CHRONIQUE PAR ...

30
Lapin Blanc
le 30 novembre 2007




SETLIST

Love Is the Only Answer
More to This World
Retropolis (jam session)
Love Supreme
Trading My Soul
I Am the Sun part 1
Flight 999 (Brimstone Air)
Babylon/Hudson River Sirens Call / jam session
Stardust We Are 3
What If God Is Alone
Life in Motion

Rappels :

The Sum of No Reason
--
Blade of Cain

AFFILIÉ

25 novembre 2007 - Paris - La Locomotive


Flower_Kings,_(the)_Paris_-_La_Locomotive_20071125

Pour suivre la sortie de leur album The Sum of No Evil (chronique ici) , les Flower Kings se sont lancés dans une grande tournée européenne passant par la Loco de Paris. Et bien que leur dernier album n’ait pas été très bien accueilli et que le combo semble un peu passé de mode chez les fans de rock progressif, la performance du groupe a été tout à fait honorable.

Après un peu d’attente (l’équipe de la Loco semble avoir la désagréable habitude de ne jamais commencer un concert à l’heure), une bonne surprise arrive en découvrant le line-up du groupe pour la tournée : le batteur habituel a été remplacé par Pat Mastelotto (King Crimson) qui fait des merveilles avec un jeu inventif et brillant, plein de gimmicks bizarres : toms aux sons étouffés par un torchon, baguettes-fagots… Le reste du groupe est cependant à l’avenant avec des Tomas Bodin et Roine Stolt toujours très assurés, un Hasse Fröberg qui a montré toutes ses capacités vocales sur "Stardust We Are", et un bassiste, Jonas Reingold, qui réussit à faire des solos sans être trop pénible. Les Flower Kings sont des grands professionnels tournant depuis longtemps et ça s’entend.

La set-list, plutôt équilibrée alterne les longs epics, les jams façon jazz-rock et les morceaux plus courts, tout en faisant la part belle au dernier album. Le concert débute avec une poignante interprétation de la pièce maîtresse du dernier album, "Love Is the Only Answer" (le groupe jouera d’ailleurs la quasi intégralité des chansons de cet album), et enchaîne ensuite ses classiques tels que "Retropolis" ou "Stardust We Are". Si le groupe contente ses fans en délivrant ses morceaux les plus connus, il conserve cependant une grande part d’improvisation dans l’exécution des chansons.

On garde donc le souvenir d’un bon concert avec des musiciens qui sont vraiment communicatifs et apprécient d’être sur scène (à l’exception du toujours très froid Roine Stolt), et un public qui, bien que relativement peu nombreux, s’est montré chaleureux. Carton rouge cependant à la Loco pour passer de la musique techno dans son autre salle en même temps : on entend le bruit des basses en fond sonore pendant tout le concert, et c’est particulièrement gênant lors des passages les plus calmes ; heureusement que le niveau technique des musiciens leur permet tout de même de tenir le rythme sans le moindre accroc.


Sans doute que les Flower Kings ne sont pas le groupe le plus innovant de la scène progressive, mais ils restent un ensemble de qualité délivrant une prestation fort attachante en live.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6