CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 31 juillet 2009




SETLIST

Valley of the Damned
Heroes of Our Time Operation Ground and Pound
Reasons to Live
Strike of the Ninja
Fury of the Storm
The Last Journey Home
Through the Fire and Flames

AFFILIÉ

31 juillet 2009 - Wacken Open Air


Dragonforce_Wacken_Open_Air_20090731

« Sauront-ils passer leurs plans de ouf sur scène ?» « Auront-ils un son pourrave avec des guitares en bouillie ? » « Termineront-ils leur set par le titre de Guitar Hero III ?» « Sont-ils plus gays qu’Hammerfall ?» Avant d’assister à son tout premier set de DragonForce, votre serviteur (qui ne connaît pour ainsi dire pas le groupe) est pétri d’interrogations métaphysiques. Mais il doit l’avouer désormais : la question principale, la plus pertinente, il ne se l’est pas posée... « Et s’ils allaient tout casser ?».

Ben oui, ce set de DragonForce a été une tuerie intégrale, le genre de réjouissance d’autant plus plaisante qu’elle est totalement inattendue. Et qu’il fallait la mériter : vu que le site a été encore étendu (où s’arrêteront-ils ?), un accès spécifique pour la Party Stage a été aménagé, permettant aux festivaliers d’y accéder directement depuis le camping plutôt que de passer par le site s’ils le souhaitent. Problème : il y a tellement de monde que l’accès en question est totalement engorgé, et vu que le groupe a la bonne idée de commencer 5 minutes en avance le premier titre est terminé quand - mû par la fougue guerrière qui le caractérise – votre chroniqueur chamelier arrive au milieu de la fosse en jouant des coudes. Le temps d’arriver là un constat s’impose néanmoins : le son est quasiment nickel et permet de profiter de tous les instruments (à part les backings qui passent dans le warp). Vu la vélocité de la musique jouée, c’est heureux...

Mais DragonForce ne fait pas que jouer vite : ils jouent bien. Très, très, très bien. Et cerise sur le gâteau, ils se font plaisir à mort. On passera sur les prouesses guitaristiques de la paire Li / Totman : ils ont beau ne jamais échanger un regard ou presque, les deux gratteux enquillent les moments de bravoure avec un aplomb confondant. Aucune note à côté, aucun passage à l’arrache, c’est de la virtuosité pure. Sauf qu’à côté des deux prodiges, on trouve un groupe remonté comme une pendule où chaque musicien fait le show. Vadim Pruzanhov tout d’abord, claviériste complètement déjanté qui passe son temps à courir partout comme un débile, arborant une mèche rose et un pantalon de spandex flashy du meilleur effet. Dave Mackintosh, batteur complètement hystérique dont les accélérations de double-pédale font littéralement peur. Et Frédéric Leclercq pour finir, faisant le con en permanence et allant jammer avec les autres membres tour à tour. Le spectacle est permanent.

A côté de cet aspect visuel réjouissant (une estrade sur le devant de la scène permet à qui veut de se mettre en avant), le groupe épate par la quantité d’énergie positive qu’il dégage. Ils sont à fond tout le temps, s’éclatent comme des gosses et voient leur prestation sublimée par un chant sacrément impressionnant. On évoque rarement ZP Theart et pourtant le bougre est un vocaliste power-heavy de première bourre : puissant, doté d’un vibrato impressionnant, toujours juste, montant dans les aigus sans problème, c’est un sacré technicien doublé d’un showman impressionnant. Confrontée à cette déferlante de talent et de bonne humeur, la foule adhère à 120 % et acclame le groupe à n’en plus finir. Les slammers ont beau déferler sur la fosse crescendo, personne ne s’énerve : l’ambiance est trop bonne. Un petit "Through the Fire and Flames" pour finir tout ça (évidemment), et DragonForce termine un concert que beaucoup trouveront trop court.


Je sais, c’est sale, mais je suis devenu fan de DragonForce. Je dois l’accepter. Un concert de ce niveau laisse forcément des séquelles, et je vais devoir assumer mon nouveau statut car il est impossible de lutter contre ça. Quand ces types sont dans un bon jour ils sont littéralement intouchables, et aujourd’hui ils tenaient une forme olympique. Putain de concert de malade !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4