1807

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 22 mars 2008
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Martin Bengtsson
(chant+guitare)

-Fredrik Nordstrandh
(guitare)

-Martin Karlsson
(basse)

-Robert Persson
(batterie)

TRACKLIST

1)Rise With Me
2)Come Alive
3)I Am the One
4)Hero of the Night
5)Your Fate
6)What Burns in Their Eyes
7)Slave Under Passion
8)Why
9)Cynical
10)Attraction
11)Open Your Eyes

DISCOGRAPHIE

Violator (2008)

Lechery - Violator
(2008) - heavy metal - Label : Metal Heaven




Vous souvenez-vous de Martin Bengtsson ? Moi non plus... et pourtant l'homme a occupé le poste de bassiste chez Arch Enemy de 1997 à 1998, enregistrant l'album Stigmata avec eux avant d'être remplacé par Sharlee d'Angelo. Dix ans plus tard le revoilà à la guitare et au chant et entouré de trois nouveaux compères avec lesquels il a formé Lechery, formation officiant dans un heavy-metal burné n'ayant pas grand-chose à voir avec le death mélodique de son ancienne formation.


Ce n'est pas bien surprenant après tout : cela fait une paire d'années que les Suédois ont repris le flambeau du hard rock et du heavy metal aux Allemands, et malgré son nom et son artwork futuriste Violator est un album bien dans la tradition. Le son de Rickard Bengtsson apporte une sacré patate au tout, reprenant les éléments des eighties (ha, ce son de batterie qui explose à chaque frappe !) en boostant le tout aux hormones. On remarque rapidement que Martin n'est pas passé au micro par hasard : sa voix puissante et relativement haut perchée convient tout à fait au heavy mélodique de son groupe, surtout quand il ajoute ce qu'il faut de grain pour que le tout ait ce qu'il faut de couilles. Les compos de Violator sont en général bien efficaces et calibrées : comme de bien entendu ça va du heavy NWOBHM au hard-rock plus basique, en passant par de petits accents hard FM ici et là. Les structures sont classiques : couplet, refrain, couplet, pont, solo, retour du refrain, et emballez c'est pesé. Difficile de faire plus traditionnel.

À aucun moment on ne s'ennuie, et si l'on considère que le seul objectif d'un album de heavy est de faire taper du pied et de faire fredonner les refrains alors Violator est une réussite à peu près totale. Sauf que si on attend d'un album qu'il présente des compos qui se détachent clairement les unes des autres et/ou qui présente ne serait-ce qu'un minimum de nouveauté, c'est déjà beaucoup plus ardu. Malgré les refrains tubesques on a parfois l'impression que les plans sont interchangeables d'une chanson à l'autre (c'est moins vrai vers la fin de l'album), et quelques emprunts sont un peu trop gros pour passer... c'est ainsi que "Come Alive" peut aller rejoindre la liste des nombreuses chansons pompant le riff de "2 Minutes to Midnight" et que l'intro de "Your Fate" rappelera à qui l'ignorerait à quel point Queensrÿche est un groupe fondateur. Le nombre de passages qui se détachent du lot est au final trop faible pour retenir l'attention... comme quoi aligner des tubes n'est pas tout.


Violator est un album qui n'a que son efficacité pour lui, et elle ne suffit pas vraiment à le rendre indispensable. Loin d'être raté, il ne concerne en fait qu'un seul public : celui des fans ultimes de heavy traditionnel à qui un disque sympatoche suffira amplement à justifier une dépense. Ceux qui cherchent un album de heavy vraiment balèze feront mieux de se tourner vers le dernier Benedictum qui présente une mixture plus puissante et plus variée.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3