2910

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 03 janvier 2009
Sa note : 13/20

LINE UP

-Andreas "Gerre" Geremia
(chant)

-Andy Gutjahr
(guitare)

-Frank Thorwarth
(basse)

-Olaf Zissel
(batterie)

TRACKLIST

1)Octane Warriors
2)Deposit Pirates
3)Stay Thirsty !
4)Hyperthermia
5)Echoes Of Fear
6)When Daddy Comes To Play
7)Zodiac Man
8)G.A.L.O.W.
9)Myevilfart
10)Sexy Feet Under

DISCOGRAPHIE


Tankard - Thirst
(2008) - heavy metal thrash metal - Label : AFM Records



Lors de mes jeunes années, en Bretagne, j’avais un voisin octogénaire qui pétait la forme au-delà du raisonnable. Le secret de sa longévité selon lui ? «L’alcool boudiou, ça conserve la carcasse !». Et si le pauvre homme est décédé depuis, victime d’une cirrhose (paix à son âme), toujours est-il qu’il devait y avoir un fond de vérité dans ses propos. La preuve ? L’éclatante santé des thrashers alcoolos de Tankard qui, après une décennie 90 qu’on qualifiera poliment de « difficile », s’est offert une seconde jeunesse depuis le passage au niveau millénaire.

Lorsque le CD promo de Thirst est arrivé dans ma boîte aux lettres, 2 sentiments très différents se sont mêlés : la joie pour le fan, et la circonspection pour le chroniqueur. En effet, que dire à propos d'un album de Tankard qui n'ait pas déjà été dit au sujet d'un de leurs précédents ? On ne peut pas vraiment affirmer qu'au cours de ses 25 années de carrière, les Allemands nous aient montré une volonté d'aller de l'avant de tous les instants. Allez, ne soyons pas médisants, reconnaissons que Tankard avait entamé un virage marqué sur son précédent album The Beauty And The Beast. En rajoutant une grosse louche de heavy, ils avaient su rendre beaucoup plus digeste leur thrash old school pratiqué depuis des années. Le résultat s'étant avéré fort convaincant, il est donc logique de les voir persévérer dans cette voie, et même accélérer le mouvement en insérant un nombre relativement élevé de passages lents et propices au headbanging. Symbole de ce changement de cap, le fait d'avoir choisi comme premier single l'excellent "Stay Thirsty !", qui mêle habilement le meilleur des 2 mondes en panachant couplet posé et refrain rapide.

Après un "Octane Warriors" peu accrocheur en forme de faux départ, on retrouve très vite toutes les facettes de l'identité Tankard : thèmes de paroles débiles ("Myevilfart"), titres de chansons bien cons ("Sexy Feet Under" ou "Stay Thirsty", un clin d'œil au Stay Hungry de Twisted Sister ?), gimmicks marrants (l'intro à la basse de "G.A.L.O.W.", la chorale de fillettes sur "When Daddy Comes To Play"), la voix criarde et l'accent inimitable de Gerre, et surtout, un indéniable savoir-faire en matière de bon vieux thrash mâtiné de heavy. Les Allemands se sont surpassés pour nous offrir un paquet de refrains accrocheurs, surtout lorsqu'ils se remettent à appuyer sur une pédale d'accélération peut-être un peu trop délaissée sur cet album. La palme revient conjointement à ceux de "Echoes Of Fear" et "Zodiac Man", très jouissifs bien que relativement semblables. Et s'il faut reconnaître que Thirst est un peu inégal avec quelques trous d'air malvenus, il se termine sur une excellente note avec l'impeccable "Sexy Feet Under", une nouvelle fois doté d'un excellent refrain dont il est difficile de se débarrasser.


Au final, aucune évolution à signaler du côté de Tankard, mais attendait-on vraiment autre chose de leur part ? Les Allemands ont joué la carte de la sécurité en restant sur leurs fondamentaux, ce qui n'est pas aussi facile que ce que l'on croit à en juger par les ratages récents de Destruction ou Holy Moses. Mission accomplie, avec un album très accessible qui devrait convaincre sans problème les fans de longue date, mais qui pourrait même leur permettre d'attirer les curieux en mal de heavy musclé. Le Tankard 2008 ? Un bon petit cru, sans prétention.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3