CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
le 07 novembre 2007




SETLIST

King of the Kill
Operation Annihilation
Clown Parade
Set the World on Fire
W.T.Y.D.
Never Neverland
Phantasmagoria
Alice in Hell

AFFILIÉ

Annihilator
Hellfest (Clisson)
(22 juin 2014)
Paris - Le Divan Du Monde
(05 octobre 2010)
Hellfest (Clisson)
(19 juin 2010)

31 octobre 2007 - Paris - Elysée Montmartre


Annihilator_Paris_-_Elysee_Montmartre_20071031

6 mois après son passage ici-même en ouverture de Trivium, Annihilator est déjà de retour en nos contrées, cette fois en 1ère partie d'Iced Earth. On pourrait se lamenter du fait que près de 20 ans après leurs débuts, Waters et sa bande en soient réduits à ce statut malgré pas moins de 12 albums au compteur, mais réjouissons-nous plutôt de pouvoir admirer en chair et en os une des légendes du speed / thrash mondial.

Après Turisas qui s'est fait remarquer avec son folk metal enjoué marqué par une reprise désopilante du "Rasputin" de Boney M, c'est donc au tour des Canadiens de squatter la scène pour 45 minutes de folie. Car nul besoin de ménager le suspens : Annihilator a largement fait honneur à son rang ce soir. Servis par un son impeccable pour une 1ère partie, fait suffisamment rare pour être souligné, les Canadiens sont cette fois entrés directement dans le vif du sujet. Une intro à la grosse caisse qui fait son petit effet, un public enthousiaste qui bat la mesure, un riff groovy irrésistible et c'est parti pour un excellent "King of the Kill". Comme sur sa version studio, c'est Jeff Waters himself qui se charge du chant, de même que sur le morceau suivant "Operation Annihilation". Les néophytes n'y comprennent plus rien : Annihilator n'est-il pas censé compter un chanteur dans ses rangs avec Dave Padden ? Certes oui, mais en ce début de set, celui-ci se contente… de jouer de la guitare ! Décidément le monde à l'envers !

Si la notion de groupe a toujours été quelque chose de relativement flou pour une entité comme Annihilator, il faut bien reconnaître que la paire Waters/Padden a très fière allure. En plus de faire une belle brochette à la guitare, les deux compères se répartissent habilement le chant : le côté thrash sans fioritures pour le premier, le chant heavy plus travaillé pour le second, qui prouve une fois de plus qu'il dispose d'un très bel organe sur des morceaux comme "Never Neverland" ou "Alice in Hell". Si on rajoute les quelques chœurs assurés par le bassiste Brian Daemon, qui concurrence B.B. King en termes de mimique de constipé mais qui tient parfaitement la place qu'occupait encore Russell Bergquist il y a 6 mois, cela donne un spectre vocal très étendu qui constitue un des points forts du show. Au final, seule l'harmonie vocale à 3 sur le refrain de "Clown Parade" sera complètement foirée. Un moindre mal.

Mais tout ça c'est bien gentil me direz-vous, mais de la part d'Annihilator, on attend surtout de se prendre des parpaings en pleine tronche. Et bien rassurez-vous, de ce point de vue-là, on est servis aussi. Comment pourrait-il en être autrement avec des brûlots comme "Set the World on Fire" ou l'imparable "Alice in Hell", pour une fois interprétée sans son intro "Crystal Ann" ? On notera que le groupe a eu la sagesse de changer (très) légèrement sa setlist, en intégrant "Phantasmagoria" et surtout l'inattendue "W.T.Y.D." en lieu et place de "The Fun Palace" et "The Blackest Day". Encore 1 ou 2 venues et on aura le concert complet ! Quant à ceux qui ne savaient pas encore pourquoi Jeff Waters est considéré comme une légende vivante, ils auront eu la réponse ce soir : en plus de shredder comme une bête, frimant juste ce qu'il faut en distillant des soli de grande classe, le bonhomme prend un pied monstrueux sur scène. Arborant en permanence une banane des plus communicatives, il se paie même le luxe de remercier le public en français !


Au terme de ces 45 minutes aussi jouissives que frustrantes, Annihilator l'a emporté sur les 2 tableaux : combler les fans déjà acquis tout en marquant de précieux points auprès des néophytes. Il n'y a donc plus qu'à espérer que le retour chez SPV permette à Annihilator de retrouver son lustre d'antan, pour enfin nous gratifier d'un concert complet en tête d'affiche.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6