17462

CHRONIQUE PAR ...

99
Droom
Cette chronique a été mise en ligne le 26 août 2016
Sa note : 12/20

LINE UP

-Jonas Renkse
(chant)

-Anders Nyström
(guitare+claviers)

-Roger Öjersson
(guitare)

-Niklas Sandin
(basse)

-Daniel Moilanen
(batterie)

TRACKLIST

1) Takeover
2) Serein
3) Old Heart Falls
4) Decima
5) Sanction
6) Residual
7) Serac
8) Last Song Before the Fade
9) Shifts
10) The Night Subscribers
11) Pale Flag
12) Passer

DISCOGRAPHIE


Katatonia - The Fall of Hearts
(2016) - rock gothique - Label : Peaceville Records



La sortie d'un nouvel album de Katatonia est à la fois un petit événement et un non-événement. Un petit événement, d'abord, car la joie brille dans nos yeux de retrouver les tristes oiseaux, leurs mélodies subtiles et cristallines, ces émotions douces-amères que l'on aime tant. Mais depuis quelques temps, mettons, depuis The Great Cold Distance, chaque nouvel album de Katatonia est également un non-événement, prompt à laisser une partie d'entre-nous sur le bord de la route : trop de routine, trop de ceci, pas assez de cela... Chacun d'entre nous, exigeants auditeurs, navigue entre espoir et désillusions. Le nouvel album des Suédois ne déroge pas à la règle. Il fera des heureux, il fera des déçus.

Que penser aujourd'hui, un peu à froid, de The Fall of Hearts ? Les premiers contacts auront été décevants. Tous les éléments ont beau être là : mélodies douces, riffs amers, chant divin, production aux oignons, il manque pourtant quelque choses. Peut-être des refrains de qualité. Oh. Ce n'est qu'une piste. Pas qu'ils n'existent pas, ces refrains, oh non. Seulement, lesdits refrains peinent à ressortir du lot. Ils peinent à s'extraire de structures de morceaux qui ne semble pas toujours claires ni évidentes. L'ouvreur, "Takeover", dont je n'ai toujours pas intégré le sens, est symptomatique de cela. Mais ce point apparaît sur quasiment toutes les pistes : The Fall of Hearts est un bel album, mais un album confus, qui charrient des émotions non-clairement définies, et au cours duquel les purs moments d'extases sont rares. Le plaisir se mérite ; ce à quoi Katatonia ne nous avait pas forcément habitué auparavant. Un mal ? Un bien ? Que ne sais-je !
De temps à autre, le groupe touche l'excellence qu'on lui connait. Que ce soit par un refrain parfait, justement ("Old Heart Falls"), par une ambiance cassante comme de l'air glacé ("Residual") ou par un dosage idéal ("Shift"), Katatonia reste capable d'écrire de grands moments d'émotion. Personne n'en doutait. Mais ce disque, plus progressif qu'à l'accoutumé, n'est pas aussi touchant que ses prédécesseurs, sans pour autant sonner faux. C'est là tout le paradoxe de The Fall of Hearts : être magnifique, mais un peu froid ; être de belle facture, mais un peu plat... Pourtant, le groupe n'est pas tombé dans l'écueil du disque de plus. Le parti pris de rendre les choses et les structures plus progressives que par le passé témoigne d'une certaine vision artistique. Qui tombe partiellement à l'eau.


Une petite déception, agréable cependant, voilà ce qu'est The Fall of Hearts. Trop attendu tout en étant déroutant par endroit, l'album rate à moitié sa cible et ne s'écoute que d'une oreille distraite, loin de prendre l'auditeur aux tripes. Un peu dommage. Rien de catastrophique.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1