2683

CHRONIQUE PAR ...

1
Blackmore
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17.5/20

LINE UP

-Peter Cornell
(chant)

-Charlie Shelton
(guitare)

-Terry Clouse
(basse)

-Jody Park
(claviers)

-Jo Whitaker
(batterie)

TRACKLIST

1)In the Mindwarp Pavillion
2)Pathos of Least Resistance
3)Destiny, She Said
4)Infant
5)Troy Built Helen
6)Died & Gone
7)Paranormal Humidor
8)

DISCOGRAPHIE


Somnanbulist - The Paranormal Humidor
(2001) - rock prog - Label : The Laser's Edge



Avec un nom, un titre d’album et une pochette pareils nul doute que nous avons là un CD peu commun. Et effectivement, cela va s’avérer exact. Mais tout d’abord il me faudrait sans doute mettre ce CD dans mon lecteur pour vous en parler. Car à l’heure où j’écris ces lignes c’est Lara Fabian qui tourne…heu enfin disons le seul morceau potable qu’elle n’est jamais interprété ("The Dream Within" - BOF de FINAL FANTASY). Z’avez vu, j’innove pour 2003 avec un texte d’introduction complètement con et dont tout le monde se fout ! Mais avant d’aller plus loin, quelques petites précisions s’imposent concernant ce groupe.

Premier gage de qualité, l’album est produit par Glass Hammer. Second gage, c’est édité par The Laser’s Edge, label américain indépendant qui a pour but de rééditer des perles rares du prog 70’s (et il y en a !) mais aussi des groupes actuels. Seul problème, ce n’est pas ce qui se trouve le plus facilement et mis a part la commande sur le net…point de salut.Bon parlons du disque maintenant. L’album s’ouvre avec "In the Mindwarp Pavillion". L’intro met particulièrement mal à l’aise et l’on entend notamment un « prophète » déballant un discours apocalyptique. Puis on entre directement dans le vif du sujet. Claviers et guitare 70’s suivis de cris, mélodie lugubre, le tout dans un déluge furieux de notes. Hypnotisant.

La suite revient sur des rives plus connues puisque un chant plus atmosphérique vient se poser sur une guitare et des nappes de claviers plus habituels. Le tout repart avec le thème général mais finit sur un solo de piano reposant… pour mieux repartir ensuite sur ce qui sera LE passage instrumental du morceau, absolument magnifique, qui revient gentiment sur le thème général toujours obscur du morceau. Le tout se termine gentiment comme il a commencé avec cependant une fin bien barge, le tout agrémenté régulièrement de soli de guitare très impressionnants. Quant aux paroles elles sont tout aussi obscures que la direction musicale prise par le morceau mais lourdes de sens. Un morceau impressionnant qui résume déjà très bien ce que sera l’album. Un mélange entre sonorité ancienne hérité des 70’s et sonorité totalement novatrice que l’on a pour ainsi dire jamais entendu avant.

Le second morceau (au nom évocateur : "Pathos of Least Resistance" !), nous refait le coup du premier avec des passages tout droit sortis d’un album d’ELP tout en restant majoritairement novateur. Ça se complique avec le morceau suivant qui, non content de ne pas suivre une structure bien précise (on commence directement sur ce qui devrait être un refrain) nous mélange des chants calmes, presque psalmodiés sur fond d’instrumentations syncopées rageuses. Un morceau fascinant, encore, mais qui demande une grande concentration. La suite est de la même qualité avec toutefois un petit intermède ("Infant") qui ouvre l’épique "Troy Built Helen" (morceau scindé en deux : une partie virtuose avec chant et une partie instrumentale, calme et sereine où seul le clavier domine). On trouve tout de même un morceau plus accessible avec "Died and Gone" qui garde tout le long un rythme élevé en restant homogène (ce qui n’est pas le cas des autres morceaux justement et ce n’est en rien un défaut, au contraire !). Le disque se termine sur le morceau éponyme "Paranormal Humidor". Long morceau difficilement digeste mais aux diverses parties impressionnantes et un thème général d’une grande noirceur qui est une des marques de fabrique du groupe.


Pour bien résumer ce groupe, nous avons là du progressif sans concession, complexe et difficile d’accès mais vraiment fantastique. Un petit bijou en somme qui n’ouvre ses secrets qu’avec le temps. Chaudement conseillé aux amateurs exigeants donc.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7