18304

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 01 avril 2020
Sa note : 17/20

LINE UP

-Stephan Gebédi
(chant+guitare)

-Paul Baayens
(guitare)

-Mous Mirer
(basse)

-Martin Ooms
(batterie)

TRACKLIST

1) Violent Death Rituals
2) The Silent War
3) Unholy Predators
4) The Outer Darkness
5) Burn the Books of Hate
6) It Always Ends in Blood
7) Corporate Indoctrination
8) Sent from Hell (I Infidel)
9) Legacy of the Gods
10) As the Cannons Fade

DISCOGRAPHIE


Thanatos - Violent Death Rituals
(2020) - death metal death thrash - Label : Listenable Records



Non contents d’être considérés comme l’autre pays du fromage, les Pays-Bas pourraient également ravir le titre d’autre pays du death metal (en Europe). En effet la Suède mise de côté, ce petit pays bientôt immergé a vu émerger de nombreuses formations dans le style, avec une teinte assez particulière, dès la fin des années 1980. Alors certes, les plus érudits d’entre vous me diront que d’autres scènes ont depuis explosées ailleurs sur le vieux continent. Mais le death et les Pays-Bas seront toujours très liés. Avec des formations qui ont obtenu la reconnaissance de leurs pairs, dont les plus connus sont Asphyx, Sinister et Pestilence. Mais pas les plus anciens. Le plus vieux représentant du metal extrême batave demeure en effet Thanatos. Comment ça, vous ne connaissez pas ?

La formation de Rotterdam n’a en effet jamais reçu autant de lumières que ses compatriotes susnommés. Pourtant, elle œuvre depuis 1984. Mais, allez savoir pourquoi, malgré de bonnes sorties, ce nom n’est pas le premier qui vient à l’esprit. Son leader, le chanteur guitariste Stephan Gebédi, n’a pourtant pas ménagé ses efforts. Il s’est entouré au fil des ans de bons musiciens. Le groupe compte d’ailleurs aujourd’hui en ses rangs des membres jouant ou ayant joué avec Melechesh, Asphyx ou Hail Of Bullets. Les deux dernières livraisons en date ont également reçu le concours du légendaire Dan Swanö, qui a offert son expertise sonore pour permettre de rendre justice aux compositions de Thanatos. Pour Violent Death Rituals, il a encore collaboré avec le groupe, affirmant à qui veut l’entendre qu’il s’agit là de leur meilleur album à ce jour. Effet d’annonce éculé ou réel engouement ? Rapidement on penchera pour la deuxième hypothèse. Tous les ingrédients de la recette Thanatos sont une fois encore utilisés. Mais en mieux. Tout débute par le lourd, très lourd "Violent Death Rituals", qui n’est pas sans rappeler feu-Hail of Bullets, Gebédi, ayant joué de la guitare pour ce all stars band disparu. Mais à bien y regarder, cette introduction n’est finalement que l’apéritif d’un plat de résistance qui s’avérera des plus consistants.
Thanatos a pour lui de savoir composer des titres virulents, faisant de leur death thrash un modèle du genre. Mais surtout de placer au bon moment le riff qui tue. Celui qui donne envie de secouer frénétiquement son cou. Et ça marche presque à chaque fois. "The Silent War", "Burn The Book of Hate", It Always Ends in Blood" ou encore "Corporate Indoctrination" devraient rapporter quelques deniers à la confrérie des ostéopathes. Pour perpétrer un tel carnage, le quartet alterne intelligemment parties enlevées et passages d’une lourdeur pachydermique. Le chanteur éructe ses paroles avec férocité et un timbre de voix qui s’éloigne des standards du genre. "Unholy Predators", un peu trop simpliste, fait figure de point faible sur un disque par ailleurs vraiment réussi. Listenable, qui les a engagés, doit être ravi de présenter un si solide méfait. Oh, pour sûr, les plus grincheux argueront qu’il n’y a aucune originalité dans ces neuf pièces. Mais est-ce là ce qu’on demande à un groupe de death thrash ? Ou seulement d’offrir de quoi s’arracher la nuque et espérer croiser la route de ces anciens pour se faire martyriser en live ? Ce n’est pas l’excellent final d’"As The Cannons Fade" qui me fera mentir. Ni le son surpuissant du génie suédois, argument supplémentaire pour succomber à ce septième album.

Thanatos a traversé les décennies sans parvenir à vraiment pleinement convaincre les foules. Coincés en deuxième division, ils pourraient bien être en passe de remporter enfin leur accession vers l’élite du death thrash européen et permettre à certain de se plonger dans leur discographie. Pour ma part, je tiens déjà un superbe album puissant et efficace. Félicitations messieurs !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4