmique... quand il ne fait pas n'importe quoi ! (rires) J'ai besoin de lui pour qu'il supporte mes parties de basse et Jonas (guitariste lead) a aussi besoin de support pour ses parties harmoniques et ses soli. C'est pourquoi Robert a dû reprendre la guitare. Et Gordon doit jouer de la guitare. Et Jonas doit jouer de la guitare. Les bandes sont notre meilleur support est c'est génial de pouvoir jouer avec.

Gazus : Parlons d'Overworld, le dernier album. Comment le décrirais-tu ?

Dezo : Comment je décrirais Overworld ? Euh... (rires) et bien... merde... je ne sais pas comment je pourrais décrire cet album... C'est un bel album épique... avec de la musique de jeux vidéo... et du pur metal... (silence) ... (rires) Je pense que c'est un album plus complet que le précédent. C'est définitivement un album de metal plus mature... Je ne pense pas que je puisse vraiment le décrire mieux que ça, j'ai bien peur. (rires) Il faut l'écoutes pour se faire sa propre opinion, en fait.

Gazus : Le seul élément dans la musique de Machinae Supremacy qui a tendance à rebuter certains auditeurs est le chant de Robert. Je trouve que celui-ci a cependant nettement progressé sur Overworld, par rapport à vos précédentes sorties...

Dezo : Tu sais, plus d'un an s'est écoulé, Robert s'est amélioré et évidemment, nous avons du bon matériel pour enregistrer, désormais. Ca a son importance. De plus, sur Overworld, les chansons sont globalement plus faciles à chanter que sur Redeemer, notamment en concert.
Photo


Gazus : Quelques mots à propos de la pochette (ndGazus : à cet instant, votre serviteur emploie le mot "cover") faite par Robert ?

Dezo : Britney Spears...

Gazus : C'est Britney Spears ?

Dezo : Ah, la couverture de l'album (ndGazus : Merci à la polysémie anglaise. Il fallait en fait employer l'expression "artwork cover")! Je pensais à quelque chose de très spectaculaire mais il fallait s'inscrire dans la continuité des précédents albums de MaSu. Nous voulions nous représenter, mais il fallait tout de même se démarquer des albums d'autres groupes. Si tu vas dans un magasin de disque et que tu regardes les pochettes de metal, tu verras toutes sortes de pentagrammes, du sang ou du gore... etc. Nous sommes catalogués dans la section metal, dans les magasins. Pourquoi donc ne pas faire une pochette qui nous distingue du reste ?

Gazus : Parlons de l'autre «cover», soit la reprise de "Gimme More" de Britney Spears.

Dezo : (rires) Et bien... c'est une bonne chanson, donc pourquoi ne pas la reprendre ? C'était l'idée de base et... on en a fait un cover ! Nous avons eu la permission de l'auteur du morceau. Évidemment, il est crédité comme il se doit sur l'album en plus de Britney Spears.

Gazus : Les jeux vidéo ont une place importante dans l'univers et la musique de Machinae Supremacy, dans les paroles, par l'utilisation du SID, par des références, notamment des titres de chansons comme "Radio Future", "Need For Steve"... Pourquoi les jeux vidéos ?

Dezo : Nous nous sommes tournés du côté des jeux vidéo au niveau de l'inspiration, pour avoir de nouvelles sonorités. La musique de jeux vidéo est différente du reste de la musique pop ou metal. Nous sommes autant inspirés par la musique de jeux vidéo que par la musique d'autres groupes. Et il y a beaucoup de groupes japonais qui sonnent «jeux vidéo», mais... nous ne sonnons pas comme eux. C'est comme si nous étions allés au niveau suivant. (rires)

Gazus : Vous prévoyez de jouer ailleurs qu'en Scandinavie ?

Dezo : Bien sûr. Nous voulons toujours aller jouer partout où l'on peut. Étant donné que nous habitons dans le Nord de la Suède, nous avons près d'une centaine de kilomètres à parcourir pour aller à Stockholm, pour pouvoir ensuite aller dans d'autres pays d'Europe. C'est assez cher. Évidemment, nous avons des propositions de concert, mais parfois, nous ne pouvons pas accepter, car nous ne pouvons pas obtenir les fonds. C'est le problême principal. Nous voulons jouer, mais nous ne pouvons pas. De temps en temps, Spinefarm nous aide. Mais c'est avant tout un label, pas une agence de booking. Ils veulent que nous fassions des albums et évidemment que nous fassions des concerts, pour promouvoir et vendre les albums, mais c'est plus à une agence de booking de chercher les destinations. Peut-être que nous devrions contacter une agence de booking, mais elles coûtent aussi de l'argent.
Photo


Gazus : Un mot pour les lecteurs et les fans français de MaSu ?

Dezo : Et bien, évidemment je veux les remercier. Nous aimons nos fans et nous ne serions rien sans eux. J'espère que ça les touche de savoir que nous tenons aux personnes qui écoutent notre musique, c'est un peu ce que j'essaye de faire passer sur nos forums, par exemple. J'aime parler aux eux, avec les fans et plus globalement les gens qui aiment écouter notre musique. Tu devrais leur conseiller de venir lire notre forum... Et évidemment, achetez notre album ou bien téléchargez-le. Mais venez à nos concerts ! (rires)



Crédits photo : www.myspace.com/machinaesupremacy


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7