1354

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 26 novembre 2007
Sa note : 15/20

LINE UP

-Iblis
(chant)

-L. Wachtfels
(guitare)

-Cruor
(basse)

-Mayhemic Destructor
(batterie)

TRACKLIST

1)Among Our Glorious Existence
2)Endstille Reich
3)Der Ketzer
4)Vorwärts (Sturmangriff II)
5)I Am God
6)No Heaven Over Germany
7)The One I Hate
8)Scars
9)Erase
10)Endstille (Realität)

DISCOGRAPHIE


Endstille - Endstilles Reich
(2007) - black metal - Label : Regain Records



Endstille est une formation qui nous vient d'outre-Rhin et qui officie dans un black metal tout à fait classique. Elle s'est forgée une solide réputation de bon soldat du genre grâce à des chansons au rythme soutenu mais qui savent faire la place à des passages plus posés, plus lourds, des riffs efficaces et un son bien à elle. C'est tout naturellement que son précédent opus Navigator a conquis les hordes black metalisantes. Avec Endstilles Reich, l'ambition semble claire comme l'annonce le titre : régner.

Pour ce faire Endstille ne dévie pas de sa ligne de conduite en adoptant son mojo : blasts nombreux, riffs imparables et cette patte sonore. Car les fans ne seront pas là déboussolés, ils retrouveront le son Endstille qui consiste en une batterie particulièrement massive et des guitares au grain froid très personnel. C'est la base de la personnalité du groupe et là une marque de fabrique bien singulière qui fait qu'on le reconnaît immanquablement dès les premières notes du cd. Cependant, c'est certes une bien belle caractéristique que voilà, mais elle ne fait pas à elle seule un album tout entier. Elle bonifie ses qualités, mais ne saurait masquer ses lacunes. Il faut donc chercher du côté de l'inspiration et des compositions pour voir si ce Endstilles Reich a les moyens de son ambition.

"Among Our Glorious Existence" démarre très bien. Blast étouffant dans la plus pure veine de ce que sait faire la troupe germaine, riffs simples mais pas simplistes navigant de façon évidente dans la froideur black metal avec magnificence et chant râclé comme le veut le genre. Bref, nous avons là affaire à un groupe qui connaît parfaitement son métier et qui le fait avec application. "Endstilles Reich" qui suit monte d'un cran au niveau de l'excellence du riff. Petite montée en puissance, ambiance des plaines hostiles lors d'un hiver de guerre, pas de doute, le groupe tape dans le mille et fait rugir de plaisir les tympans des fans du genre. Entre ses attaques blastantes, la bande allemande n'hésite pas à placer des moments de répit où la batterie se calme et livre des parties bien lourdes, impression renforcée par ce son si massif qui lui est associé.

Arrivé là, on en déduit que Endstille fait du Endstille avec abnégation, application et inspiration. Il ressemble avant tout à lui-même même si on ne peut nier quelques influences Mayhem période De Mysteriis Dom Sathanas. L'album est en tout point solide du début à la fin qui plus est, ce qui renforce ce sentiment de travail sérieusement façonné et n'est absolument pas pour déplaire. Le jeu des musiciens est aussi bien carré, pas de doute là-dessus et c'est nécessaire pour le bonne tenue d'une musique comme celle que délivre Endstille. En effet, elle s'avère un peu martiale, voire guerrière donc cela nécessite de l'ordre et du respect du rythme. Il est maintenant évident que cet album plaira au public black metaleux. Pourtant si on devait chercher la petite mouche, on trouverait des critiques à émettre.

Tout d'abord, le groupe, s'il applique à merveille sa formule et se montre inspiré, ne fait pas preuve de prise de risque excessive. Tout est joliment carré, tout est bien policé et c'est extrêmement agréable, mais l'auditeur plus aventureux regrettera justement que tout soit si « convenu » (faites bien attention aux guillemets). Le black metal ici pratiqué, bien qu'il ait tout ces éléments de personnalité, reste classique et ne sort pas des carcans du genre. Notez qu'il s'agit de détail et que cela ne remet aucunement en cause la qualité de cet album qui est bien au-dessus de la moyenne. Il s'agit juste de regret à voir le groupe rester dans ses confortables habitudes. Peut-être voici un axe de développement pour un futur album : essayer d'aller un peu plus loin, pas la peine de tout renverser, mais au moins passer un coup de balai.


Toutefois ne boudons pas notre plaisir, car celui-ci est bel et bien présent sur cette galette qui ne présente pas de défaut majeur même si elle ne règnera pas. Elle délivre du black metal bien joué, bien composé avec ce supplément d'âme qui s'appelle personnalité. Pourquoi cracher dans la soupe ? Ce serait bien idiot. Fans du groupe, foncez. Fans de black metal plutôt violent, foncez. Les autres, jetez quand même une oreille attentive sur ce bel ouvrage.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5