1308

CHRONIQUE PAR ...

13
Dupinguez
Cette chronique a été mise en ligne le 15 novembre 2007
Sa note : 8/20

LINE UP

-Rob Rock
(chant)

-CJ Grimmark
(guitare)

-Andreas Olsson
(basse)

-Adreas Johansson
(batterie)

TRACKLIST

1)Garden Of Chaos
2)Satan's Playground
3)Savior's Call
4)This Time Is The Last Time
5)Only A Matter Of Time
6)Spirit In The Sky
7)Metal Breed
8)Millenial Reign
9)Unconditional
10)Ode To Alexander

DISCOGRAPHIE


Rock, Rob - Garden Of Chaos
(2007) - heavy metal - Label : AFM Records



Rob Rock, avec toutes ces partitions à divers projets (notamment Avantasia), est une personne dont on connaît le nom, faute d'en connaître la carrière. Car mine de rien, on se retrouve déjà avec son quatrième album entre les mains. Une carrière solo qui commence à être assez fournie donc. Mais ce relatif anonymat s'explique aussi par le fait qu'il n'ait jamais vraiment marqué les esprits. Va-t-il nous prouver le contraire? La question est, en 2007, sur toutes les lèvres!

Et ce n'est sûrement pas Holy Hell, paru en 2005, qui a apporté gloire et fortune à ce bon Rob. Car, comme beaucoup d'artistes qui ne seront pas cités ici, celui-ci se contentait de produire un heavy metal tout ce qu'il y a de plus classique, sans aucune vélléité d'innovation quelconque et de relativement bonne facture, sans plus. Et bien prenez cette phrase, appliquez là à toute la discographie du bonhomme, et vous en avez la chronique complète. Pardon? Oui, TOUTE la discographie. Garden of Chaos compris donc. Ça commence pourtant plutôt bien avec un titre éponyme au riff bien agressif qui nous fait miroiter une orientation un peu plus violente. Illusion bien vite retombée à l'écoute du refrain ultra mélodique et bien cliché comme il faut. Même chose pour la piste suivante, "Satans Playground", au riff bien sombre et loin d'être désagréable, encore une fois gâchée par un refrain pas mauvais, mais tellement banal. Et l'ultra-classique et fatigante "Savior's Call", énième tentative de composer un hymne à la "I Want Out", fera bien vite retomber un soufflé qui n'aura pas beaucoup gonflé de toute façon.

Paradoxalement, un des premiers éléments fautifs est la voix de la tête pensante de ce projet. Aucune fausse note n'est bien évidemment à déplorer, ce serait un comble. Mais de toute la galette, on n'aura pas droit au moindre changement de registre, si ce n'est le temps d'une ballade. Et encore, le changement est très loin d'être radical. Sinon ce sera du chant mélodique, très légèrement agressif, point barre. Les compos se suivent et se ressemblent tellement qu'il est bien difficile de s'accrocher tout au long de ce Garden of Chaos. Pourtant, le son est parfait. Lorsque l'on voit les noms associés à la production, on se dit que c'est un moindre mal. Roy Z, Gus G, excusez du peu. Ce qui augmente encore ce sentiment de gâchis, car quand on a de telles personnalités derrière les manettes, dommage de se contenter de faire du heavy banal. Pourtant, dans chaque titre ou presque, il y a un passage qui fait son petit effet. Un refrain ici, un riff par là, mais c'est tout. Pourtant, une des forces de Rob Rock est de ne pas tomber dans le travers de l'oeuvre solo auto-congratulatoire pour proposer un vrai effort de groupe.


Mais cela ne suffira pas, loin s'en faut, à sortir ce Garden of Chaos des limbes de la banalité. Qu'il est fatigant d'entendre « un album de heavy metal de plus », comme il est de coutume de dire dans ces cas-là. D'autant plus si celui-ci a été enfanté par ce qui reste un grand chanteur.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2