CHRONIQUE PAR ...

68
Ronnie
le 23 mars 2010




SETLIST

Hide and Seek
Bring Forth Ye shadow
Lorelei
Frozen
Ashes and Dreams
A Rose for the Dead
Fragment
And When He Falleth
Hollow
Storm
Cassandra
A Hamlet for a Slothful Vassal
Fade

Rappel

Machine
Der Tanz Der Schatten

AFFILIÉ

17 mars 2009 - Marseille - Le Poste à Galène


Theatre_Of_Tragedy_Marseille_-_Le_Poste_à_Galene_20090317

L'influence des trois premiers albums de Theatre Of Tragedy a eu un impact crucial, autant pour votre serviteur que pour la scène dite gothique. Après un déclin et un groupe en doute (je vous fais grâce de l'historique) c'est un Theatre revigoré qui nous a servi un dernier album fantastique (même si à l'époque de la chronique je n'en avais pas encore pris conscience), avec un retour aux sources... Jusque là, tout va bien, sauf que le 1er mars, après 17 ans de carrière, le groupe annonce sa dissolution à la fin de la tournée. Le Poste A Galène modeste salle accueille le dernier passage de l'histoire du groupe sur nos terres...à notre plus grand regret.

Where Angels Fall débute devant une salle quasi-vide et clairsemée. D'ailleurs ils ne nous laisseront pas un souvenir impérissable. Pour faire simple, on a à faire à une sorte de... Unsun pour les morceaux récents. Les deux seuls vieux morceaux, sont plus proches d'un Tristania période Widow's Weeds (mon Dieu cet album!) sans les grunts. La seule chose à noter à part les vieux morceaux « génialisimes » et les récents... « clichesques » et « chiantissimes » à souhait, c'est la prestation du batteur (avec sur son CV des groupes tels que Shining, Den Saakaldte ou encore Urgehal). Assez hallucinant, remontant le niveau technique, faisant que finalement... on se souviendra au moins d'une chose de leur prestation! La salle se remplit peu à peu pour finalement en arriver à environ 100 personnes à la fin du changement de plateau. Les lumières s'éteignent, les premières notes de "Hide and Seek" retentissent durant l'entrée des musiciens de Theatre Of Tragedy (avec un Raymond aux cheveux courts!), c'est parti, premier constat: le son est hallucinant, parfaitement équilibré et les lights parfaitement adaptés à la musique. Le groupe enchaîne avec un "Lorelei" repris en cœur. Nous sommes fixés, c'est bien une tournée d'adieu, les classiques sont là, preuve de ces adieux, le groupe (non entier) est resté une heure après le concert, séance photo et dédicace improvisée dans la salle.

S'il y avait une chose à retenir de ce concert, c'est l'interprétation des morceaux, qui TOUS prennent une dimension en live (seule "Fade", aura fait redescendre la pression en effet, l'interprétation fût totalement plate et ennuyeuse). Le groupe a donc pioché dans toute sa discographie et comme par magie...Chaque seconde a eu son impact, même Musique ou le single "Storm" ont pris une autre dimension en live. Avec pour point d'orgue "Cassandra", "Lorelei", ou encore "And When He Falleth" qui nous a glacé le sang par son émotion même amputé de son intro. "Der Tanz Der Schatten" en allemand et son final... a clôturé le concert, laissant le groupe sortir par la grande porte. Comment expliquer la perfection de ces interprétations? Tout d'abord, comme cela a été mentionné plus haut, le son fut excellent et les lights mirent en lumière chaque seconde de la musique des Norvégiens en créant l'ambiance en adéquation à la musique. De plus une autre surprise, le chant de Nell, parfait en live faisant oublier Liv qui l'eût cru? Outre l'interprétation; le jeu entre les deux vocalistes, alliant les gestes et les regards créant une complicité romantique, certes clichée, mais collant parfaitement à la musique. Cette complicité le groupe l'a aussi gagnée avec le public malgré un début où la personnalité froide des Norvégiens était plus que palpable.


Voilà maintenant les passages dans le sud des groupes internationaux, se résument à Toulouse et plus Marseille, au vu de l'affluence...c'est de bonne guerre, mais c'est surtout dommage! Mais quel concert, le groupe a de nouveau convaincu qu'il était une figure de proue du style. A ce que l'on a pu voir sur scène, mon petit doigt me dit que nous pourrions les revoir en France lors d'une éventuelle re-formation.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5