1453

CHRONIQUE PAR ...

40
Joe Le Hareng
Cette chronique a été mise en ligne le 12 décembre 2007
Sa note : 18/20

LINE UP

-Peter Steele
(chant+basse)

-Kenny Hickey
(guitare)

-Josh Silver
(claviers)

-Johnny Kelly
(batterie)

TRACKLIST

1)Love You To Death
2)Be My Druidess
3)Green Man
4)Red Water(Christmas Mourning)
5)My Girlfriend's Girlfriend
6)Die With Me
7)Burnt Flowers Fallen
8)In Praise Of Bacchus
9)Cinnamon Girl
10)The Glorious Liberation Of The People's Technocratic Republic Of Vinnland By The Combined Forces Of The United Territories of Europa
11)Wolf Moon
12)Haunted

DISCOGRAPHIE


Type O Negative - October Rust
(1996) - rock gothique - Label : Roadrunner Records




Ami dépressif passe ton chemin ! Si tu comptais te remonter le moral à l’écoute de cet album, tu as fait le mauvais choix… Ici, place au manque de lumière et aux odeurs d’humus! Hymne à la tristesse et à l’amour perdu, October Rust voit le combo de Brooklyn s’éloigner de la formule qui a fait le succès, trois ans plus tôt, de Bloody Kisses pour nous servir 72 minutes de musique sombre, lente et hypnotique.


Passons rapidement sur les deux premières pistes (30 secondes de bourdonnement d’ampli suivies de 30 secondes de « remerciements » de la part des membres) pour entrer dans le vif du sujet. A l’écoute du premier morceau, nul doute n’est possible : il s’agit bien d’un album de Type O. Guitares accordées très bas au son gras, voir crado, clavier lugubre, voix tantôt sinistre tantôt angélique, le décor est planté. Le reste est à l’avenant. Les morceaux sont lents (à l’instar de "Wolf Moon", "Red Water" ou encore "Love You To Death"), voire très lents ("Haunted"), le son des instruments, volontairement monotone, instaure une ambiance pesante, sépulcrale, non démentie par les thèmes abordés (la mort, la perte d’un être cher, la mort, l’amour perdu, la mort…). Malgré tout cela, nul place à l’ennui tant le père Steele nous démontre ici ses talents de compositeur élevé aux Beatles et à Black Sabbath. Influences que l’on retrouve dans les lignes de chant et les mélodies recherchées (pour les Beatles), ainsi que dans les ambiances sombres et les riffs très lourds (pour le Sabbath).

Les mélodies sont accrocheuses ("Be My Druidess", "Die With Me"), les riffs entêtants et les lignes de chant, servies par la voix profonde, grave, du géant vert viennent vous chatouiller agréablement la trompe d’Eustache. Ce qui rend cet album si particulier, c’est l’omniprésence du clavier, véritable marque de fabrique du groupe. Celui-ci couvre les chansons de nappes lugubres qui rajoutent à la noirceur distillée par les guitares ou vient casser la monotonie des compositions par une avalanche de petits gimmicks bien sentis, au son très particulier. Les refrains sont, comme toujours chez Type O, de petits bijoux d’inventivité particulièrement entêtants ("Green Man", "In Praise Of Bacchus") : difficile de ne pas pousser de la voix pour accompagner les lamentations de Peter Steele. Parmi tous ces monuments dédiés à la tristesse et à la déprime, on trouve tout de même deux exceptions à la règle du 45 BPM. "My Girlfriend’s Girlfriend" et "Burnt Flowers Fallen" distillent un rock mid-tempo diablement efficace, permettant de souffler un peu entre deux chansons.


Un son de guitare très gras, un clavier venu d’outre-tombe, une basse vrombissante, la voix de Peter Steele, toujours aussi impressionnante, une pointe d’humour noir : tout est mis en œuvre pour instiller une atmosphère très « verdâtre » et pourtant sensuelle à l’ensemble de l’œuvre… Bref, vous l’aurez compris, le point fort de cet album est d’arriver à créer une ambiance qui vous plongera dans les sous-bois humides du Vinnland, sur la tombe de votre petit animal mort.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5