Megadeth

Entretien avec Chris Broderick (guitare) - le 26 février 2008

2
Cosmic Camel Clash

Une interview de




Megadeth_20080226

C'est l'histoire d'un type qui n'a pas grand-chose à dire, mais qui doit donner des interviews quand même. C'est l'histoire d'un webzine métal qui avait bien envie d'avoir une interview de Megadeth à présenter à ses lecteurs, mais qui s'est retrouvé avec un créneau de quinze minutes occupé par un musicien qui a peiné à en remplir dix, même bombardé de questions. Donc quelques heures avant de fouler les planches de l'Élysée Montmartre (live-report ici), Chris Broderick nous a accordé ce mince entretien.


Cosmic Camel Clash : Tu es donc le dernier arrivé dans Megadeth. Question évidente : comment est-ce que ça s'est fait ?

Chris Broderick : Oui, je suis le nouveau. Ca s'est passé si vite qu'il n'y a pas vraiment d'histoire à raconter. J'ai reçu un coup de fil du management de Dave (Mustaine) qui m'a dit en gros qu'il y avait une place de guitariste de libre dans le groupe, et j'ai bien sûr répondu que ça m'intéressait. Nous avons joué ensemble avec Dave et je pense que ça a collé très bien entre nous : nous nous sommes attaqués à l'interprétation des morceaux immédiatement. En fait ce sont Shawn et Glen (les frères Drover, batteur et ex-guitariste du groupe) qui m'avaient désigné comme candidat potentiel.

Cosmic Camel Clash : Tu les connaissais personnellement ou ça s'est joué à la réputation ?

Chris Broderick : Je pense qu'il y a eu un peu des deux. J'avais croisé Shawn et Glen une ou deux fois, mais sans plus... et je pense que Dave a vu les vidéos que j'ai postées sur YouTube et mon site internet.

Cosmic Camel Clash : Combien de temps as-tu eu pour apprendre les chansons avant de donner ton premier concert ?

Chris Broderick : Un mois : le mois de janvier 2008 pour être précis, que j'ai passé à travailler sur les chansons avant que nous ne partions jouer à Helsinki.

Cosmic Camel Clash : Et pour l'instant, ça se passe comment ?

Chris Broderick : C'est génial. Que demander de plus ? Pour un guitariste, faire partie d'un groupe légendaire à guitares au poste de guitariste lead... ça se passe super bien.
Photo


Cosmic Camel Clash : Ayant intégré Megadeth, groupe célèbre pour les changements incessants autour de Dave, as-tu le sentiment d'être réellement un membre groupe, au même titre que tu l'étais dans Jag Panzer et Nevermore par exemple ?

Chris Broderick : Je pense que je le ressens quand je suis au milieu des autres, mais quand je pense au terme Megadeth ça me semble toujours un peu étranger. Mais quand je traîne avec Dave, James (Lorenzo, bassiste), Shawn et les autres j'ai l'impression de faire partie du groupe et que l'entité m'inclut. Mais je suis encore en train de me faire à l'idée, c'est juste une de ces choses qui prend du temps pour qu'on s'y habitue.

PhotoCosmic Camel Clash : Il y a eu beaucoup de personnes très célèbres avant toi à ce poste... y'a-t-il un ancien guitariste lead de Megadeth dont tu te sens plus proche, que ce soit au niveau du style de jeu ou de la personnalité ?

Chris Broderick : Pour la personnalité je ne peux pas dire, mais au niveau du jeu je pense que c'est Glen Drover dont je suis le plus proche... sachant que Marty Friedman a été une grosse influence pour moi aussi, donc je vais répondre ces deux-là.

Cosmic Camel Clash : Est-ce que Megadeth en général était une grosse influence pour toi quand tu as commencé la guitare ?

Chris Broderick : Honnêtement, pas autant qu'on pourrait le penser. Mes influences se trouvaient clairement plus du côté de la musique instrumentale : je parle de shredders comme Greg Howe, Jason Becker et bien sûr Marty Friedman du temps de Cacophony, ainsi que Paul Gilbert évidemment. Mais j'étais également à fond dans la musique classique donc il y a eu Paco de Lucia. Au final la musique instrumentale est celle qui a le plus compté.


Cosmic Camel Clash : Quand il a intégré Megadeth, Marty Friedman - tout virtuose qu'il était - a dit qu'il avait appris à jouer de la guitare rythmique grâce à Dave. Tu vois ce qu'il voulait dire ?

Chris Broderick : Complètement. Pour moi il s'est plus agi d'apprendre à coller au style rythmique de Dave car il a un feeling extrêmement upbeat. Quand on entend une pulsation, qu'on tape du pied... Dave aime placer beaucoup de rythmes entre les pulsations, c'est ce qu'on appelle jouer en upbeat. Ca donne un son plus irrégulier, très syncopé, et ça rend le tout très complexe donc il faut travailler cet aspect. Dave a un style très méticuleux et une vision très précise de la manière dont la guitare doit être jouée, donc il faut travailler là-dessus aussi. Donc oui, le rythmique demande beaucoup de travail.

Cosmic Camel Clash : Au niveau des soli, quelles chansons t'ont posé le plus de problèmes techniquement parlant ?

Chris Broderick : Mmmh... je dirais probablement "Tornado of Souls" ou "Hangar 18". Elles sont très proches en termes de difficulté et très fun à jouer, donc je prends plaisir à m'y frotter.

Cosmic Camel Clash : Comme tu le sais probablement, Megadeth et la France ont tissé un lien spécial depuis que la chanson "A Tout Le Monde" a été enregistrée. As-tu déjà vu ou entendu une prise live de cette chanson en France, histoire de savoir ce qui allait arriver ce soir ?

Chris Broderick : Mmmh... non, mais je peux me le représenter. J'imagine que la foule chantera probablement plus fort que nous ne jouerons (rires). Ce sera intéressant de voir ça quand je monterai sur scène ce soir.
Photo


Cosmic Camel Clash : Quel serait ton conseil à un musicien lambda pour espérer intégrer un groupe majeur un jour ? Quelles sont les qualités requises ?

Chris Broderick : C'est dur de répondre à ça car il faut surtout être capable de gérer quand ça t'arrive. Quand ça se produit de la manière dont ça s'est produit avec moi, sachant que je fais partie de la scène depuis un bail, je pense qu'il y a eu un processus qui a mené graduellement à ce résultat. Je pense que certaines personnes pourraient s'en sortir immédiatement, mais tout se joue sur la capacité à saisir les opportunités qui se présentent. Que l'on réussisse ou que l'on échoue, c'est surtout une question de tenter le coup. C'est ce que je recommenderais : de suivre le cours des choses et de savoir saisir sa chance.

Cosmic Camel Clash : Quels sont les plans futurs pour Megadeth et toi ? Est-ce que tu as le prochain album en vue ?

Chris Broderick : Oui, nous pensons sortir un nouveau cd cet été. J'espère que j'y jouerai un grand rôle, mais on verra... nous en avons parlé en tous cas.

PhotoCosmic Camel Clash : Il y a une perception très répandue qui veut que jouer dans Megadeth se résume à faire ce que Dave dit de faire et basta. Est-ce complètement vrai ou bénéficies-tu tout de même d'un minimum de liberté artistique ?

Chris Broderick : Je pense qu'on bénéficie réellement d'une liberté artistique.... mais je pense que tout musicien qui progresse et s'améliore finit par avoir une vision très claire de ce qu'il veut. C'est valable pour moi : quand je composais de la musique dans le passé, j'avais une vision très claire de ce que la batterie et la basse devaient jouer, etc. Je suis sûr que quand Dave a une vision artistique, ce qu'il veut entendre est très clair pour lui, donc je pense qu'une fois que c'est défini pour lui il veut que les choses se passent comme il les a décidées. Il est juste très méticuleux et très réfléchi par rapport à ce qu'il veut voir sur scène et ce qu'il veut entendre. Donc il faut le suivre là-dessus, mais sorti de ça il y a une liberté artistique. Et j'ai l'impression que ça va s'ouvrir de plus en plus au fur et à mesure que nous travaillerons ensemble.


Cosmic Camel Clash : Est-ce que tu vois ton avenir lié à Megadeth, ou est-ce que tu gardes d'autres possibilités sous le coude ?

Chris Broderick : (rires) Non, je me vois clairement encore dans Megadeth l'année prochaine. Mais comme je l'ai dit je pratique différents styles de musique, donc je pense aussi à l'aspect classique de mon jeu et peut-être que je me produirai aussi dans ce genre-là. Mais c'est évident que je serai dans Megadeth, c'est mon futur tel que je le vois.

Cosmic Camel Clash : Un petit mot de la fin pour les fans français dont une part va te voir sur scène pour la première fois ce soir ?

Chris Broderick : J'apprécie vraiment le soutien qui m'a été apporté jusqu'à présent, et j'espère que vous allez aimer le concert de ce soir... personnellement je suis impatient de le donner !



Crédits photo : www.megadeth.com


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2