1313

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été mise en ligne le 17 novembre 2007
Sa note : 12/20

LINE UP

-David Readman (chant+guitare+clavier)

-Alex Beyrodt
(guitare)

-Gerald Sänger
(guitare)

-Tommy Denander
(guitare)

-Eric Ragno
(claviers)

-Günter Werno
(claviers)

-Paul Logue
(basse)

-Dirk Bruinenberg
(batterie)

-Chris Schmidt
(batterie)

TRACKLIST

1)Without You
2)Evil Combination
3)Take These Tears
4)Don't Let It Slip Away
5)No Peace For The Wicked
6)Long Way To Heaven
7)Wild In The City
8)Gentle Touch
9)Prisoner Of Shame
10)New Messiah
11)Over The Ocean
12)Love In Vain

DISCOGRAPHIE

David Readman (2007)

Readman, David - David Readman
(2007) - hard FM - Label : Frontiers Records



Premier album solo de David Readman, dont la préparation a débuté peu après son départ d'Adagio en 2005 (sûrement n'était-il plus intéressé d'imiter palement Russell Allen comme il l'avait fait sur Underworld). Les fans de Pink Cream 69 ne seront pas trop dépaysés puisque le style pratiqué ici reste grosso modo le même : du hard mélodique. Si son chant sérieux au sein de Pink Cream 69 a toujours tranché avec le chant un peu fou fou et fun d'Andi Deris, nul ne contestera son apport et la qualité d'un album comme Electrified, parfois considéré comme le meilleur du groupe. Qu'en est-il en solo ?

Avouons qu'un album solo de David Readman n'était pas attendu avec une impatience suicidaire ; les talents de compositeur du bonhomme restant encore à prouver. Comme en plus les groupes signés chez Frontiers ont tendance à se voir inciter (imposer ?) à sortir des albums solos à la chaîne (voir la prochaine sortie plutôt suspecte d'un album solo de Ralph Scheepers depuis que Primal Fear a signé chez Frontiers), David Readman ne pouvait proposer une musique autre que celle obéissant aux codes habituels du label. On garde le style énergique et hard rock de Pink Cream 69, sauf qu'ici la voix est logiquement davantage placée en avant.

Les chansons sont plus soft aussi, même si de temps en temps débarquent des gros riffs interprétés par Alex Beyrodt (Silent Force). Ah, Alex Beyrodt, parlons en, ce guitariste n'a de cesse de placer ses descentes de manche « malmsteeniennes » sur toutes les chansons où il joue, on pouvait déjà s'en rendre compte sur Walk The Earth, le dernier album de Silent Force. Ces allers-retours peuvent devenir fatigants à la longue, même s'ils contribuent quelque part à relancer le rythme comme sur le très Whitesnake (période 1987) "Wild In The City". À propos de Whitesnake, les arpèges de "Take These Tears" rappelleront immédiatement aux connaisseurs ceux de "Is This Love", pondus 20 ans plus tôt.

On regrettera aussi que David Readman soit à ce point incapable de moduler sa voix... s'il chante très bien, il utilise toujours les mêmes tonalités, que ce soit sur les titres les plus hard ("Without You"), heavy ("Evil Combination", avec les claviers typés « metal prog », reconnaissables entre mille de Günter Verno, claviériste de Vanden Plas) ou acoustiques, en fin d'album (les très pop, presque téléphonés "New Messiah" et "Over The Ocean", cette dernière rappelant à la fois les Survivors et Toto pour son refrain).


Rien d'original à signaler, un album solo plaisant dont on retiendra en priorité le timoré "Long Way To Heaven" et son piano entêtant, avec vraisemblablement l'éternel Tommy Denander, vu que la guitare est nettement plus subtile que ne le sont les interventions de Alex Beyrodt.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5