1574

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 30 janvier 2008
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Jong Kap
(guitare+chant)

-Jinho
(guitare)

-Kyunghun
(basse)

-Junesun
(batterie)

TRACKLIST

1)There Is No Hope Without Suffering
2)Beginning Of The End
3)Unseen Enemy
4)Having Hope
5)Violence
6)Falling To Hell
7)Reform
8)The Road I Must Follow
9)Stormrunner
10)Painkiller
11)Despair Overcome

DISCOGRAPHIE

Perseverance (2007)

Mahatma - Perseverance
(2007) - thrash metal - Label : Listenable Records



Qui aurait cru que le fait de chroniquer des CD pouvait apporter une touche d'exotisme dans la vie ? C'est pourtant bien l'impression qui domine en insérant dans la platine cet album de Mahatma, «The Korea's Heaviest Heavy Metal Band» d'après la bio. Ma méconnaissance totale de la scène metal sud-coréenne m'empêche de pouvoir attester de la véracité de cette allégation, mais pas d'espérer une bonne surprise. Après tout, ce n'est qu'en 2002 qu'on a appris que ces petits gars savaient jouer au foot…

D'autant qu'on est rapidement fixé sur l'habileté technique des 4 membres du groupe. Il suffit d'aller directement sur la piste 10, c'est-à-dire la reprise de "Painkiller". Certes, on a déjà vu plus original comme choix, mais quand il s'agit de poser le niveau des zicos, c'est plutôt judicieux. Surtout que la légère teinte thrashy appliquée sur une base somme toute fidèle à l'originale (les soli sont reproduits presque à l'identique) n'est pas désagréable, et cette version s'avère au final plus convaincante que celles de groupes parfois plus établis comme feu Death. OK, vous me direz que surpasser la cover de Schuldiner & co, c'est aussi difficile que de coller une branlée au FC Metz. Et en plus, vous n'aurez pas foncièrement tort ! Reste que ce morceau heavy, aussi musclé soit-il, n'est pas vraiment représentatif du style de Mahatma.

En effet, leur dada, c'est plutôt le thrash option gros bourrin. On pense souvent aux premiers Sepultura, mimétisme de la voix oblige, à Slayer pour les riffs, et parfois à Sodom voire au Pantera de l'époque Far Beyond Driven sur "Having Hope". Bref, pas franchement des trucs de gonzesses. Et la maîtrise est là ! Hormis 1 ou 2 exceptions comme un "Violence" trop long et foncièrement assez inintéressant, et le mid tempo "The Road I Must Follow" un poil brouillon, qui fait tâche juste avant "Stormrunner" qui l'explose littéralement dans le même style, très peu de déchets sont à déplorer sur cette galette. Le tout est mis en valeur par un son légèrement cradingue, à mi-chemin entre les prod' d'antan tranchantes mais manquant un peu de pêche, et les prod' modernes à la Andy Sneap, gonflées aux hormones mais lisses et impersonnelles. Que ce choix soit conscient ou non, il faut saluer le résultat.

Perseverance est un subtil dosage où les passages délicieusement bourrins alternent avec des éléments plus soft qui viennent aérer le tout, parfois même au sein du même morceau. C'est le cas de "Falling To Hell" dont la base rappelle le Slayer de la grande époque, avant l'arrivée d'un break plus calme et mélodique. À l'inverse, "Reform" est un mid tempo pépère boosté par une accélération finale basique mais efficace. Mais alors que se profile la fin de l'album, voici que déboule LA grande surprise. Jong Kap troque ses intonations à la Max Cavalera contre une voix posée et mélancolique (mais à la lutte dans les aigus avec une étrange voix de fausset), pour un "Despair Overcome" impeccable. La trame est relativement classique, avec ce début aux faux airs de ballade laissant progressivement la place à des riffs heavy plus débridés, mais ce titre atypique s'avère être une conclusion aussi agréable qu'inattendue.


Au final, c'est une bien belle découverte qu'est allée dénicher Listenable. Avec Perseverance, nos 4 Coréens ont accouché d'un album solide, sans génie particulier certes mais sans failles manifestes non plus. Après le double live de Sodom enregistré dans une ambiance démentielle en Thaïlande, voici une preuve supplémentaire d'une certaine popularité du thrash en Extrême-Orient. Comme quoi on en apprend tous les jours !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4