18890

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 09 février 2022
Sa note : 14/20

LINE UP

-Pierre "Shawter" Maille
(chant+samples+orchestration)

-Richard De Mello
(guitare)

-Kawa Koshigero
(basse)

-Théo Gendron
(batterie)

TRACKLIST

1) Neons
2) The Hunt
3) Sunfall
4) Bellflower Drive
5) On the Run
6) Break
7) City Lights
8) Nightclub
9) Summer's Gone
10) The Last Crossing

11) Stellar

DISCOGRAPHIE


Dagoba - By Night
(2022) - Modern Metal - Label : Napalm Records



Dagoba, ce nom du metal français dont tout le monde a déjà entendu parler. Sans connaître le succès de Gojira, les Marseillais font leur petit bonhomme de chemin, en effectuant notamment de nombreuses tournées nationales et internationales avec grands noms. Signé sous un nouveau label (Napalm), le quatuor revient avec un huitième effort, By Night.

Ce qui frappe d’entrée, ce sont les articles de presse promo « metal moderne ». Parle-t-on bien de Dagoba, groupe de groove metal lorgnant sur le death metal ? De plus voir Dagoba chez Napalm surprend, le label autrichien se faisant plus spécialiste de folk, power et autre metal symphonique. Mais au vu de l’artwork, des noms des titres et de l’intro "Neons", on prend vite conscience cette évolution de style. Les sonorités électro de l’opener envoient clairement le message « préparez-vous à être surpris ». "The Hunt" ne cherche pas midi à quatorze heures. Dagoba reste Dagoba : gros riff, batterie puissante et growls de Shawter ravageurs. Mais ces sonorités électro sont présentes, en intro et à chaque accélération comme une piqure de rappel. "The Hunt", parfaitement équilibrée, devrait satisfaire la fanbase. "Sunfall" est dans la veine de ce que propose Dagoba, alternant le chant clair et le growl de Shawter. Le chant clair du vocaliste reste toujours aussi particulier avec son accent typiquement français. Assez sympa, constat identique pour "Bellflower Drive" (et sa lead guitare un peu plus mise en avant).
On sent le combo qui ne veut pas brusquer ses fans. Cependant « le choc » va arriver avec "On The Run", et on comprend ainsi tout le sens du modern metal made in Dagoba. En featuring avec une vocaliste inconnue, le second single pourrait figurer sur un album d’Amaranthe, que cela ne choquerait personne. Déroutant, mais pas désagréable pour qui aime le style (refrain taillé pour le live, soutenu par les synthés). À partir de ce titre, le côté électro se fera plus présent comme sur "City Lights" et "Nightclub" qui souffrent du syndrome du second tiers, à savoir des compositions moins mémorables. Le final de By Night se révèle plus intéressant, "Summer’s Gone" gardant en son sein cette nouvelle voie mais plus mélodique, plus mid-tempo. Enfin "The Last Crossing", premier single, conclut l'album de manière tubesque, dans la plus pure tradition dagobienne. Un final qui par ailleurs fait parfaitement écho à "The Hunt".

By Night est une nouvelle œuvre particulièrement étonnante, qui peut laisser perplexe notamment sur cette évolution moderne. Cependant, le quatuor ne renie pas son style avec des compositions marquées Dagoba à l’instar de "The Hunt" et "The Last Crossing", tout en en y incorporant de la fraîcheur qui risque d’en crisper un bon nombre ("On the Run", "Summer’s Gone"). Pour ma part, By Night ne révolutionnera rien, mais s’écoute avec plaisir. À vous de vous faire votre propre opinion.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4