18102

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 15 mars 2019
Sa note : 12/20

LINE UP

-Andrew "Andy" Marshall
(chant+guitare+basse)

Ont également participé à l'enregistrement:

-Stéphane "Neige" Paut
(chant sur "Forgotten Paths")

-Sophie Rogers
(chant sur "Bròn")

-Glorya Lyr
(tout sur "Exile")

- Kevin Murphy
(cornemuse sur "Bròn")

-Lambert Segura
(violon)

-Carlos Vivas
(batterie)

TRACKLIST

1) Forgotten Paths
2) Monad
3) Bròn
4) Exile

DISCOGRAPHIE

Aura (2014)
Guardians (2016)
Forgotten Paths (2019)

Saor - Forgotten Paths
(2019) - black metal pagan - Label : AvantGarde Music



Images of the forgotten past... ».
-Winter…
Your first life revealed at last ! »
-Winter !
-Hein ? Quoi ?
-C’est « Forgotten PATHS », pas « Forgotten Past » !
-Oh ça va hein ! Pas la peine d’être désagréable !


Les gens sont parfois horriblement agressifs… Tout ça parce que j’ai un petit faible pour Leprosy, et que quand un album m’ennuie, ben je m’en retourne écouter "Left to Die", "Choke On It", et compagnie. L’album aurait pu s’appeler Tirelipimpon sur le Chihuahua et pas Forgotten Paths que ça aurait été pareil… Simplement « Winter est gâteux, Winter sucre les fraises… » Tout ça parce que l’autre jour j’ai eu une petite perte de… enfin bref ! Forgotten Paths est ennuyeux, oui. Bien fait, très bien fait. Trop bien fait même, c’est ça le problème. Le rythme est toujours aussi élevé, comme sur les autres albums, ça aboie de temps en temps - pas beaucoup hein - mais la sensation prédominante, c’est celle d’une œuvre policée. Je veux dire: les violons de "Monad", ça vous donne pas envie de dire un truc genre « L’Écosse, terre de légende ! » ou n’importe quel autre slogan pour agence de voyages et autres pubs passées sur Eurosport ? Pareil pour "Bròn". Je n’ai rien du tout, du tout, du tout, contre le chant féminin, mais là…
Il n’est pas vilain, ce chant, mais il renforce le goût de guimauve. Vous objecterez que sur The Shadowed Road de Sojourner, la chanteuse possède un registre similaire, et qu’elle pose sa voix sur une musique similaire. C’est bien essayé, mais non. The Shadowed Road possède une flamme supplémentaire, un intensité rageuse, qui permet de créer le contraste avec le chant angélique. Alors qu’ici, tout est déjà tellement propre… Et puis la durée… On n’arrive pas à quarante minutes… Et c’est pas Reign in Blood… Le comble du comble, l’outro sous-traitée, "Exile". On dirait un truc torché à la va-vite. « Allez hop, deux trois instruments du coin, une rivière qui coule, deux bouvreuils qui gazouillent, emballé c’est pesé ! » Entendons-nous bien, Forgotten Paths s’écoute, c’est même plutôt agréable, mais en deux albums, on est passé de boire l’eau de source avec ses mains en plein milieu des Highlands à faire une petite promenade près de l’hôtel Loch Ness Inn en faisant gaffe à ne pas se salir les mocassins. L'album aura son succès, c’est certain, et quelque part, au vu des œuvres précédentes, c’est mérité. Mais sans moi.


Now you'll find to your surprise… »
All the corpses you left behind ! »
-Ah finalement, tu t’y mets toi aussi ?
-Ben oui. On se fait "Tirelipimpon sur le Chihuahua" ensuite ?



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4