17230

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 19 décembre 2015
Sa note : 13/20

LINE UP

-sG
(chan+guitare+claviers)
 
-Ar
(guitare+chant)
 
-Naamah Ash
(basse)
 
-Erebor
(batterie)

TRACKLIST

1) No More Colours
2) Dirty Black
3) Man Behind the Sun
4) Hole
5) Here Lies the Sun
6) I Took the Sky Away
7) Mark of Cain

DISCOGRAPHIE

Sun (2015)




Pour l’amateur de black metal, Secrets of the Moon est une entité difficile à appréhender. Certes le groupe fait clairement partie du mouvement et l’a prouvé dans le passé, mais avec l’âge il s’est de plus en plus entiché d’autres genres au point qu’il est désormais compliqué de vraiment le considérer comme un groupe de black metal. La preuve la plus éclatante en sont les personnes qui apprécient les albums du groupe en 2015 : des fans de Paradise Lost. Et effectivement, cela s’explique.

Oubliez donc toute considération black metal, Sun en est encore pourvu mais ce n’est pas pour ça que vous l’écouterez. Si vous êtes donc un fan invétéré de l’Art Noir il est très probable que vous ne trouverez que peu d’intérêt à cette nouvelle sortie. Vous pouvez donc passez votre chemin confortablement et l’esprit tranquille de ne rien louper de fondamental. Par contre si vous faites partie des fans plus récents, vous aurez très certainement du grain à moudre, car Secrets of the Moon n’y va plus avec le dos de la cuillère, faites tomber les œillères, inspirez profondément, on part dans le gothique toute ! Enfin, quasiment toute. Car la première chanson s’avère trompeuse, elle part dans un blast mid tempo qui titille la curiosité du fan de black metal. Le tout est enrobé d’un riff lancinant et mélancolique du meilleur effet. On retrouve bien sûr le son très froid et sec de Secrets of the Moon ce qui donne une ambiance un poil industrielle à la musique. Le chant est quasi raclé (ce qui devrait nous mettre sur la piste) sans en faire des tonnes et on est donc dans une optique bien metal.
La suite va mettre à mal ce constat. L’album va alors virevolter dans les méandres de la pop acidulée gothique et le doom death tel qu’a pu le pratiquer Paradise Lost au milieu des années 90 sans jamais en emprunter la voix d’outre-tombe néanmoins. On pourrait se prendre à entendre du Depeche Mode toutes proportions gardées. Cependant il est évident qu’il y a des éléments clairement pop intégrés dans les compositions originellement black metal du groupe. Vient alors le moment de déterminer si c’est bien fait, indubitablement oui et si c’est pertinent. La réponse est ouverte car elle va dépendre de vos aspirations musicales. Cela a été dit en introduction mais autant le redire, si vous êtes un fan de black metal vous aurez du mal avec ces mièvreries. C’est sombre et déprimant, sans toutefois être foncièrement méchant et empli de malignité. Les incartades pop vous apporteront trop de lumière pour apprécier. Reste la 2e possibilité, vous êtes plutôt fan de metal gothique, doom death et même pop noire, et là vous êtes dans le cœur de cible. Ce Sun risque fort de vous parler en majesté.

 
Faut-il choisir son camp ? Non car vous l’avez déjà choisi dans votre parcours musical. Mais ce camp vous dictera si appréciation il peut y avoir de ce disque. Personnellement je suis trop black metallisant pour me retrouver totalement dans la musique proposée sur Sun, cependant il est indéniable qu’il y a là du talent dans le style pratiqué.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4