CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
le 27 juin 2009




SETLIST

Voïvod
Tornado
Panorama
Ravenous Medecine
Global Warning
The Unknown Knows
Brain Scan
Tribal Convictions
Astronomy Domine

AFFILIÉ

Voivod
Summer Breeze 2009 (Dinkelsbühl)
(15 août 2009)

19 juin 2009 - Hellfest


Voivod_Hellfest_20090619

Voïvod en concert en France, c'est un peu comme Manowar ou Mötley Crüe, ça arrive une fois tous les 15 ans en moyenne ! Des retrouvailles quelque peu ternies par l'extrême médiocrité des deux derniers albums (Katorz et Infini), pour cette prestation de Voïvod, on peut le ressentir, les mecs s'accrochent, ils ne veulent pas lâcher l'affaire et tiennent même à faire durer le truc le plus longtemps possible, quitte à y perdre toute intégrité artistique, du moment qu'ils peuvent faire des concerts.

Pour renforcer la légitimité de cette démarche, ils ont même rappelé Blacky, l'ancien bassiste, de retour au bercail (il avait quitté le groupe après Nothingface). Nous voilà donc avec les 3/4 du line-up d'origine ce qui donne un certain cachet à ce come-back ! Cela nous donne un concert plaisant, Snake étant plutôt fort pour mettre l'ambiance avec son accent québécois et ses mimiques volontairement ridicules. Il danse même à quelques reprises ce qui accentue le décalage avec la musique thrash et complexe de Voïvod ! Des vieux titres évidemment, on va en bouffer... mais pas sûr que le public présent au Hellfest connaisse l'oeuvre de Voïvod sur le bout des doigts. Parvenir à distinguer chaque morceau quand on écoute un Killing Technology ou Dimension Hatröss pour la première fois n'est pas chose aisée, avec 20 riffs différents, des structures qui partent dans tous les sens. Du coup, la musique de Voïvod n'est pas forcément la plus adaptée dans le cadre d'un festival.

Quelques titres plus simples et directs comme l'efficace "Panorama" d'Angel Rat ou "Global Warning", un des rares titres potables d'Infini, permettent de rendre la chose plus digeste. Snake précisera avant de jouer "Global Warning", « J'espère que vous serez indulgent !» ce qui en dit long sur la qualité de l'album. On appréciera également la présence d'Eric Forrest sur "Tribal Convictions", en duo avec Snake, bel hommage à celui qui fut chanteur (enfin beugleur plutôt) de Voïvod entre 1994 et 2000. Pour terminer, un hommage à Piggy se faisait toujours attendre, il viendra avec la très bonne reprise de Pink Floyd, "Astronomy Domine", émouvante et vocalement à la hauteur. Le nouveau guitariste s'en sort convenablement, sans pour autant briller (on ne remplace pas Piggy comme ça !). Quant à Away à la batterie, il fait son truc, il n'a jamais été un batteur exceptionnel et il le confirme en concert. N'est pas Paul Bostaph, Dave Lombardo ou Gene Hoglan qui veut, son nom n'a jamais été cité à côté de ces grands batteurs, ce n'est pas un hasard !


En clair, ces retrouvailles avec le public français sont appréciables et feront des heureux, avec une set-list logiquement axée sur les vieux albums (rien de la période Eric Forrest, de The Outer Limits ou même de l'album éponyme de 2003 !). Mais dans le cadre d'un festival, la sauce prend moyennement. À revoir dans un autre contexte.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4