17686

CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
Cette chronique a été mise en ligne le 01 avril 2017
Sa note : 16/20

LINE UP

-Olivier "Olve Lome-Wilbers" L.
(chant+synthé+guitare)

-Jeremie "Phorgath" Bezier
(chant+basse)

-Peter Verwimp
(basse)

-Jonas Sanders
(batterie)

TRACKLIST

1) Meat Heart
2) It Might Be
3) Circle Girl
4) Your Skin Won’t Hide You
5) Digging The Sky
6) Ever

7) Let It Fall

DISCOGRAPHIE

Not For Music (2017)

Emptiness - Not For Music
(2017) - gothique inclassable Black-metal cold wave - Label : Season Of Mist



OK, Emptiness existe depuis 1998. OK, il s’agit du side-projet de Neerath et Phorgath d’Enthroned, combo daron de la scène BM belge. Donc OK, c’est culte, c’est trve, c’est tout ce que ce vous voulez. Sauf que moi, eh bien j’ignorais tout cela, pauvre plébéien que je suis. J’ai donc découvert Emptiness avec ce LP, qui est déjà leur cinquième. Quelle ne fut donc pas ma ô si grande surprise en me passant Not For Music en boucle : à mille lieues de ce que fait Enthroned, à mille lieues de ce que je chronique habituellement, et même à mille lieues du reste de la scène extrême, ce que propose Emptiness sur ce nouvel opus est tout à fait désarmant. Et absolument passionnant.

Pourtant, à n’en pas douter, la filiation et l'héritage BM « orthodoxe » sont encore là en filigrane sur ce nouveau LP. Elles sont même encore assez lourdes par instants, aucun doute là-dessus : qu’il s’agisse des sombres feulements et des murmures inquiétants des vocaux (''Circle Girl'', ''Your Skin Won’t Hide You'') ou de certains riffs lancinants et froids distillés par le combo (''Meat Heart'', ''Let It Fall''), nul doute qu’Emptiness a été, par le passé, une brillante entité black metal / blackened death (il suffit d’écouter ses précédent opus pour le constater). Mais que ces temps semblent désormais éloignés, à l’écoute de ce Not For Music qui porte assez mal son nom tant il est digne d’intérêt. Proposant des ambiances peuplées de guitares généralement non saturées, de section rythmique plus ou moins cotonneuse et groovy errant quelque part entre goth, cold wave et trucs complètement inclassables (''You Skin Won’t Hide You''), Emptiness surprend largement le profane non familier du reste de sa déjà riche discographie. Et même si l’on était déjà fan hardcore du combo, on pourrait bien être encore plus surpris, voire choqué, à l’écoute de Not For Music. Car si leurs précédents LP, l’excellent (de ce que j’en ai écouté du moins, ça défonce vraiment) Nothing But The Whole en tête, et plus encore ses prédécesseurs, étaient indéniablement metal (un genre de blackened-death assez barré et racé), sur Not For Music, tout cela a presque entièrement disparu.
Le groupe a visiblement décidé de débrancher les guitares la majorité du temps, de sérieusement calmer la batterie, et même de moduler le chant, tout en gardant néanmoins un enrobage vocal inquiétant et une atmosphère particulièrement sombre, construite autour de nombreux synthés et autres samples qui ne sont pas sans rappeler la manière de procéder d’un Terra Tenebrosa (autre groupe totalement barré affilié à la scène BM). Bref, c’est bien simple, Emptiness est déroutant. Proposant une sorte de coldwave aux forts accents BM et « gothique digitalisé », véhiculant une vieille froideur tout à fait cohérente avec leur ADN passé, et dont les fantômes s’attardent encore assez largement sur cet opus on l’a dit (par instants sur l’inquiétante balade ''Digging The Sky'', beaucoup plus sur ''Let It Fall''), ce Not For Music est un véritable casse-cul de chroniqueur maniaque. Éminemment difficile à cataloguer, à classer ou à étiqueter, et donc forcément intrigant et intéressant. Mais ça à la limite, on s’en fout. Ce qui est important, c’est de savoir si, à l’écoute d’un tel OVNI, l’émotion transmise et le plaisir brut pris à l’écoute sont au rendez-vous. Et autant chez les Éternels on est plus que séduits par des monstres comme ''It Might Be'' ou ''Ever'', que l’on juge carrément accrocheuses (''Ever'' est un tube !), autant c’est là que le bât blessera potentiellement pour certains. En effet, difficile de nier que Not For Music demeure relativement inaccessible, alors même qu’il ne délivre ni grands monuments de violence, ni grande complexité ou tornades d’intensité musicale (à part ''Let It Fall'', clairement le morceau le plus violent et intense du LP). Not For Music possèdera donc, pour les amateurs de classicisme, plusieurs facteurs potentiellement rebutants, dont une étrangeté pas toujours séduisante (''Meat Heart''), et une forme de malaise volontairement distillée tout au long de l’album, et sur certains morceaux en particulier (''Digging The Sky'', ''Circle Girl'').


Nul doute que d’aucuns trouveront cela passionnant, et on en fait partie : Not For Music est assurément une pièce riche et exaltante. Mais d’autres pourront aussi la considérer comme trop abrupte, voire potentiellement bancale. Délivrant une vision finalement assez élitiste, personnelle et originale d’un black-metal « cold-wavisé » ne s’abandonnant jamais à la violence electro-BM (sauf sur ''Let It Fall''), portée par un « chant » dérangeant, la dernière proposition artistique d’Emptiness n’est clairement pas pour tout le monde. A réserver au plus aventureux(ses) d’entre vous, elle recèle cependant des trésors de créativité et de sombres mélopées chuintées aux oreilles de celles et ceux qui oseront soulever le voile. En tout cas, Emptiness trace son sillon à mille lieues des tendances actuelles de la scène, et ce dernier constat mérite à lui seul qu’on s’intéresse à ce combo à part. Merci la Belgique.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3