1550

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 20 janvier 2008
Sa note : 12/20

LINE UP

-Dirk Schmitt
(chant)

-Dave Brixius
(guitare)

-Lothar Krämer
(claviers)

-Achim Sinzinger
(basse)

-Johannes Schütz
(batterie)

TRACKLIST

1)Masquerading Of The Wicked
2)The Reaper
3)Hungry Eyes
4)Bleeding Hearts
5)Can You Hear Them
6)Shrouded
7)Turning Wheels
8)Captured
9)Vagrant
10)Beyond Horizons
11)Chase Away The Night
12)Life

DISCOGRAPHIE


Edge Of Thorns - Masquerading Of The Wicked
(2007) - heavy metal - Label : Twilight Records



Si vous ne fréquentez notre cher forum (et dans ce cas qu'attendez-vous, il est ouvert à tous), vous ignorez que votre serviteur est la risée de la communauté des Éternels. La raison ? Son penchant coupable et assumé pour le heavy metal allemand. Et avec Edge Of Thorns, voici un nouveau prétendant qui vient grossir la cohorte de ces groupes dénués de toute ambition novatrice et dont l'objectif principal se résume à ceci : nous faire passer un bon moment garanti sans prise de tête, à l'aide de recettes déjà bien éprouvées.

Pour son deuxième album, Edge Of Thorns a mis les petits plats dans les grands en conviant une brochette d'invités à la renommée variable. Ainsi, en plus du mixage de l'album, Piet Sielck vient pousser la chansonnette sur "Hungry Eyes" et se charge de la narration sur le court interlude "Can You Hear Them". On retrouve également Andreas Babushkin, chanteur de Paragon de son état, qui vient poser des chœurs un peu poussifs sur "Shrouded", une certaine Maggie Sesto qui vient donner une coloration féminine intéressante à "Vagrant", ainsi qu'un ancien Running Wild. Ceux qui attendaient un membre marquant de la bande à Rock n' Rolf, comme Majk Moti ou Jens Becker, en seront pour leurs frais : il s'agit en fait du guitariste Bernd Aufermann, ex-Angel Dust, qui n'est jamais apparu sur un quelconque support officiel de Running Wild ! Mais bon, peu importe, d'autant qu'il serait vexant pour Edge Of Thorns de limiter cet album à ses simples invités.

Bien que Masquerading Of The Wicked soit déjà le deuxième album d'Edge Of Thorns, il semble que l'identité musicale de ce jeune groupe ne soit pas encore vraiment définie. Certes, la base principale reste un heavy metal dans le plus pur sens du terme, avec riffs tranchants, rythmiques tagada et chant agressif. Néanmoins, les Allemands n'hésitent pas à inclure des éléments plus mélodiques sur certains refrains, comme la ligne de chant de "The Reaper", une des plus immédiates et mémorisables de l'album, ou sur "Chase Away The Night". Edge Of Thorns s'aventure même dans le speed mélodique sur "Shrouded", sans vraiment convaincre. En effet, avec sa voix légèrement rocailleuse à la Chris Boltendahl, Dirk Schmitt n'est pas très bien outillé pour ce genre. En revanche, il n'hésite pas à prendre une voix plus grave assez saillante pour un "Bleeding Hearts" aux frontières du metal gothique, ainsi que sur l'excellente outro "Life", alliage de guitare acoustique et de percussions.

Evidemment, l'originalité n'est pas le point fort d'Edge Of Thorns. Un titre comme "Turning Wheels" vient même rappeler Primal Fear dans cette capacité à pondre un metal hit malgré des ingrédients utilisés un milliard de fois. Il serait toutefois injuste de cantonner Edge Of Thorns parmi les groupes se contentant de resservir une resucée de l'âge d'or du heavy. En effet, sous l'impulsion du très bon guitariste Dave Brixius, les Allemands se permettent le luxe de truffer leur heavy basique de breaks très percutants incluant des éléments metal prog' et parfois même néoclassiques. Le morceau-titre aurait pu être une totale réussite si le refrain avait été à la hauteur de la partie instrumentale centrale et du final sombre et inquiétant. Une occasion que le groupe ne rate pas sur "The Reaper". Et justement, c'est quand les breaks se font moins inventifs qu'Edge Of Thorns perd en intensité et rentre dans le rang, rendant l'album un peu plus poussif entre "Captured" et "Beyond Horizons".


Dans un genre pourtant balisé en long, en large et en travers, Edge Of Thorns parvient à délivrer un album vraiment sympathique avec Masquerading Of The Wicked. Certes, il ne s'agit pas d'un chef d'œuvre, mais voici un album largement supérieur au dernier Grave Digger par exemple. La marge de progression reste conséquente, notamment dans la capacité à pondre des hymnes, passage obligé dans ce style. Un groupe à suivre donc.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5