18293

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 12 mars 2020
Sa note : 12/20

LINE UP

-Thomas "T.C."
(chant)

-Antoine "A.M."
(guitare)

-Jean-Jérôme "J.J.S." Souladié
(guitare)

-Antoine "A.B." Batard
(basse)

-Romain "R.R."
(batterie)

TRACKLIST

1) L’ascension
2) A New Order
3) The Renegade Son
4) The Crowning
5) Stellar Cross
6) La tentation
7) Au bord du gouffre

DISCOGRAPHIE


(2020) - black metal - Label : Season Of Mist



Exile avait marqué les esprits en 2015, déjà cinq années de cela. En tout cas mon esprit. Le mélange sludge/black prenait une forme noire plus marquée tout en conservant la puissance écrasante et le caractère singulièrement dépressif du sludge. Le résultat avait surpris la communauté black metal plus traditionnelle en devenant hautement acceptable car dénué de trop d’artifices par trop core en général. Ascension s’inscrit alors comme un retour placé sous les regards juges de nos tympans en attente de bonté sonore.

Il semblerait que pour arriver à son résultat, Regarde Les Hommes Tomber ait décidé de calmer le grain de ses guitares pour lisser un peu cette agressivité consubstantielle. Dommage se dit-on spontanément tant justement le caractère abrasif du son jouait dans le déluge des sentiments évoqués et provoqués par Exile. Plus lisse, donc plus proche du black metal pur jus par contre. C’est en effet le sentiment qui semble dominer lors de l’évaluation initiale de l’album. Les Nantais développent leurs aspérités plus authentiquement metal pour délaisser encore un peu plus les aspects sludge et core de leurs compositions. Ceux-ci n’ont pas totalement disparus, loin de là et heureusement, car c’est bien là l'un de leurs atouts principal: la source de leur différenciation.
On retrouve donc ces sonorités dans certains riffs apocalyptiques évocateurs ou dans le chant qui, s’il tend vers du hurlé maîtrisé à la Deathspell Omega, conserve un grain plus assimilable aux genres plus modernes. Bref, les réminiscences du passé non metal du groupe s’imposent malgré tout à l’évidence malgré leur recul. Vient alors la question à cent mille euros: cette dilution des mélanges nuit-elle à la qualité des chansons ? La réponse irréfléchie se veut positive. On ne ressent pas l’urgence d’Exile, cette sensation d’arrachement de soi. Ascension par son côté plus lissé et conventionnel semble entrer dans un moule où les codes sont trop bien respectés. Comme si le groupe voulait se donner une légitimité en tant qu’entité metal au détriment de ses bouillonnantes origines.
Les écoutes successives confirment cette sensation. Certes, les bons riffs et les bonnes idées se succèdent, il suffit simplement d’écouter "A New Order" et son break rythmique à coup de cymbales pour s’en convaincre. Malheureusement l’impression d’entendre un groupe de black metal plus anonyme que la bête quasi sordide d’Exile gâche l’imprégnation. On écoute alors Ascension sans dégoût mais en laissant défiler les titres sans vraiment s’arrimer quelque part. Tout paraît bien fait, seulement le génie manque. Les surprises également. Cette chose imperceptible et difficile explicable qu’est le supplément d’âme.


Donc oui Ascension est une déception, sentiment renforcé par les cinq années écoulées qui ont pu laisser se développer des attentes en déphasage avec la réalité. Regarde les Hommes Tomber ne s’est pas fourvoyé, la troupe a toujours du talent pour trouver les bonnes mélodies et les riffs qui font mouche, seulement elle s’est diluée. Et s’est probablement le mot le plus pertinent pour qualifier cet opus, la dilution.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3