CHRONIQUE PAR ...

40
Joe Le Hareng
le 19 avril 2009




SETLIST


AFFILIÉ

18 avril 2009 - Lyon - Transbordeur


Hystery_Call_-_Banane_Metalik_Lyon_-_Transbordeur_20090418

Au départ ce devait être un live-report du Festival Repercurock, au final, ce sera un doublé Hystery Call/Banane Metalik! Tout commence à 18h quand votre serviteur va faire la queue pour accéder au Transbordeur afin de voir les Hystery Call, malheureusement programmés à l'heure du goûter. Première impression, votre dévoué Hareng et ses amis se sentent bien vieux en voyant le public à peine pubère (l'effet Ultra Vomit sans doute) qui attend l'ouverture des portes. Dur.

À peine les provisions faites à la buvette, les Hystery Call montent sur scène. On affûte les guitares, on astique la contrebasse et on ajuste les costumes (costumes cravates pour ces messieurs et petite jupe qui fera bien de l'effet sur les premiers rangs pour MissAlex) et c'est parti mon kiki! Maitre Bugo est en pleine forme et malgré la longueur du set (trente malheureuses minutes!) il emmène tout son petit monde! Chaussé de son haut de forme et slappant sa contrebasse sans ménagement, il envoie ses lignes de chant avec une énergie non feinte, bien soutenus par ses fidèles acolytes! G-rom (le batteur) est comme à son habitude irréprochable (et groovy) et les deux guitaristes balancent du riff/chorus à tout va pour notre plus grand plaisir. On regrettera juste l'absence de "Wooly Bully" et de l'intro delta-blues de "Bargain"...

Qu'importe, le rock était là ce soir! Le vrai rock n' roll qui fait bouger la tête et taper du pied et malgré l'heure («Vous avez eu le temps de sortir de cours, c'est bien» plaisantera Bugovitch) le public était présent et a pris son pied! À peine remis et un peu frustrés, on sort prendre l'air et surprise, il fait jour! Petit retour à l'intérieur pour voir le début du set de Troïdes : c'est carré, syncopé, groovy, mais c'est pas notre truc (ce sera d'ailleurs le même constat pour l'Esprit du Clan dont on ne verra qu'un morceau) : retour à l'extérieur, dans l'espace fumeur (seul moyen pour tout le monde de prendre l'air, enfin façon de parler, tant il est difficile de faire tenir tant de monde dans un si petit espace).

Petite escapade à l'intérieur du Transbo' pour voir le début du set d'Ultra Vomit... A vue de nez, on va avoir droit au même set qu'au Ninkasi. La concert précédent étant encore frais, on passe notre tour. Puis viendra le tour de Parabellum, que l'on ratera superbement, occupés que nous étions à débattre pour savoir si la scène stoner de la Nouvelle Orleans renversera celle de Palm Desert. Tant pis. La nuit avance et le bruit circule que les Banane Metalik vont attaquer leur set. On poireaute à l'intérieur où le public - présent depuis 18h, ne l'oublions pas - commence à être sérieusement alcoolisé. On croisera Fetus et Manard, d'Ultra Vomit et une bonne centaine de keupons qui semblent tout droit sortis de Camden. Soudain le rideau tombe et découvre les Banane Metalik... La vache! Ils ne lésinent pas sur les moyens! C'est dans un décor sépulcral qu'ils vont opérer, grimés en zombies.

Mais pas avec du maquillage à deux balles, hein! Non des vrais masques en latex et une quantité de faux sang non négligeable. Et ça envoie direct! Passé la reprise du thème de Beetlejuice qui pose le décor, les zombis de Rennes enchainent sur 45 minutes de gore n' roll totalement sauvage et jouissif! Ca brasse sévère dans l'assistance... Un pogo d'enfer, si vous me passez l'expression! De mémoire de Hareng, on n'avait jamais vu ca! Alternant compos bien torchées, sur le théme du gore, de l'anticonformisme et du rock n' roll (et un peu du sexe), et reprises bien torchées (notamment un "Too Drunkt o Fuck" des Dead Kennedys malsain et sauvage) les musiciens n'économisent pas sur l'énergie et la mise en scène (mention spéciale à la go-gore danseuse plutôt accorte qui vient faire le show dans des tenues de plus en plus découvertes). Quelle claque! Jusqu'au bout les Banane dépenseront des tonnes d'énergie pour emmener le public lyonnais dans leur univers, avec succès : un grand moment de live!


Deux grosses régalades rock n' roll dans la même soirée, on n'en demandait pas tant! Entre Hystery Call et son rockab' de série Z et les Banane Metallik, fervents défenseurs du gore n' roll, c'est avec le sourire au lèvres que votre serviteur est rentré dans ses pénates!


Crédit photo : www.myspace/hysterycall

Crédit photo : www.myspace/bananemetalik





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7