18405

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 08 août 2020
Sa note : 17/20

LINE UP

-Kelly Shaefer
(chant+guitare)

-Rand Burkey
(guitare)

-Roger Patterson
(basse)

-Steve Flynn
(batterie)

TRACKLIST

1) Piece of Time 
2) Unholy War
3) Room with a View
4) On They Slay
5) Beyond
6) I Deny
7) Why Bother?
8) Life
9) No Truth

DISCOGRAPHIE


Atheist - Piece of Time
(1990) - death metal death technique - Label : Active Records



Originellement sorti en 1990, Piece of Time est le premier des trois opus longue durée qui ont longtemps constitué la discographie d’Atheist pour le moins digne d’intérêt. Qui en effet, s’il s’y entend en musiques extrêmes, n’a jamais entendu parler de ce combo d’exception ? Venus de Floride, de Sarasota pour être plus précis, de jeunes gens décident de monter un groupe de thrash au milieu des années 1980, R.A.VA.G.E. Après une démo intéressante, que Relapse a eu la bonne idée d’inclure en bonus de la réédition qui a vu le jour en 2005, lesdits jeunes gens décident de changer de nom pour devenir Atheist.

De doux flots marins, accompagnés de nappes de claviers inquiétantes laissent place à un riff de basse et de batterie enlevé, sur lequel viennent se greffer d’incisives guitares… voilà comment débute ce premier album. De leur thrash originel, restent de nombreux éléments, dont un goût prononcé pour les tempi échevelés et des soli endiablés. Les vocaux de Kelly Schaefer sont éructés de façon impressionnante et ne font que renforcer la qualité de l’ensemble. Loin de l’outre-tombe que l’on trouve parfois dans le style, il évolue ici dans un registre assez particulier, ni trop aigu, ni trop grave, qui donne à son timbre quelque chose de vraiment particulier et d’original. Mais ce n’est guère ce chanteur seul qui a fait la réputation des Floridiens. Musicalement, l’auditeur a droit à une démonstration inédite pour l’époque, un déluge de riffs plus techniques les uns que les autres découlent en effet de ces compositions. Alors que Chuck Schuldiner n’en est qu’à sa période de death primitif, Atheist se paye le luxe de sortir un véritable ovni musical, qui fait encore recette aujourd’hui. Les guitares de Schaefer et de Rand Burkey virevoltent et savent aussi bien se faire les chantres d’une lourdeur jouissive, le début de "Beyond" par exemple, qu’être tranchantes - en témoignent les nombreux et étourdissants soli qui égrènent l'enregistrement.
Quant à la section rythmique elle est en tout point ahurissante. La paire Patterson - Flynn fait en effet des merveilles, donnant à l’ensemble déjà consistant une autre dimension. Le jeu de batterie est subtil, carré et témoigne d’une maîtrise instrumentale impressionnante. La solide formation jazz des musiciens ne fait ici aucun doute, et Steve Flynn ne déroge pas à la règle, en plaçant de nombreux breaks inspirés, comme le passage calme de "Unholy War", pour n’en citer qu’un. Roger Patterson, semble, pour sa part, venu d’une autre planète. Rares sont les grands bassistes du metal, sachant allier technique, puissance et caractère. Patterson faisait partie de ces génies. Il parvient à se frayer un chemin dans le mur de guitares tissé par ses compères, pour enivrer de ses rythmes débridés l’auditeur incrédule. L’introduction de "I, Deny" est un très bon échantillon de ce dont était capable le monsieur, malheureusement décédé dans un accident de voiture en 1991, peu de temps avant l’enregistrement du successeur de cet opus. Atheist ne sacrifie cependant pas tout sur l’autel de la technique et reste foncièrement une formation de metal extrême, tant les passages puissants et lourds se succèdent, sans jamais se ressembler. À l’orée des années 1990, les quatre Floridiens ont engendré des titres parmi les plus techniques qui soient, tout en gardant une sincérité appréciable, comme le prouve "Why Brother?" . La légèreté n’est cependant pas en reste, ce premier recueil s’achevant par un "No Truth" à l’introduction mélodique charmante.


Piece of Time est un grand moment de plaisir pour tout fan de musique extrême, violente, technique et inspirée. Enregistré à la fin des années 1980, il présente le premier méfait d’un groupe en avance sur son temps, dont l’existence a sûrement fait naître des vocations chez les formations techniques que nous connaissons actuellement. Le statut de groupe culte est largement mérité pour un combo qui n’a jamais fait de concessions, souhaitant simplement utiliser sa virtuosité au service d’une musique racée.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6